Déclaration devant la Première session ordinaire du Conseil d’administration d’ONU Femmes – Point 2 : Présentation des propositions pour l’utilisation des ressources volontaires dans le cadre du budget d’appui 2011

Date: 24 Jan 2011

[Vérifier à l'écoute.]

Madame la Présidente,

J'ai le plaisir de présenter aujourd'hui au Conseil d'administration les premières propositions d'ONU Femmes pour l'utilisation des ressources volontaires dans le cadre du budget d'appui pour 2011. J'apprécie cette occasion d'entamer une discussion avec le Conseil d'administration, discussion qui sera continue, sur la manière d'édifier une ONU Femmes qui sera un agent solide, réactif et efficace pour promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation de la femme. Grce à vos directives et votre appui, nous btirons, sur les fondations des quatre entités précédentes, une organisation forte qui disposera des capacités nécessaires pour apporter un appui efficace en temps et en heure à nos partenaires. Si le plein développement de notre organisation peut exiger des budgets successifs, nous devons effectuer des avancées significatives dès maintenant pour élargir sa portée de notre action et consolider ses fondations.

Le budget d'appui est important pour deux raisons principales. Il doit véhiculer un financement solide et durable de l'infrastructure de base et des ressources humaines permettant à ONU Femmes de mener à bien son mandat opérationnel. Il doit également faciliter une gouvernance efficace de la part du Conseil d'administration. C'est en approuvant le budget d'appui que le Conseil d'administration édifie les capacités durables d'ONU Femmes.

Le budget d'appui a été élaboré au cours des premiers mois de l'existence d'ONU Femmes, avant que l'entité ne devienne opérationnelle le 1er janvier 2011. Il n'a donc pas bénéficié d'un Plan stratégique, lequel vous sera présenté en juin de cette année, ni de données globales résultant d'une évaluation de nos capacités sur le terrain, qui est toujours en cours.

Il est également important de prendre en considération que nous ne démarrons pas à partir d'un budget d'appui solide sur lequel nous pourrions nous développer. Le budget d'appui hérité par ONU Femmes n'offre pas de base de référence précise pour comprendre les exigences principales de la nouvelle organisation. Pour diverses raisons historiques, le budget d'appui a été presque exclusivement consacré aux capacités du Siège, l'ensemble de la présence sur le terrain étant financée à partir du financement des programmes et des projets. Par conséquence, cette présence n'a généralement pas été pris en compte par le Conseil d'administration, les ressources humaines consacrées à la présence dans les pays de programme n'étant pas payées à partir du budget d'appui. En outre, si les contributions en faveur de l'UNIFEM se sont multipliées au cours des quatre dernières années, le renforcement des capacités par le biais du budget d'appui a accusé un important retard. Suite à cela, on a recouru à ce jour à toute une gamme d'accords ad hoc non viables pour répondre aux besoins opérationnels, tant au niveau du Siège que sur le terrain. Le budget d'appui doit désormais corriger les défauts du passé et donner de la visibilité aux exigences de la présence d'ONU Femmes sur le terrain.

Cette situation de base étant posée, ma proposition budgétaire se focalise sur deux thèmes principaux: d'abord et surtout, commencer dans l'urgence à renforcer les capacités d'ONU Femmes pour permettre à l'entité d'accroître son soutien aux pays, conformément au mandat qui lui a été donné, sur une base universelle. Il est urgent de mettre cet accent à l'échelle national.

Le second thème consiste à en finir avec l'héritage des accords passés et à mettre en place une fondation institutionnelle plus saine, sur la base des normes applicables aux organisations des Nations Unies.

J'ai trois idées à l'esprit.

Pour transformer le budget d'appui en un mécanisme plus transparent et plus efficace, nous travaillerons étroitement avec l'UNICEF, le PNUD et le FNUAP en vue de mettre en place des méthodologies budgétaires harmonisées, de manière à ce qu'apparaisse clairement ce qui doit être inclus en vertu de l'appui ainsi que la manière de lier les ressources aux résultats. Leurs Conseils d'administration ont récemment pris les décisions applicables. Au moment de réaliser ce travail, nous consulterons de manière informelle le Conseil d'administration, et je vous informerai des progrès réalisés au cours de la session annuelle de cette année.

En deuxième lieu, nous nous dirigerons progressivement vers un financement des fonctions d'appui de base à partir du budget d'appui financé à partir des ressources des programmes. Cela augmentera la transparence tout en permettant à ONU Femmes d'attirer et de retenir les meilleurs professionnels disponibles au sein de son personnel. Le changement de la source de financement est une caractéristique significative de mes présentes propositions. Etant donnée la croissance rapide du nombre de membres du personnel et du personnel contractuel dans le passé récent, je travaillerai à assurer que les ressources et les accords relatifs aux effectifs utilisés ont été alignés de manière appropriée avec les fonctions requises.

Madame la Présidente,

L'un des défis auxquels j'ai été confrontée au moment de préparer le budget d'appui a été l'absence d'alignement entre les processus budgétaires et programmatiques au cours de la première année de fonctionnement d'ONU Femmes, le budget étant examiné dès maintenant et le Plan stratégique seulement en juin. Je reconnais que le Conseil d'administration préfèrerait examiner de manière approfondie les propositions budgétaires d'ONU Femmes une fois doté d'un Plan stratégique complet. Nous sommes toutefois tous d'accord sur le fait que les attentes sont très élevées, et qu'ONU Femmes doit immédiatement commencer à produire des résultats en faveur des femmes. Le dilemme vient de la nécessité de réconcilier les besoins immédiats d'ONU Femmes en vue de renforcer l'appui opérationnel qu'elle apporte aux pays et de réussir un processus de transition en douceur avec la nécessité pour le Conseil d'administration de donner une orientation politique par le biais du Plan stratégique. Motivés plus encore par le passionnant rapport du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB), nous avons identifié un ensemble de mesures immédiates à soumettre à approbation, qui permettront à ONU Femmes de répondre aux exigences pressantes sans préjuger des décisions du Conseil d'administration sur le Plan stratégique. Ces dernières sont développées dans la Réponse de la direction au Rapport du CCQAB, et j'estime qu'elles devraient maintenant être le sujet prioritaire de la discussion budgétaire.

En vous présentant cette proposition révisée, ma principale préoccupation est de renforcer l'appui aux pays grce à des mesures appropriées aux niveaux régional, sous-régional et national. Une mesure immédiate consiste à renforcer les capacités d'ONU Femmes dans les six centres d'appui régionaux du Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD). ONU Femmes compte déjà des équipes sous-régionales à Bangkok, Dakar, Johannesburg et Bratislava, que nous proposons de renforcer. ONU Femmes développerait également une présence nouvelle à Panama et au Caire en vue de travailler en association avec les équipes régionales du GNUD sur place. Ces centres d'appui régionaux nous permettent de renforcer le principe d'universalité, ces derniers étant des sources d'appui pour les pays développés et les pays de programme où ONU Femmes n'a pas de présence continue sur le terrain. Un engagement significatif dans les centres régionaux est un élément important de la responsabilité d'ONU Femmes pour ce qui est de promouvoir le leadership, une coordination efficace et la cohérence du travail du système des Nations Unies au niveau de l'égalité des sexes. Les équipes d'ONU Femmes travaillant dans les centres régionaux rejoindront les équipes régionales des autres organisations des Nations Unies pour fournir leur expertise technique et leur assurance qualité au niveau de la création et de l'évaluation des Plans d'aide au développement des Nations Unies et d'autres efforts conjoints de planification, identifier des experts techniques en vue d'appuyer les Equipes de pays des Nations Unies dans une gamme variée de domaines thématiques, et forger des initiatives régionales communes.

Jusqu'à maintenant, notre programmation à l'échelle nationale a été supervisée par 15 bureaux sous-régionaux. Quatre d'entre eux se trouvent dans des lieux qui sont des centres régionaux. Les bureaux sous-régionaux demeureront importants, même s'il se peut que leurs fonctions et profils évoluent au cours du temps, au fur et à mesure du renforcement de l'appui direct au pays. S'agissant des 11 bureaux sous-régionaux, je propose donc que le Conseil d'administration accepte de financer leur effectif de base à partir du budget d'appui plutôt qu'au moyen des ressources de programmes. Le fait d'intégrer ces effectifs dans le budget d'appui les rend transparents pour le Conseil d'administration et les assujettit à ses décisions par le biais du processus du budget d'appui.

Comme je l'ai indiqué à plusieurs occasions, ma principale préoccupation est de répondre aux immenses attentes en faveur d'un engagement intensifié et soutenu d'ONU Femmes directement à l'échelle des pays, dans le cadre des Equipes de pays des Nations Unies. Je comprends parfaitement que les décisions que le Conseil d'administration prendra à propos du Plan stratégique, et que les idées recueillies grce à l'évaluation des capacités sur le terrain, seront cruciales pour déterminer comment et où ONU Femmes devra déployer sa présence et ses ressources, mais j'estime aussi essentiel d'éviter un retard non nécessaire au niveau du renforcement de l'appui fourni aux pays. Cette situation illustre le défi que pose le manque d'alignement entre le budget et les cycles de programmation. Mais il faut aussi souligner que ce problème est limité, et ne se posera véritablement que pendant les cinq mois qui nous séparent de la session de juin. Une confiance mutuelle et un peu de créativité sont à même de le résoudre.

Je propose que le Conseil d'administration approuve le budget de l'effectif de base des 15 bureaux nationaux, défini par le passé comme incluant deux postes dans chaque pays. Cette mesure implique un changement des sources de financement des postes existants, et n'aurait pas d'implication financière nette. Sont proposées en outre de nouvelles ressources en vue de donner à ONU Femmes les moyens de répondre à des exigences programmatiques particulièrement complexes dans deux pays au maximum. Ces ressources seraient déployées à la lumière du Plan stratégique. Toutefois, pendant la période intermédiaire, il serait laissé à ma discrétion la possibilité de recourir à une partie de cette capacité pour répondre à des besoins urgents. Si cela devait se produire, j'en ferais bien évidemment rapport au Conseil lors de la session de juin.

Bien que générales, les propositions de ressources visent en priorité à améliorer l'appui aux pays. Je vous demande également d'approuver trois postes destinés à mon équipe de direction, cinq autres postes urgemment nécessaires au Siège, et deux promotions au niveau D-1. Les détails de ces propositions se trouvent dans la Réponse de la direction au rapport du CCQAB.

Madame la Présidente,

Mes propositions sont prudentes. Au niveau des effectifs, 32 nouveaux postes sont proposés. Il est également proposé d'intégrer dans le budget d'appui un nombre supplémentaire de 117 postes existants financés dans le cadre du financement des programmes. Le coût total du budget d'appui est de 51,5 millions de dollars E.U.. Devront être ajoutées à cette somme les exigences de gestion du changement, le déménagement des locaux et certains coûts relatifs à l'Assemblée générale.

Madame la Présidente,

Les propositions que je viens de décrire ne sont qu'un début. L'équipe et le Conseil d'administration d'ONU Femmes ont beaucoup de travail à accomplir ensemble pour élaborer le Plan stratégique, sur la base de l'évaluation de nos capacités de terrain et en renforçant les travaux internes réalisés par ONU Femmes pour appuyer notre ambitieux ordre du jour. En juin, je vous tiendrai au courant des progrès accomplis dans la mise en œuvre de ce budget, et je me réserve le droit de faire toute nouvelle proposition qui pourrait s'imposer à la lumière du Plan stratégique et des besoins opérationnels.

Merci de votre attention.