Un nouveau rapport met en en évidence les bénéfices mitigés liés à la migration

Date : 19 October 2011

ONU Femmes Santo Domingo a lancé un nouveau rapport intitulé « Migration, versements financiers et développement local sensible au genre : focus sur la République dominicaine » Ce rapport présente une étude approfondie de la migration aux Etats-Unis de la communauté de las Placetas, et examine la manière dont les inégalités de sexes affectent à la fois les femmes qui partent et celles qui restent sur place, laissées derrière.

Las Placetas détient le second plus important pourcentage de versements financiers par habitant dans la capitale dominicaine. Mais la communauté rencontre encore des difficultés à cause d'un développement limite et de la rareté des services publics.

L'étude révèle la manière dont la patriarchie persiste malgré un nombre important de femmes qui gèrent leur ménage, leur logement et les affaires de la communauté, après la migration des hommes. Les hommes continuent à exercer leur pouvoir à distance, en tant que principaux pourvoyeurs de revenus, malgré le fait que les femmes soient confrontées à une charge de travail excessive à la maison. La majorité des femmes qui perçoivent des versements financiers ne participent pas aux affaires de la communauté, car elles redoutent la réaction de leurs époux si elles s'éloignent de la sphère privée traditionnelle.

Les versements financiers couvrent souvent à peine les besoins mensuels des familles, et ont peu d'impact dans la création de conditions de vie stables, dans la promotion d'épargnes ou de business, ou dans l'augmentation des productions agricoles.

Les femmes qui ont elles-mêmes migré aux Etats-Unis trouvent peu d'opportunités d'autonomisation, d'après l'étude, même quand elles apportent une contribution importante aux revenus de la famille. Les schémas existants de discrimination sont souvent maintenus par une seconde génération grandissant aux Etats-Unis.

De nombreuses femmes migrantes travaillent encore dans des emplois traditionnels, comme couturières, baby-sitters, cuisinières, professeures et employées de maisons. Bien que les hommes soient également présents dans les secteurs d'emplois « féminins» comme les restaurants ou le ménage, ils parviennent rapidement à se hisser dans des secteurs de travail plus « masculins».

Le rapport fait partie d'un projet conjoint avec le Programme de développement de l'ONU qui regroupe six pays — l' Albanie, la République dominicaine, le Lesotho, le Maroc, les Philippines et le Sénégal.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Elisabeth Robert, Research Associate, Santo Domingo, ONU Femmes, elisabeth.robert[a]unwomen.org.