Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies débattent des progrès et des défis de la participation des femmes à la consolidation de la paix

Date: 28 Oct 2011

Communiqué de Presse d'ONU Femmes
Pour publication immédiate

Contact: Oisika Chakrabarti, Spécialiste en communication, oisika.chakrabarti[at]unwomen.org, +1 646 781-4522.

ONU Femmes appelle à la mise en place de mesures énergiques pour assurer la participation des femmes aux processus de paix

Nations Unies, New York A l'occasion de la célébration de l' anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, le Conseil de sécurité des Nations Unies tient aujourd'hui un débat public sur le thème « Participation et rôle des femmes dans les règlements des conflits et la médiation ». Ce thème est particulièrement pertinent à la lumière de l'attribution, ce mois-ci, du Prix Nobel de la Paix à trois femmes architectes de la paix. Cette année, pour la première fois, la citation du Comité du Prix Nobel a mentionné la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée en 2000, qui défend le rôle des femmes en tant qu'architectes de la paix et qui reconnaît les violations des droits fondamentaux des femmes liées aux conflits comme un problème de sécurité au niveau international.

Au cours de ce débat ouvert, le Conseil de sécurité entendra des allocutions du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, de la Directrice exécutive d' ONU Femmes Michelle Bachelet, du Président de l'ECOSOC Lazarous Kapambwe, de la représentante de la société civile venue d'Afghanistan Orzala Ashraf, ainsi que des déclarations de plus de 55 Etats Membres.

« Si la participation des femmes est essentielle, et non facultative, pourquoi est-elle souvent l'ingrédient manquant de la prévention des conflits et de la médiation ? A mesure que nous avançons, un leadership déterminé des instances suivantes: Conseil de sécurité, Etats Membres, société civile et le système des Nations Unies- est essentiel afin de faire pleinement participer les femmes à la médiation et à la prévention des conflits. Cela permettra de faire progresser la paix et la sécurité, et d'approfondir la démocratie autour du monde » souligne Mme Bachelet, Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive d'ONU Femmes.

Le 11ème anniversaire de la résolution 1325 célébré cette année permet à la fois de mettre en exergue les progrès réalisés au cours de l'année passée et d'exposer les défis et les attentes des femmes et des filles vivant dans les zones postconflictuelles. D'importantes insuffisances perdurent au niveau de la participation directe des femmes au règlement des conflits. Des progrès ont toutefois été réalisés. Aux Philippines, les femmes constituent 50% des délégations de négociation et de médiation officielles. Pendant le processus de paix au Darfour, les femmes ont compté pour 30% des délégués ayant participé aux consultations de la société civile liées au processus de Doha. L'accord de paix consécutif pour le Darfour a été l'un des deux accords de paix, sur les neufs appuyés par les Nations Unies en 2010, incluant des dispositions spécifiques concernant les questions de genre.

Des actions ciblées sont nécessaires pour augmenter le nombre de femmes autour des tables de négociation de paix, y compris : des motivations financières et autres aux parties prenantes pour inclure les femmes dans les délégations officielles ; l' augmentation du nombre de médiatrices ; l'expertise du genre au sein des délégations ; et la mise en place de procédures à l'intention des médiateurs en vue d'organiser des consultations régulières et structurées avec les groupes de femmes de la société civile.
Il est également crucial de renforcer l'appui en faveur des groupes de femmes de la société civile en périodes de transition et de conflit. Non seulement le niveau de financement des groupes de femmes de la société civile doit être sensiblement augmenté, mais le système des Nations Unies doit négocier l'accès des femmes aux forums de prise de décision internationaux tels que les réunions de groupes de contact internationaux, les conférences de donateurs et les discussions du Conseil de sécurité. Les femmes architectes de la paix en Afghanistan sont engagées dans des projets qui ont pour fin de veiller à ce que leurs voix soient entendues lors de la Conférence de Bonn de 2011 - qui intervient dix ans après l'établissement du gouvernement de transition en Afghanistan par la première Conférence de Bonn.

Les associations de femmes ne peuvent pas concurrencer les groupes plus solides et mieux organisés dans les époques de transition, et pour cette raison, des mesures spécifiques doivent être prises pour ouvrir les portes aux femmes, nécessité mise en exergue aujourd'hui au Conseil de sécurité. « Au cours des mois à venir, des réunions internationales appuieront le relèvement des pays en situation postconflictuelle tels que le Sud-Soudan, la Somalie, l'Afghanistan et la Libye. Utilisons ces opportunités pour assurer que la voix des femmes soit entendue et que leur participation soit assurée » a indiqué le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon.

Cet anniversaire permet également de donner un nouvel élan à l'application de la résolution. Pour la première fois, le système des Nations Unies a un moyen de suivre ses propres progrès pour ce qui est de faire avancer cette résolution, par le biais d'un ensemble approuvé de 26 indicateurs sur les femmes et la paix et la sécurité qui permettront d'évaluer les progrès à cet égard : les femmes bénéficiant de l'aide postconflictuelle sur un pied d'égalité; le nombre de femmes architectes de la paix est en hausse ; ou une augmentation significative de la proportion de femmes à la direction des Nations Unies dans les contextes de conflits. En 2010, par exemple, bien qu'aucune femme n'ait été nommée Médiatrice en chef des Nations Unies, six femmes ont dirigé des missions de haut niveau des Nations Unies sur le terrain et cinq autres ont exercé des fonctions d'adjointes jusqu'à octobre 2011.

Au cours de l'année prochaine, ONU Femmes s'appuiera sur l'élan donné par le Prix Nobel de la Paix et favorisera la participation des femmes aux transitions politiques, travaillera à faire entendre la voix des femmes aux conférences internationales des donateurs et mènera à bien des formations préalables au déploiement à l'intention des troupes de maintien de la paix sur la manière de faire face à la violence sexuelle en période de conflits.

Liens connexes