Badam Devi, femme chef de village : engagée en faveur du changement

Date: 14 Oct 2011

A first time village head, Badam Devi has made many positive changes in her community

En tant que première femme chef de son village, Badam Devi a apportée de nombreux changements au sein de sa communauté. (Photo: ONU Femmes /Ashutosh Negi)

Alors qu'elle marche le long de la route récemment construite qui va du Bureau du Panchayat à la maison de son village kuchcha dans un harijan'basti (communauté marginalisée), son allure trahit sa confiance retrouvée. Badam Devi, est la Sarpanch (chef de village) de Lahora, dans le district de Tonk, dans le Rajasthan, en Inde.

« Les villageois étaient confrontés à beaucoup de problèmes lorsqu'ils utilisaient les routes en mauvais état » raconte Badam. « Les véhicules restaient très souvent coincés sur la route. Un jour, un camion transportant des livres pour les enfants a traversé la route et a renversé les livres sur la route boueuse, les abîmant. »

« L'incident m'a touché, et le jour-même, j'ai décidé de faire réparer la route », raconte-t-elle. Après avoir été confrontée à des obstacles dans ses démarches pour obtenir l'approbation de fonds pour refaire la route, elle a fait un investissement personnel de 3000 roupies et a fait reconstruire la voie en une année.

En tant que personne analphabète, femme d'intérieur timide et agricultrice, Badam pouvait difficilement rêver qu'un jour, elle travaillerait autre part que dans les champs. Pourtant, en à peine un an, elle a appris, en tant que Sarpanch, à identifier et à traiter des questions d'importance publique, ainsi qu'à mener à bien les tches qui lui incombent en tant que Panchayat.

Cela a pris du temps, mais elle a appris les complexités procédurales des mécanismes gouvernementaux concernant la santé et l'éducation, au cours de formations organisées par ONU Femmes et The Hunger Project. Ces formations font partie d'un Programme d'ONU Femmes, financé par le gouvernement norvégien, pour renforcer les capacités des dirigeantes participant aux instances villageoises locales et pour établir un lien entre les préoccupations quotidiennes des femmes et les décisions prises lors des réunions du village.

Mettant à profit ses nouvelles connaissances, Badam a déjà pris des mesures concrètes pour faire construire des enceintes scolaires, pour publier 450 cartes de rationnement pour personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, et faire adopter 50 pensions de veuvage.

Même si elle n'a jamais été à l'école, elle comprend la valeur de l'éducation pour les garçons et les filles. « Si j'avais eu la chance de recevoir un niveau d'éducation suffisant, j'aurais accompli beaucoup » explique-t-elle.

Elle contrôle régulièrement les écoles de son village pour assurer une éducation appropriée et la distribution de déjeuners aux enfants. Pour ce faire, Badam Devi a remporté l'appui non seulement des membres de sa section électorale, mais aussi du personnel des installations sanitaires publiques (centres Anganwadi).

Badam a été élue comme Sarpanch en remportant une majorité de 850 votes contre ses deux adversaires appartenant à la « caste supérieure ».

« Je travaillerai pour tous les pauvres tant que je suis à ce poste » dit-elle, se tenant fièrement au milieu d'un champ de moutarde de son village.

Liens connexes