De meilleures conditions de travail pour les travailleurs domestiques au Paraguay

Date: 15 Dec 2011

La Directrice exécutive d'ONU Femmes au cours de sa visite à « l'Asociación Trinidad » du Paraguay. ONU Femmes soutient actuellement un projet visant à promouvoir les droits des travailleuses domestiques au Paraguay.

Au Paraguay, le travail domestique (rémunéré) constitue la principale source d'emploi pour des milliers de femmes qui vivent dans la pauvreté, une situation qui concerne 34 pour cent de la population.

ONU Femmes appuie depuis un certain temps le renforcement des organisations œuvrant en faveur des travailleurs domestiques en collaboration avec « l'Asociación Trinidad » dans le cadre du Programme d'opportunités communes, Les jeunes et les capacités et opportunités pour l'inclusion sociale, avec des fonds visant à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, ainsi que par le biais de son programme régional Race, ethnicité et genre. Ces programmes visent à promouvoir l'accès des travailleurs domestiques aux connaissances, à mieux les informer de leurs droits. Ils ont également pour but de renforcer leurs capacités organisationnelles, de mettre en place une plateforme publique pour la défense de ces droits, et d'appuyer les accords institutionnels pour la mise en place de conditions de travail plus équitables.

Les lois du travail actuelles sont discriminatoires par rapport aux travailleurs domestiques, celles-ci demandant qu'une travailleuse domestique ne puisse gagner au maximum que 40 pour cent du salaire minimum légal, que ces travailleuses n'aient pas le droit à une journée de travail de 8 heures et qu'elles n'aient pas d'avantages au niveau de la retraite - alors que ces droits sont garantis pour d'autres catégories de travail. Récemment, l'assurance de l'Institut de la sécurité sociale (ISS) a été élargie à l'ensemble du Paraguay alors qu'elle avait été précédemment limitée à Asunción, la capitale du pays. Sa nature est encore mal comprise et le niveau de conformité avec ce nouveau droit du travail est encore faible.

Marciana Santander, en sa qualité de Présidente de l'Association des travailleurs domestiques du Paraguay (AESDP) a participé à la réunion que Michelle Bachelet, Directrice exécutive d'ONU Femmes, a organisée au cours de sa seconde journée de visite au Paraguay avec des dirigeantes communautaires, des travailleurs domestiques et des jeunes femmes participant à des projets appuyés par ONU Femmes.

Marciana a représenté les organisations établies au Paraguay et parlé des progrès et des problèmes rencontrés. « Nous estimons que l'extension de la couverture de l'IPS a constitué une étape extrêmement importante. De plus, cette année, les travailleurs domestiques ont participé à la 100e Conférence internationale du travail à Genève, et nous avons été en mesure d'appuyer l'approbation de la Convention pour un travail domestique décent et ses recommandations ; nous avons par ailleurs pu continuer à renforcer nos propres organisations » explique-t-elle.

Bien que des progrès puissent être observés, certains problèmes demeurent : des changements culturels profonds doivent intervenir, les actions discriminatoires contre les employés se produisent toujours, les comportements limitant l'accès à l'éducation perdurent.

« Un des défis les plus importants qui se présent à nous est de réaliser la ratification de la Convention 189 et de la mettre en application au Paraguay, ce qui rendra ensuite possible l'ajustement de la législation et nous permettra de continuer à réaliser des progrès jusqu'à ce que nous obtenions le droit à la retraite, la journée de travail de 8 heures, un salaire minimum et les congés payés » souligne Marciana.

Une autre mesure significative a été la mise en place récente d'un bureau du service national spécialisé dans le travail domestique, au sein du ministère de la Justice et du Travail. Le Centre de service pour les travailleurs domestiques (CATD) fournit des informations, des directives et des services de médiation. A partir de l'an prochain, le bureau servira l'ensemble du Paraguay, par le biais de Bureaux nationaux pour l'emploi gérés par le ministère de la Justice et du Travail.