Les femmes du Soudan du Sud appellent à la pleine participation des femmes au plan de développement

Date : 13 December 2011

Communiqué de presse d'ONU Femmes
Pour publication immédiate

Contact média: Oisika Chakrabarti,Spécialiste média, oisika.chakrabarti[at]unwomen.org, +1 646 781-4522.

ONU Femmes et l'Institut pour la sécurité inclusive ( the Institute for inclusive security ) co-organisent un Symposium sur le genre en vue de porter les recommandations politiques au delà de la Conférence internationale sur l'engagement.

A la veille de la première Conférence internationale sur l'avenir du Soudan du Sud les femmes dirigeantes de la plus jeune des nations exposent des directives politiques concrètes sur le développement, la sécurité et les priorités gouvernementales de leur pays. Ces recommandations ont été développées lors du Symposium sur le genre co-organisé par l'Institut pour la sécurité inclusive et ONU Femmes, où des dirigeantes sud-soudanaises du gouvernement et de la société civile ont délibéré sur des questions relatives au développement, au cœur des préoccupations des femmes.

Ces recommandations contribueront à enrichir directement le débat de la Conférence internationale sur l'engagement (IEC) qui débute demain à Washington DC. Au cours de ladite conférence une attention toute particulière sera portée sur les priorités post-séparation à mettre en œuvre au Soudan du Sud . Elle fournira l'opportunité de façonner le plan de développement du Soudan du Sud - base des directives sociales, économiques et politiques du pays.

La Conférence internationale de l'engagement pour le Soudan du Sud va inciter les investisseurs du secteur privé et les donateurs pour l'aide au développement à btir de nouvelles relations avec le Soudan du Sud— en qualité de partenaires pour la paix et le développement.

« Il est primordial de saisir cette occasion afin d'assurer que les années de stabilisation à venir soient porteuses d'opportunités et ne contribuent pas au renforcement ou à la création de nouvelles formes d'exclusion» a déclaré Sarah James, présidente de l'Association générale des femmes du Soudan du Sud.

Dans d'autres pays où la guerre a cessé, la reconstruction post-conflit et le développement du secteur privé ont le plus souvent contribué à redonner le pouvoir et les opportunités économiques à une élite masculine. Le Symposium sur le genre a énoncé un éventail étendu de recommandations visant à assurer qu'une telle situation ne se produise pas au Soudan du Sud. Ces recommandations recoupent les thèmes majeurs abordés lors de la CIE parmi lesquels figurent: le développement des capacités humaines, la prestation d'un service social de base, la gouvernance, l'engagement du secteur privé, la gestion du revenu pétrolier, l'infrastructure physique, et la mobilisation de l'aide pour soutenir le Soudan du sud.

Au cours des délibérations du Symposium, des femmes ont souligné qu'investir dans le futur du Sud-Soudan nécessite de miser sur les compétences des femmes en tant que travailleuses, citoyennes, membres de la famille et de la communauté. Bien que ces femmes aient exposé plus de 40 recommandations ciblées, elles ont jugé que, dans l'immédiat, il convenait de s'attaquer à 4 initiatives d'un rang de priorité élevé :

  • Etablir une banque pour les femmes pourvue d'un capital de départ d'un minimum de 10 millions de dollars fournissant aux femmes un accès à des taux d'intérêts minimes en remplaçant les garanties sociales par des garanties physiques.
  • Réclamer que 25 pourcent des investissements réalisés dans le domaine de l'agriculture ciblent l'augmentation du nombre de femmes dans la production agricole et assurent leur accès aux marchés.
  • Assurer que la moitié des ressources des Fonds de développement communautaires (financés par une part des revenus du pétrole) soit allouée à la santé des femmes, leur éducation, leur sécurité économique et physique.
  • Assurer que chaque état prenne des mesures pour décupler l'alphabétisation fonctionnelle des femmes adultes (et passer de 12 à 25 pourcent à l'échelle nationale).

Les femmes du Soudan du Sud ont toujours fait partie intégrante du développement de leur pays. Durant la guerre civile, elles se sont réunies en permanence au delà des frontières pour plaider en faveur de la paix et ont joué un rôle crucial en tant qu'architectes du changement. Le Symposium sur le genre a constitué une véritable occasion pour les femmes de mettre en commun l'étendue de leurs expériences et compétences, et de fournir des recommandations concrètes visant à façonner le développement de leur nouvelle nation.

« Le rôle des femmes a été central durant cette délibération difficile -nous nous sommes battues, nous sommes restées soudées ensembles pour défendre nos communautés » a déclaré l'honorable législatrice Angelina Tenny. Elle a rajouté: « Il nous reste beaucoup à offrir. Les femmes ont investi toutes leurs ressources pour l'indépendance du Soudan du Sud. Nous œuvrons pour mettre en place la conduite à tenir et définir le rôle des femmes dans la construction de la nation, la paix et le développement. Il nous faut investir dans les femmes pour la paix et le développement.»