ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

ONU Femmes consacre près d’1,5 millions de dollars en micro-prêts afin de permettre aux femmes d’accéder à la propriété et aux droits de succession dans le contexte du HIV/sida

Error:

Date: 14 March 2011

Nations Unies, New York — ONU Femmes, dans le cadre du Fonds pour les droits de propriété et de succession des femmes dans le contexte du VIH/sida, a annoncé aujourd'hui qu'elle consacrerait environ 1,5 millions de dollars sous forme de micros-prêts en faveur de 20 organisations communautaires d'Afrique sub-saharienne pour renforcer les droits de propriété et de succession des femmes. Cette stratégie est perçue comme déterminante pour résoudre le problème de la vulnérabilité des femmes face au VIH/sida.

« Les faits prouvent qu'augmenter la sécurité économique des femmes grce à l'accès aux actifs tels que la terre, la propriété, le revenu, le crédit et la formation professionnelle contribue à prévenir le VIH et à renforcer les capacités des femmes à atténuer leurs conséquences sur leurs foyers et leurs communautés — notamment quand les femmes sont les principaux fournisseurs de soins dans les foyers touchés par le sida » indique la Directrice exécutive d'ONU Femmes Michelle Bachelet.

Grce à ces subventions allant jusqu'à 75.000 dollars E.U., les bénéficiaires — sélectionnés parmi près de 650 demandes — mettront en œuvre des projets sur un an. Les initiatives se concentreront sur le renforcement des cadres juridiques en vue de mieux promouvoir les droits de propriété et d'héritage dans le contexte du VIH/sida ; renforcer les capacités des professionnels juridiques et des fournisseurs du système de justice informel afin de rendre les services juridiques disponibles, accessibles et abordables aux femmes vivant avec et/ou touchées par le VIH/sida ; et augmenter l'influence des organisations et des réseaux en vue d'assurer que les lois et les politiques en matière de VIH/sida protègent et favorisent les droits des femmes.

Lancé en septembre 2010, le Fonds pour les droits à la propriété et à l'héritage des femmes dans le contexte du VIH/sida est généreusement appuyé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI). Etant donnée l'importance de la réponse reçue à l'appel initial, l'ACDI a doublé sa contribution initiale, portant le montant total de son appui à 2 millions de dollars E.U. et permettant à ONU Femmes d'accorder deux fois plus de subventions.

Liste des bénéficiaires des subventions

ABANTU for Development (ABANTU), Kenya : augmenter les capacités et l'accès des femmes à l'héritage et à la propriété, notamment ceux liés à des actifs non réclamés. A cette fin, ABANTU encouragera la promulgation du projet de loi nationale sur les Actifs financiers non réclamés et montrera les possibilités de réunifier les femmes au sein des groupes d'appui pour le VIH/sida d'ABANTU grce à ces actifs.

Association of Genocide Widows Agahozo (AVEGA), Rwanda : sensibiliser les membres et bénéficiaires d'AVEGA vivant avec le VIH/sida à leurs droits de propriété et d'héritage, et renforcer les capacités des assistants juridiques à fournir une assistance juridique aux veuves impliquées dans les différends relatifs à la propriété et à la succession.

Civil Resource Development and Documentation Centre (CIRRDOC), Nigéria : renforcer et augmenter les interventions visant à réduire la discrimination et le rejet dans l'Etat d'Ebonyi et de Cross River. Le CIRRDOC identifiera les loi statutaires et coutumières liées aux droits de propriété et d'héritage et renforcera les capacités des fournisseurs de services juridiques et des comités luttant contre la violence à l'égard des femmes au niveau de la communauté en vue d'améliorer la demande, l'accès et l'utilisation par les femmes des services juridiques.

Coalition des ONG et OCB du Cameroun œuvrant dans le domaine des Etablissements Humains (CONGEH), Cameroun : fournir aux femmes vivant avec et/ou touchées par le VIH/sida — notamment celles vivant dans des établissements informels et dans des situations d'insécurité des droits fonciers et au logement — en leur assurant l'éducation, les outils et ressources nécessaires pour défendre leurs droits de propriété et d'héritage. La CONGEH organisera des dialogues avec les dirigeants locaux et traditionnels pour renforcer l'appui en faveur de ces droits.

Collaborative Efforts to Alleviate Social Problems (CEASOP), Ouganda : renforcer les capacités des 180 groupes d'auto-assistance féminins « les plus pauvres parmi les pauvres » — atteignant 3.600 membres — à Lango, au Nord de l'Ouganda, afin de défendre leurs droits de propriété et d'héritage en mettant en place des services d'assistance juridique au niveau de la communauté en vue à leur terme les réclamations.

Dialogue on Shelter for the Homeless Trust in Zimbabwe (Dialogue on Shelter), Zimbabwe : mener à bien une étude participative de référence sur les expériences des femmes au niveau de l'accès aux droits de propriété et d'héritage dans trois provinces — Harare, Bulawayo et Mashonaland West — et de concevoir une campagne éducative réalisée au niveau local pour renforcer la sensibilisation des organisations membres et des fournisseurs de services engagés dans la protection des droits de propriété et d'héritage des femmes.

Grassroots Organisations Operating Together in Sisterhood (GROOTS-Kenya), Kenya : renforcer le travail du Modèle de groupe de protection appartenant à la communauté dans les départements de Kiambu, Busia et Homa Bay en renforçant l'accès à la justice formelle et informelle des femmes locales vivant ou touchées par le VIH, notamment des veuves, par rapport à la confiscation des terres et de la propriété.

House of Peace (HOP), Tanzanie : examiner les carrefours entre VIH/sida, violence sexiste (GBV) et droits de propriété et d'héritage, par le biais de services juridiques spécialisés à l'intention des femmes et des filles et d'un programme de formation éducative par les pairs en vue de sensibiliser les femmes et de renforcer leurs compétences en matière de leadership, de communication et de mobilisation.

International Federation of Women Lawyers (FIDA-Ghana), Ghana : renforcer l'accès à la justice de 100 femmes vivant avec et/ou touchées par le VIH/sida et de 400 de leurs dépendants en renforçant les cadres et processus juridiques qui brident leurs droits à la propriété et à l'héritage. Le FIDA-Ghana réunira également le consensus parmi les décideurs politiques et les défenseurs de l'égalité des sexes en vue d'assurer que les politiques nationales au niveau du sida assurent le respect de leurs droits de propriété et d'héritage.

Legal Resources Foundation (LRF), Zimbabwe : renforcer les capacités des femmes zimbabwéennes de Matabeleland à défendre leurs droits de propriété et d'héritage et renforcer l'accès à la justice des femmes pauvres, marginalisées et vulnérables grce à l'action éducative et aux centres d'assistance juridique du LRF.

Maasai Women Development Organization (MWEDO), Tanzanie : renforcer l'accès aux droits de propriété et d'héritage de 350 femmes vivant avec ou touchées par le VIH/sida vivant dans la région d'Arusha. La MWEDO renforcera les capacités des Forums de femmes masaïs pasteurs et des groupes de protection, facilitera les dialogues communautaires locaux et organisera l'Académie foncière des organisations féminines communautaires de la région.

National Community of Women Living with HIV/AIDS, Ouganda (NACWOLA) : renforcer le système informel de justice dans le district de Kaberamaido en renforçant les capacités des assistants juridiques de la communauté, des dirigeants claniques et traditionnels, et des membres des Conseils fonciers, ainsi que celles des femmes et des filles vivant avec et touchées par le VIH/sida en vue de défendre des lois et des politiques nationales protégeant et assurant la promotion des droits de propriété et d'héritage des femmes.

Ntengwe for Community Development (Ntengwe), Zimbabwe : renforcer les capacités de la police locale, des dirigeants traditionnels, des assistants juridiques gouvernementaux locaux et aider les groupes de femmes séropositives et de pairs à réduire les confiscations de la propriété et de l'héritage, à Victoria Falls et dans le district d'Hwange.

People's Dialogue on Human Settlement (PDG), Ghana : renforcer les cadres juridiques et politiques nationaux afin que les femmes puissent pleinement jouir de leurs droits de propriété et d'héritage dans les faits. Le PDG renforcera les capacités du gouvernement, des décideurs politiques, des médias et des autres parties prenantes, et autonomisera les femmes, les filles et leurs défenseurs afin qu'ils puissent revendiquer avec efficacité ces droits.

Réseau des Femmes œuvrant pour le développement rural (Réseau), Rwanda : renforcer les capacités des autorités locales, des assistants juridiques locaux, et des systèmes judiciaires aux niveaux des districts et sectoriels en vue de promouvoir les droits de propriété et d'héritage des femmes vivant avec et/touchées par le VIH/sida ; recenser les violations des droits ; et sensibiliser les femmes touchées, y compris leurs organisations, et les militants locaux aux droits, politiques, stratégies et pratiques.

Slum Women's Initiative for Development (SWID), Ouganda : habiliter les femmes locales du district de Jinja à jouir de leurs droits de propriété et d'héritage en formant des coalitions permettant d'augmenter l'influence des communautés informées, de renforcer les réseaux communautaires d'assistance juridique et d'accroître la participation des femmes vivant avec ou touchées par le VIH/sida dans les processus de prise de décisions communautaires.

Uganda Network on Law, Ethics and HIV/AIDS (UGANET), Ouganda : fournir, par l'intermédiaire de praticiens juridiques autorisés, d'équipes d'assistance juridique, et de personnes d'expérience appartenant à la communauté (CORPS), des services d'appui juridique aux femmes vivant avec et/ou touchées par le VIH/sida qui sont victimes de violations des droits de propriété et d'héritage dans les districts de Lira et de Masindi dans le nord de l'Ouganda.

Women and Law in Southern Africa Research and Education Trust (WLSA-Zimbabwe), Zimbabwe : fournir des services d'assistance juridique et juridiques à 600 femmes par le biais de services d'assistance et de cliniques d'assistance juridique mobiles, et mener à bien des recherches sur les violations des droits de propriété et d'héritage des femmes. Les hommes seront également impliqués, notamment dans les domaines de l'enregistrement des mariages et de la rédaction testamentaire.

Young Widows Advancement Program (YWAP), Kenya : permettre aux jeunes veuves du district d'Embakasi à Nairobi de revendiquer et de défendre leurs droits de propriété et d'héritage. L'YWAP améliorera la disponibilité des ressources juridiques locales pour les veuves et les orphelins et renforcera leur sensibilisation et leurs connaissances de leurs droits de propriété et d'héritage.