Mme Bachelet, Directrice exécutive d’ONU Femmes, présente les grandes lignes d’une nouvelle initiative de consolidation de la paix

Date : 03 March 2011

Mme Bachelet décrit la manière dont ONU Femmes créera un fichier international d'experts de l'égalité des sexes pouvant être rapidement déployés pour travailler sur un certain nombre de questions spécifiques (Photo: Phil Kessler)

Mme Bachelet décrit la manière dont ONU Femmes créera un fichier international d'experts de l'égalité des sexes pouvant être rapidement déployés pour travailler sur un certain nombre de questions spécifiques (Photo: Phil Kessler)

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, a annoncé aujourd'hui une nouvelle initiative pour promouvoir le rôle des femmes dans le règlement des conflits. Au cours d'un discours au Roosevelt House Public Policy Institute, elle a décrit comment ONU Femmes créera un fichier international d'experts de l'égalité des sexes pouvant être rapidement déployés pour travailler sur des questions telles que le droit constitutionnel, la loi électorale et relative aux partis politiques, et l'assistance juridique, autant d'éléments cruciaux dans les processus de reconstruction postconflictuels.

Le fichier aidera les associations de femmes à s'organiser de manière à pouvoir participer pleinement et efficacement aux processus de paix.

« Cela agira comme un multiplicateur de force pour les mouvements locaux de femmes qui ont vu leurs rangs décimés par les conflits et l'instabilité » souligne Mme Bachelet. « Un appui technique apporté à point nommé permettra de traduire leurs préoccupations en réformes institutionnelles durables pour maintenir la participation des femmes ».

Dans son discours, Mme Bachelet a également discuté des défis rencontrés au niveau de l'application des cinq résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité. Elle a décrit comme « au mieux, mitigée » la réponse de la communauté internationale au niveau de la protection des femmes pendant et après les conflits, et de ses efforts en vue de faire participer les femmes à la consolidation de la paix.

La communauté internationale a récemment amélioré ses capacités à répondre aux besoins des femmes victimes des conflits, a-t-elle affirmé. Les efforts déployés pour lutter contre la violence généralisée et systématique ont été particulièrement utiles. Les récentes résolutions du Conseil de sécurité ont permis de faire évoluer les choses, en passant d'une réponse aux besoins des femmes victimes à une reconnaissance plus proactive du besoin de mesures de sécurité adaptées sur mesure en vue de prévenir les atroces crimes de masse. En appui à cette évolution d'une réaction humanitaire vers une réponse protective, ONU Femmes contribue à la formation préalable au déploiement des soldats du maintien de la paix en vue de prévenir la violence sexuelle, qui fait souvent des ravages après même la cessation officielle des hostilités.

Mme Bachelet a noté que peu de progrès tangibles avaient été réalisés au niveau de la participation des femmes au règlement des conflits et à la consolidation de la paix à long terme. Elle a cité la faible participation persistante des femmes aux pourparlers de paix, où les femmes comptent en moyenne pour moins d'1 négociateur sur 10. On constate un sous-investissement continu dans l'emploi des femmes ou pour répondre à leurs besoins au niveau des moyens d'existence après les conflits, seulement 5% des fonds postconflictuels étant selon les estimations consacrés à des activités spécifiques en faveur des femmes et de l'égalité des sexes.

Le fait que les organisations de femmes manquent de financement les laisse en général démunies pour revendiquer leur participation au règlement des conflits et aux efforts de relèvement. Leur expertise limitée au niveau de la gouvernance, des processus judiciaires et du relèvement économique freine également la capacité des femmes à partager les dividendes de la paix.

Une stratégie récemment adoptée à l'échelle des Nations Unies vise à faire face à certaines de ces contraintes. Le Plan d'action 2010 du Secrétaire général sur la consolidation de la paix tenant compte d'une perspective de genre est en train d'être mis en œuvre par le Bureau d'appui à la consolidation de la paix, en partenariat avec ONU Femmes. Ce plan vise à assurer que les femmes sont consultées au cours des pourparlers de paix, des mesures telles que les quotas permettant de renforcer la participation des femmes aux élections postconflictuelles. Il vise également à ce que les programmes postconflictuels pour l'emploi bénéficient équitablement aux femmes et aux hommes, et à ce que les réformes des institutions de la sécurité et de la justice tiennent compte des menaces auxquelles les femmes sont confrontées. Le Secrétaire général a engagé toutes les entités des Nations Unies à consacrer au moins 15% des dépenses postconflictuelles à des initiatives en faveur de l'autonomisation de la femme.

Le Roosevelt House Public Policy Institute du Hunter College est situé dans la première demeure new-yorkaise de Franklin et Eleanor Roosevelt. Mme Roosevelt y a vécu en 1948, alors qu'elle participait à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme. La Conférence Phyllis L. Kossoff est un forum annuel qui réunit des figures de premier plan de la vie publique au sein de la Roosevelt House afin de discuter et de réfléchir sur les questions urgentes au niveau international et domestique. On compte parmi les intervenants invités des personnalités allant du Dalai Lama à Bill Gates.

ONU Femmes est l'organisation des Nations Unies dédiée à l'égalité des sexes et à l'autonomisation de la femme. Porte-drapeau des femmes et des filles dans le monde, ONU Femmes a été créé en 2010 en vue d'accélérer les progrès réalisés pour répondre à leurs besoins dans le monde.