ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Les pays les moins avancés seront bénéficiaires si les politiques prennent en compte les besoins des femmes dans le cadre du commerce formel et informel

Error:

Date: 11 May 2011

Istanbul— Beaucoup de femmes ont en emploi dans les secteurs du commerce formel et informel des pays les moins avancés (PMA), et leurs contributions à la croissance économique de leurs pays et de leurs foyers sont significatives, ont indiqué les experts mercredi, lors d'une manifestation organisée au cours de la Quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés (PMA-IV). Cependant, les femmes en tireraient davantage profit et contribueraient davantage si leurs besoins spécifiques étaient pris en considération lorsque les gouvernements définissent et mettent en œuvre leurs politiques commerciales, ont souligné les autorités intégrant le panel.

Le commerce informel dans lequel travaille les femmes des PMA demeure un enjeu généralement sous-estimé et négligé dans les politiques et les processus commerciaux, a déclaré la Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive d'ONU Femmes, Mme Michelle Bachelet, au cours de la manifestation intitulée “ Making Trade Work for Women (“ Le commerce au service des femmes ), organisée par ONU Femmes et la CNUCED.

Les principaux obstacles auxquels sont confrontées ces femmes, dont le manque d'accès au crédit, aux services, au transport, aux informations relatives à l'entreposage et à la commercialisation, et leur exposition aux abus, ne sont pas pris en compte dans la conception des politiques commerciales, qui ne concernent que le secteur du commerce formel, elle a expliqué. Cela se produit malgré le fait que “ le commerce formel et informel sont étroitement liés, par le biais de réseaux de production internationaux et de chaînes de valorisation mondiales conçus pour minimiser les coûts de production .

La croissance économique et l'expansion du commerce ne mènent pas nécessairement au développement social, et la croissance qui néglige d'important segments de la population, y compris les femmes, est de plus en plus remise en question, a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi. Il a souligné que plusieurs pays bénéficiant de la croissance économique ptissent de l'exclusion sociale et du problème des croissantes inégalités en matière de revenus.

“ Le développement a une valeur s'il s'agit d'un moyen efficace de promouvoir le bien-être et le développement humain, y compris l'égalité des sexes a déclaré le panéliste Khandu Wangchuk, ministre des Affaires économiques du Bhoutan.

Les intervenants ont remarqué que, selon des données récentes, plus l'égalité des sexes est présente dans un pays, plus le niveau d'investissement augmente. Ils ont également remarqué que les sociétés où l'inégalité en matière de revenus et la discrimination fondée sur le sexe sont plus faibles ont tendance à croître plus rapidement.

Dans la région de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le commerce informel transfrontalier contribue d'environ 30 à 40 % du commerce intra-SADC. Les commerçantes transfrontalières contribuent à la création d'emplois, à la réduction de la pauvreté et à l'intégration régionale, ont déclaré les intervenants. Elles ont permis à leurs pays d'amortir les effets de la crise financière et ont contribué à atténuer les pénuries alimentaires.

Vabah Gayflor, ministre de l'Egalité des sexes et du Développement du Libéria, a remarqué que 70 % des commerçantes transfrontalières de son pays commercialisent des produits agricoles locaux. Bien que les volumes de commerce soient relativement faibles, le revenu qui en résulte est régulièrement réinvesti et utilisé pour couvrir les dépenses familiales, a-t-elle précisé.

Pays par pays, les responsables des politiques doivent avoir une idée claire des secteurs économiques où travaillent les femmes et des difficultés qu'elles rencontrent, de manière à ce que les gouvernements puissent établir des politiques bien ciblées pour les aider, ont souligné les panélistes. Ils ont demandé instamment à la CNUCED et à ONU Femmes de poursuivre leur coopération dans le domaine de l'égalité des sexes et le commerce.