ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Remarques de Michelle Bachelet au cours de la cérémonie d’attribution du prix « Newsmaker of the Decade » de Women’s eNews

Error:

Date: 03 May 2011

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, s'est vue décerner le prix « Newsmaker of the Decade » (« Actrice de l'information de la décennie ») à l'occasion du Gala des 21 dirigeants pour le XXIe siècle organisé par Women's eNews, à New York, le 3 mai 2011.

[Vérifier à l'écoute.]

Je suis particulièrement heureuse de me trouver en présence de tant de dirigeants exceptionnels, qui ont attiré l'attention sur des sujets qui auraient pu autrement demeurer dans l'ombre. Vous êtes des sources d'inspiration pour tous ceux qui cherchent à autonomiser les plus vulnérables. En tant que première dirigeante d'ONU Femmes, je me suis engagée à être le porte-drapeau des droits des femmes et des filles dans tous ces secteurs — y compris en mettant fin à la violence contre les femmes et les filles et en favorisant leur leadership dans tous les domaines.

Avec la création d'ONU Femmes, fruit de la fusion de quatre agences plus petites, les Etats membres de l'ONU ont reconnu que si la promotion de l'égalité des sexes se traduit par une accélération du progrès au niveau de tous les objectifs de développement, ils devaient adresser un message clair que l'égalité des sexes et les droits des femmes doivent être traités sur un pied d'égalité avec d'autres impératifs mondiaux, tout comme la fin à la pauvreté et la lutte contre les changements climatiques.

La rédactrice en chef de Women's eNews, Rita Henley Jensen, présente le prix Newsmaker of the Decade de Women's eNews à la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet.

La rédactrice en chef de Women's eNews, Rita Henley Jensen, présente le prix Newsmaker of the Decade à la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, lors de la soirée de gala « 21 dirigeants pour le XXIè siècle » célébrée à New York, le 3 mai 2011. (Photo : Women's eNews.)

Nous savons que, pour provoquer le changement nécessaire, nous devrons nouer des partenariats solides — avec toutes les parties du système de l'ONU ainsi qu'avec les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les fondations et les médias — de façon à pouvoir trouver l'élan nécessaire nous permettant de réaliser le changement.

Comme je l'ai dit l'année dernière dès mon arrivée à l'ONU : « Les paroles que nous entendons dans les conférences de l'ONU — selon lesquelles l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes sont des objectifs en elles-mêmes et essentielles à tous les autres objectifs — doivent être plus qu'un mantra. Celles-ci doivent devenir une réalité vécue, dans tous les pays. »

L'autonomisation économique des femmes a déjà attiré l'intérêt des acteurs clés, y compris des entreprises et des médias. Le Rapport sur l'écart entre les sexes du Forum économique mondial souligne que, dans 134 pays, une plus grande égalité des sexes influence positivement le PNB par habitant. Une étude réalisée sur les 500 sociétés classées par la revue Fortune a révélé que celles qui comptent trois femmes ou plus au sein de leur conseil d'administration ont surpassé les résultats des autres de 53%.

Ce genre de nouvelles attire l'attention des gouvernements. Cependant, l'autonomisation économique ne se limite pas à mettre à profit les femmes en vue de la croissance économique. Les femmes qui gagnent leur propre revenu peuvent également remettre en question la manière dont les décisions sont prises au foyer et exiger le droit de vivre sans violence.

L'autonomisation économique des femmes est donc une priorité principale pour ONU Femmes — une priorité autour de laquelle nous rassemblerons tout le système de l'ONU. Nous devons travailler ensemble pour soutenir l'autonomisation économique des femmes, y compris les opportunités d'avoir un bon travail et de produire des biens, ainsi que l'extension des protections sociales à tous les employés.

Une autre priorité est la participation politique — le préalable de base à l'autonomisation des femmes et à une vraie démocratie.

Les femmes sont désireuses d'assumer ce rôle. Dans toute la région arabe, les femmes qui ne participaient pas auparavant à la vie publique revendiquent désormais le droit de participer à la revitalisation de leurs sociétés — y compris celui de se présenter aux élections et de participer aux processus de réforme constitutionnelle.

Parmi les principales priorités à l'ordre du jour d'ONU Femmes figure également l'élimination de la violence contre les femmes et les filles, qui est endémique dans tous les pays. Et les pays commencent à faire les comptes. Aux Etats-Unis, par exemple, ces coûts représentent environ 5,8 milliards de dollars E.U. par an en services de santé physique et mentale supplémentaires et en perte de productivité ; au Canada, pays qui compte une population plus petite et a des coûts inférieurs en soins de santé, le total s'élève encore à 1,16 milliard de dollars E.U.

Les coûts pour les femmes vont bien au-delà de ces estimations, particulièrement dans les situations de conflit. Le fait qu'il n'existe plus de ligne de démarcation claire entre champ de bataille et maison dans de nombreux conflits d'aujourd'hui fait que les civils sont de plus en plus visés et soumis à la violence et aux abus sexuels.

Ici aussi, on observe un élan vers le changement. Le viol est maintenant identifié et puni en tant que crime de guerre ou crime contre l'humanité, selon les circonstances spécifiques.

Beaucoup d'efforts de nous tous demeurent toutefois nécessaires.

Pour atteindre les résultats que nous savons aujourd'hui possibles, ONU Femmes a besoin de renforcer ses propres capacités et celles de ses partenaires, y compris les groupes de défense des droits des femmes — puisque le changement est plus rapide lorsque un large éventail de forces travaille ensemble dans un même but.

Collectivement, nous devons trouver une manière de mettre à profit notre énergie, notre savoir-faire ainsi que les richesses créées dans des pays comme celui-ci, et de les canaliser vers ceux qui sont encore marginalisés, de sorte que nous puissions faire de la réalisation des droits des femmes et de l'égalité des sexes la « une » de la décennie.

Merci de votre attention.