ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Au cours de sa première visite officielle en Tunisie, la Directrice exécutive d’ONU Femmes met l’accent sur le rôle central des femmes dans la démocratie

Error:

Date: 16 June 2011

Communiqué de presse d'ONU Femmes
Pour publication immédiate

Contact presse : Oisika Chakrabarti, Spécialiste des médias, ONU Femmes, oisika.chakrabarti[at]unwomen.org, +1 646 781-4522.

Mme Bachelet appellera à une plus grande participation des femmes dans le processus actuel de réforme, au renforcement des opportunités économiques et à la protection des femmes et des filles, en particulier dans les régions frontalières.

New York, le 16 juin 2011 — Au cours de sa première visite officielle en Tunisie, Michelle Bachelet, Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive d'ONU Femmes, l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation de la femme, attirera l'attention sur le rôle crucial que les femmes tunisiennes ont joué dans le mouvement pour la démocratie, et sur le besoin de faire de l'égalité des sexes et de l'autonomisation de la femme la pierre angulaire du processus de réforme en cours.

Au cours de sa visite de trois jours, Mme Bachelet appellera à une plus grande participation politique des femmes, notamment au cours des prochaines élections d'octobre ainsi que dans le processus de renforcement de la constitution, soulignant que l'égalité des sexes est un préalable à la promotion de la démocratie et du développement économique.

« De la Tunisie et de l'Egypte jusqu'à la Syrie, le Yémen, la Libye et le Bahreïn, les femmes ont été des participantes actives qui ont appelé à la démocratie, à la dignité et à l'égalité. En Tunisie, le processus a atteint un stade où les appels à l'égalité des droits et à la justice doivent se traduire dans la politique et la pratique » a souligné Mme Bachelet.

L'adoption historique par la Tunisie d'un nouveau code électoral garantissant une plus grande parité entre les sexes et l'équité de la représentation politique pour les femmes et les hommes lors des scrutins est un exemple de tout premier ordre pour le monde. Beaucoup de travail reste toutefois à accomplir pour renforcer la participation des femmes au niveau du leadership et de la prise de décisions dans le pays, y compris dans les vastes régions intérieures.

Mme Bachelet prononcera dans ce contexte les remarques d'ouverture de la conférence internationale « Les femmes et les transitions démocratiques dans les pays arabes ». Cette réunion servira de plateforme nationale pour mener des consultations sur les meilleures stratégies à adopter pour promouvoir les droits des femmes dans les processus démocratiques, et verra la participation de groupes de femmes et d'acteurs de la société civile de tous les pays arabes. Au début du mois, lors d'une réunion internationale similaire en Egypte, Mme Bachelet avait rencontré des dirigeantes égyptiennes et plaidé en faveur de l'égalité de l'influence et de la participation des femmes dans les processus de transition.

Des réunions avec les dirigeants tunisiens de haut niveau, dont le Président de la République M. Foued Mebazza, le Premier ministre M. Beji Caid Essebsi, le ministre des Affaires étrangères M. Mohamed Mouldi Kefi, la ministre des Affaires de la femme Mme Lilia Laabidi, le Président de la Commission électorale indépendante M. Kamel Jendoubi, le Président de la Commission d'enquête sur les violations des droits de l'homme, M. Taoufik Bouderbala, ainsi que les membres de la Commission pour la protection des objectifs de la révolution, sont prévues. Outre l'égalité des sexes dans le processus de réforme, Mme Bachelet se focalisera sur l'autonomisation économique des femmes et sur leur accès à l'emploi, ainsi que sur la protection des femmes et des filles, notamment à la frontière entre la Tunisie et la Libye.

ONU Femmes, la plus jeune organisation des Nations Unies, est devenue opérationnelle le 1er janvier 2011, et est chargé de promouvoir l'égalité des sexes. Il est le résultat de la fusion entre différentes parties du système des Nations Unies exclusivement centrées sur l'égalité des sexes et l'autonomisation de la femme.