Lutter contre la discrimination sexuelle et les stéréotypes sexistes négatifs : des réponses politiques efficaces

Date : 13 July 2011

La Directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes et Sous-Secrétaire générale Lakshmi Puri a animé une table-ronde sur le thème « Lutter contre la discrimination sexuelle et les stéréotypes sexistes négatifs : des réponses politiques efficaces » au cours du segment consacré à la coordination de la session de fond de l'ECOSOC à Genève, le 13 juillet 2011. Ci-après, son discours d'introduction.

[Vérifier à l'écoute.]

La Déclaration ministérielle de 2010 sur « la mise en œuvre des objectifs et engagements adoptés au niveau international en ce qui concerne l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes » a identifié les attitudes discriminatoires et les stéréotypes comme une question persistante et intersectorielle qui doit être réglée si l'on veut accélérer les progrès réalisés en vue d'atteindre les objectifs en matière d'égalité des sexes ainsi que les autres objectifs et engagements adoptés au niveau international en matière de développement, dont les objectifs du Millénaire pour le développement. La déclaration a également appelé à adopter des réponses politiques efficaces, y compris dans le domaine de l'éducation et des médias.

Qu'est-ce que les stéréotypes ?
Les stéréotypes existent dans toutes les sociétés. La manière dont nous nous percevons les uns les autres peut être déterminée par des a priori simplistes portés sur les gens, sur la base de traits particuliers tels que la race, le sexe, l'ge, etc.

Ils se basent sur des normes, pratiques et croyances socialement construites. Ils sont souvent culturels et fondés et entretenus par la religion, et reflètent des relations de pouvoir sous-jacentes.

Les croyances basées sur des stéréotypes peuvent être rigides, mais elles ont changé et changent selon les époques, ce qui constitue à la fois un défi et une chance.

Quel est leur impact ?
Les stéréotypes ne sont pas toujours négatifs de manière inhérente, mais étant donné qu'ils se basent sur des a priori qui ignorent les capacités, opportunités et environnement individuels et inhérents à chaque personne, ils ont tendance à être préjudiciables.

Les stéréotypes sapent la capacité des personnes à réaliser leur potentiel en limitant les choix et les opportunités. Ils sont à la base de la discrimination sexiste ouverte et dissimulée, directe et indirecte, et récurrente, qui a des conséquences négatives sur l'égalité de fond de jure et de facto qui devrait être garantie aux femmes.

Ils se traduisent par des politiques, lois et pratiques qui, dans la pratique, peuvent être dangereuses pour les femmes sur le terrain.

L'effet de « cela sur l'intégrité mentale et physique des femmes est de les priver des connaissances, de l'exercice et de la jouissance de leurs droits et de leurs libertés fondamentales » (recommandation du comité de la CEDAW).

On peut citer comme exemples les écarts de salaire, la ségrégation des emplois, le refus de promotions aux postes de direction, le plafond de verre dans différentes professions, la précarisation accrue des travailleuses et la féminisation de la pauvreté, la traite, le mariage forcé, les mutilations génitales féminines, les meurtres d'honneur, la violence contre les femmes dans les sphères domestiques, sur le lieu de travail et dans les espaces publics, et les niveaux inférieurs d'équation et d'opportunités de travail.

Les stéréotypes justifient plus largement la discrimination entre les sexes et renforcent et perpétuent les modèles historiques et structurels de la discrimination.

Les hommes en ptissent eux aussi, car le fait de se conformer à des rôles masculins de course à la compétition et à l'ambition peut mettre de la pression sur eux et les priver par exemple de la joie d'être parent ou d'entretenir des relations intimes respectueuses. Les stéréotypes et la discrimination entre les sexes qui en résultent ont des coûts élevés en termes de développement, d'obstacle à la démocratie, de dénie des droits de l'homme et de mise en péril de la paix et de la sécurité.

Par ailleurs, les bénéfices de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans tous ces domaines sont formellement reconnus.

Qu'est-ce qui doit être fait pour contrer les stéréotypes ?
Il convient de contrer et de lutter contre le phénomène des stéréotypes sexistes dans de multiples domaines : dans le langage et le vocabulaire, les lois et les pratiques, les mentalités des gens, les systèmes de justice, les médias et l'éducation, dans différentes organisations et au sein des autorités publiques, dans les entreprises et chez les particuliers.

Des efforts concertés sont nécessaires pour changer ce qu'un défenseur de l'égalité des sexes, le Professeur Ling White des Etats-Unis, a appelé la cosmographie des inégalités entre les sexes. Il a souligné que les « habitudes de langage » impliquent que « la personnalité est principalement un attribut masculin et que les femmes sont des sous-espèces… sous-humaines…, les hommes sont perçus comme des dirigeants, les femmes comme les suiveuses, les hommes comme des producteurs, les femmes comme des consommatrices, les hommes comme la force, les femmes comme la faiblesse… c'est une cosmographie qui a fait de l'homme un agresseur et l'humanité une victime ».

Dans le contexte de la famille domestique, aux niveaux de la communauté, de la société et national, ainsi qu'au niveau mondial, nous devons créer un environnement habilitant, des institutions et des systèmes spécifiques, et des porte-drapeaux et des modèles individuels doivent émerger.

Au niveau du pays, les politiques et mesures suivantes seraient efficaces :

  • Des mesures temporaires spéciales doivent être prises, y compris des quotas au sein des parlements et des parties politiques, dans le monde judiciaire, au sein des agences d'application de la loi, dans les secteurs exécutifs et des affaires (les principes d'autonomisation des femmes doivent être appliqués).
  • La représentation appropriée des femmes au sein des médias et le rôle proactif qu'elles jouent en tant que personnes médiatiques pour changer les perceptions. L'utilisation de la puissance des médias sociaux et des TIC, et la facilitation de l'accès à ceux-ci.
  • La participation et le leadership des femmes au sein des groupes communautaires religieux et confessionnels ainsi que des systèmes juridiques sont cruciaux pour favoriser une interprétation sensible au genre et juste des textes, coutumes et normes religieux et culturels.
  • Le développement de programmes éducatifs rigoureux et permettant de corriger les a priori, en diffusant l'éducation à tous les niveaux depuis la petite enfance, et en considérant que les garçons et les filles doivent également être accompagnés à l'ge adulte par des campagnes éducatives. Le développement d'outils éducatifs spéciaux à tous les niveaux, y compris l'utilisation de l'apprentissage en ligne.
  • Encourager les femmes et les filles à entrer dans des domaines éducatifs et professionnels traditionnellement dominés par les hommes, comme l'armée, le pilotage, les sciences, l'ingénierie, etc.
  • Promulguer des lois qui changent les mentalités, comme celles contre la violence domestique et les autres violences sexistes, y compris le harcèlement sexuel sur le lieu de travail et le viol. Les lois doivent criminaliser de telles activités et promouvoir des taux de condamnation élevés, et doivent changer la perception de ce que la virilité signifie, et de ce qui est permis ou non.
  • La promotion des responsabilités domestiques partagées entre les femmes et les hommes, par exemple en matière de parenté, de soins familiaux, etc.
  • La promotion des droits de propriété, y compris les droits à la terre et le contrôle sur les biens financiers et économiques, l'accès au crédit et l'appui au développement de l'entreprenariat.
  • L'allocation de ressources adéquates pour les programmes ciblant l'élimination des stéréotypes sexistes, par exemple par le biais de campagnes de mobilisation et de sensibilisation, et le développement de programmes éducatifs.
  • Les impôts et les autres incitations visant à renforcer l'autonomisation des femmes, y compris la participation au secteur privé, etc. Voir les exemples du Népal pour ce qui concerne les droits de propriété et de la Norvège pour la promotion de la parité entre les sexes dans l'emploi.

Renforcement et mise en application d'un cadre normatif et politique international et d'actions à cet égard.
Les stéréotypes sexistes ont été clairement identifiés dans la CEDAW comme empêchant la réalisation de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. Le texte affirme que tous les êtres humains, quel que soit leur sexe, sont couverts par ce principe et implique que pour développer leurs capacités, les femmes doivent pouvoir poursuivre une carrière professionnelle et faire leurs propres choix sans être soumises à des limites fixées par les stéréotypes sexistes, les rôles sexuels rigides ou les préjugés.
Le Programme d'action de Beijing appelle les gouvernements et les autres parties prenantes pertinentes à s'attaquer aux stéréotypes sexistes dans la vie publique et privée. L'Assemblée générale a constamment souligné que les stéréotypes sexistes persistants limitent les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Programme d'action de Beijing, et appelé à des actions visant à éliminer les stéréotypes sexistes, quelle que soit leur forme.

Lors de l'examen après 15 ans de l'application du Programme d'action de Beijing en 2010, la persistance des stéréotypes sexistes a été mise en exergue au niveau de la participation politique des femmes et de leur prise de décisions, de l'autonomisation économique des femmes et de leurs rôle dans la réduction de la pauvreté, de l'éducation et de la formation des femmes, de leur santé, des femmes et des médias, de la violence contre les femmes et de leurs droits fondamentaux. Les Etats membres ont souligné le besoin de mettre en place une palette de stratégies pour lutter contre les stéréotypes.

La recommandation du Comité de la CEDAW est révélatrice. Les attitudes traditionnelles en vertu desquelles les femmes demeurent subordonnées aux hommes, ou sont moins méritantes, ou le fait d'être confrontés à des rôles stéréotypés, perpétuent les actes de violence et de contrainte généralisés, tels que la violence et les abus, les mariages forcés, les meurtres d'honneur, et les mutilations génitales féminines.

Cela a pour conséquence de maintenir les femmes dans des rôles de subordonnées et contribue à leur moindre présence aux postes de direction politique, influence et participation à la main-d'œuvre, ainsi qu'à leurs niveaux inférieurs d'éducation et d'emploi.

L'Assemblée générale des Nations Unies, l'ECOSOC et la Commission de la condition de la femme traitent de cette question et continuent d'être vigilantes à cet égard et de renforcer les normes visant à changer la cosmographie des stéréotypes sexistes.

Aux niveaux régional et international, nous devons continuer de mettre en place des normes et standards qui écornent les normes, pratiques et croyances stéréotypées, et assurent qu'elles se traduisent au niveau national, dans des politiques et programmes pertinentes et dans leur mise en œuvre.

Les organisations du système des Nations Unies doivent s'attaquer au problème des stéréotypes dans leurs domaines pertinents d'expertise et d'action, et au niveau de leurs politiques et programmes, y compris dans le contexte de l'intégration d'une perspective de genre.

ONU Femmes s'engage à appuyer les initiatives déployées par les Etats membres par le biais du plaidoyer, de l'échange de connaissances, de partenariats stratégiques, y compris avec les OSC, les médias et le secteur privé, et de la fourniture de services techniques et consultatifs en vue de mettre en œuvre, contrôler et évaluer les programmes sur le terrain, ainsi que d'encourager et de promouvoir des modèles, porte-drapeaux et meilleures pratiques au niveau mondial.

Le plan de ce jour cherche à :

  1. Examiner la manière dont les stéréotypes sexistes impactent la réalisation de l'égalité des sexes dans divers domaines.
  2. Mettre en exergue et partager les expériences et les bonnes pratiques couronnées de succès visant à lutter contre les stéréotypes sexistes et la discrimination qu'ils entraînent, et se fonder sur les résultats positifs.
  3. Identifier des politiques et des normes efficaces aux niveaux national, régional et international.