Déclaration de Michelle Bachelet, Sous-secrétaire générale et Directrice exécutive d’ONU Femmes, sur la famine en Somalie

Date: 11 Aug 2011

Alors que la plus grave sécheresse depuis des décennies s'abat dans la Corne de l'Afrique, menaçant la vie de plus de 12 millions de personnes, la population somalienne doit faire face à de plus grands risques résultant du conflit armé et du manque de sécurité durable et de gouvernance. Cette confluence de la famine et du conflit est particulièrement dévastatrice pour les femmes et les enfants. En plus de tenter de sauver leurs enfants de la famine, la malnutrition et la maladie, les femmes somaliennes sont constamment menacées par le conflit, et tout particulièrement par la violence sexuelle qu'il engendre. Comme elles font de longs voyages, depuis ce qui était jadis leur maison vers des camps de réfugiés au Kenya ou en Ethiopie, la vulnérabilité de ces femmes et enfants est exacerbée.

En plus des efforts actuels, j'en appelle à la communauté internationale et aux dirigeants du monde à relever le défi que représente la protection de ces femmes et enfants et à répondre à leurs besoins urgents de survie.

Malgré tous les efforts accomplis à ce jour, moins de la moitié du financement nécessaire pour répondre à la famine a été engagée alors que la situation s'aggrave de jour en jour. Sur approximativement un milliard de dollars requis, seulement 40% - 408 millions- ont été fournis et un montant additionnel de 49 millions a été promis.

ONU Femmes en appelle, d'urgence, à tous les pays donateurs, ainsi qu'à toutes les factions politiques et militaires présentes en Somalie, à s'assurer qu'une attention particulière soit portée aux besoins essentiels des femmes et des enfants, et à s'assurer que l'aide parvienne à ceux qui en ont effectivement le plus besoin.