ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Conférence nationale sur les agressions sexuelles

Error:

Date: 16 September 2011

Message de Michelle Bachelet, Directrice exécutive d'ONU Femmes, à l'occasion de la Conférence nationale sur les agressions sexuelles organisée à Baltimore, aux Etats-Unis, le 16 septembre 2011.

Cher amis,

Je suis désolée de ne pouvoir me trouver parmi vous aujourd'hui, mais je suis heureuse d'avoir cette opportunité de vous parler de la question cruciale de la fin de la violence contre les femmes et les filles. Merci à tous pour le dévouement dont vous faites preuve pour mettre fin à cette violation des droits de l'homme la plus répandue.

Mettre fin à la violence sexuelle et sexiste - et à l'impunité qui permet à ses auteurs de la perpétuer - figure parmi les toutes premières priorités d'ONU Femmes. Nous estimons que s'attaquer à ce défi de manière efficace exige une stratégie aux aspects multiples et globale ainsi que des partenariats divers.

Au cours des années à venir, nous allons promouvoir de manière déterminante l'accès universel aux services pour toutes les femmes et les filles qui sont victimes d'agressions et d'abus sexuels. De tels services englobent non seulement la protection et les traitements de santé mais aussi l'accès à la justice - des officiers de police à l'aide juridique au système judiciaire - qui est loin d'être assuré à travers le monde, ainsi que le souligne la publication phare d'ONU Femmes, « Le Progrès des femmes dans le monde : en quête de justice ».

Nous accentuons également nos efforts en vue d'empêcher que les violences sexistes se produisent en premier lieu, en nous assurant que les efforts de prévention commencent tôt, en élevant les filles et les garçons sur la base des valeurs de la non-violence et du respect mutuel.

La prévention exige un engagement plus déterminé avec deux groupes stratégiques : les hommes et les garçons, et les jeunes gens, comme porte-drapeaux du changement. Et cela passe par la fin de l'impunité pour les auteurs de violences, sans quoi ce crime continuera d'être considéré comme une simple péripétie de la vie quotidienne dans de nombreux endroits.

En tant que nouvelle entité des Nations Unies chargée de mener et de coordonner les efforts du système des Nations Unies sur les droits des femmes et l'égalité des sexes, ONU Femmes reconnaît que la fin de la violence contre les femmes et les filles ne pourra se produire que dans le contexte plus large de l'égalité et de la justice sociale. Cela exige des investissements dans d'autres aspects clés de l'égalité des sexes.

Cela passe notamment par des investissements dans l'éducation, notamment l'éducation secondaire. Ces investissements sont hautement rentables, pas seulement pour les filles, mais pour les communautés et les nations dans leur ensemble. C'est probablement le meilleur « vaccin » que nous avons pour nous prémunir contre la discrimination et la violence sexuelles, pour réduire la pauvreté et pour promouvoir la croissance économique dans son ensemble.

Nous avons également besoin d'un plus grand investissement dans l'autonomisation économique des femmes. Toutes les formes de violences sexistes - que ce soit au foyer ou sur le lieu de travail, dans des situations de conflit ou de traite - sont liées au manque d'autonomie économique des femmes. L'égalité du revenu et des opportunités d'emploi permet aux femmes de renégocier les relations personnelles et au niveau du pouvoir social qui perpétuent la violence sexuelle et sexiste.

Et nous devons également investir davantage dans le leadership, le pouvoir de prise de décisions et l'influence des femmes. Les recherches montrent que lorsqu'une masse critique de femmes se trouvent à des postes de prise de décisions - en tant que leaders politiques ou représentantes au parlement, dirigeantes de la communauté ou cadres d'entreprises - l'environnement est plus favorable pour l'égalité des sexes et la tolérance zéro par rapport à la violence sexiste, où qu'elle survienne.

A ONU Femmes, nous travaillons sur tous ces fronts. Nous sommes convaincus que la violence contre les femmes est un fardeau qui pèse sur l'humanité, que nous devons éliminer ensemble grce aux initiatives collectives, exaltantes et sans relche déployées par des organisations et des particuliers engagés comme vous l'êtes.

Je vous souhaite une excellente conférence.