Apporter des réponses durables à la question de l’égalité des sexes dans la région de la CEDEAO

Date : 14 September 2011

Discours prononcé par la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, lors du symposium régional de haut-niveau: apporter des réponses durables à la question sur l'égalité des sexes dans la région de la CEDEAO, à Accra, au Ghana, le 13 septembre 2011.

Excellences, distingués représentants, collègues et amis,

C'est avec plaisir que je m'adresse à vous, aujourd'hui à l'occasion de cet important symposium sur le maintien de l'égalité des sexes en Afrique de l'ouest.

ONU Femmes est heureuse de se joindre aux autres partenaires de cette rencontre afin d'unir nos forces pour l'avancée de l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes dans la région du CEDEAO.

Je tiens également à vous féliciter, membres de l'Union Africaine pour avoir déclaré cette décennie, la décennie de la femme.

Le 21 ème siècle est tourne vers l'action pour le droit des femmes et l'égalité des sexes. Le moment est venu pour la participation intégrale des femmes. Il s'agit ici d'une question de citoyenneté à part entière et de démocratie, c'est pourquoi l'égalité des sexes devrait être une priorité pour tous les gouvernements dans le monde.

Oui, l'autonomisation des femmes est un moteur pour accomplir tous les objectifs du développement, y compris les Objectifs du Millénaire pour le Développement, auxquels les gouvernements du monde se sont engagés.

Venir à bout de l'extrême pauvreté et de la faim, améliorer la santé des femmes et des enfants, la lutte contre le VIH/sida dépendent en grande partie des progrès réalisés pour et par les femmes et filles.

Alors que vous êtes rassemblés durant ce symposium pour le maintien de l'égalité des sexes en Afrique de l'ouest, vous êtes guidés par la politique de genre de La CEDEAO, adoptée en 2004 par le conseil des Ministres des 15 états membres de la CEDEAO.

Dans cette politique de genre, vous avez accepté d'élargir et de promouvoir le principe de parité de genre, de renforcer les cadres institutionnels pour la promotion et la protection de tous les droits humains pour les femmes et les filles, et de promouvoir activement la mise en place de la législation pour garantir les droits des femmes

Cependant, malgré les engagements cités et les partenariats, de nombreux fossés demeurent lorsqu'il est question de la participation économique, sociale et politique des femmes et la protection des droits humains des femmes. En tant qu'experts sur le terrain, vous savez très bien quels sont les disparités, et vous connaissez certains des accomplissements réalisés par le renforcement des programmes et des budgets pour l'égalité des sexes.

Vous connaissez la valeur de la création de partenariats entre les ministères, entre les secteurs privés et publics et la société civile pour faire avancer le droit des femmes. Et vous connaissez l'importance du contrôle des processus de planning public et de budgétisation pour assurer le suivi et renforcer le progrès.

J'encourage, aujourd'hui la famille des Nations Unies et les autres partenaires de développement a non seulement soutenir l'égalité des sexes, mais aussi en faire une priorité. Je vous encourage à soutenir le renforcement des cadres institutionnels, l'expansion des opportunités pour l'autonomisation des femmes, l'augmentation de la participation politique des femmes et les efforts pour combattre la violence envers les filles et les femmes.

Investir dans les femmes et les filles, ce n'est pas seulement la chose faire. C'est également la voie la plus intelligente à suivre. C'est un solide investissement. Le rapport du Forum Mondial de l'Economie sur les disparités entre les sexes, à l'appui de données rassemblées dans 134 pays a mis avant qu'une augmentation d'égalité des sexes est étroitement lié à un produit national brut supérieur.

ONU Femmes ainsi que la famille de l'ONU rejoint le gouvernement du Ghana et la communauté de la CEDEAO dans notre engagement à faire avancer l'égalité des sexes en Afrique de l'Ouest.

Nous reconnaissons le rôle stratégique joué par les ministères des finances et de planification, le secteur privé, la société civile, les organismes régionaux dans le maintien des réponses axées sur l'égalité des sexes. Et nous croyons que votre partenariat et votre participation lors de ce symposium serviront à définir une stratégie concrète et contraignante qui puisse être utilisée de façon pratique et réelle afin d'améliorer l'autonomisation des femmes, le droit des femmes et l'égalité des sexes dans cette région.

Je vous souhaite beaucoup de succès lors de cette rencontre. ONU Femmes se tient à vos côtés et nous continuerons à nous tenir à vos côtés en mettant en avant la stratégie sur laquelle vous vous serez mis d'accord, et en transformant les mots en action afin de faire de l'égalité des sexes une réalité partagée.