ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Remarques de Michelle Bachelet lors d’un conseil de village, au Rajasthan

Error:

Date: 05 October 2012

Remarques de Michelle Bachelet lors d'une réunion de Gram Sabha (conseil de village) dans le district d'Alwar, au Rajasthan, en Inde, 5 octobre 2012.

[Vérifier à l'écoute]

Bonjour à tous,

Je suis ravie de me trouver parmi vous aujourd'hui. Voir tant de femmes et d'hommes façonner leur communauté et demander des comptes aux responsables élus est facteur d'inspiration.

Je suis heureuse de voir que votre communauté a élu une femme à sa tête.

Je sais ce que signifie être une dirigeante. J'ai été la première femme de mon pays, le Chili, à devenir Présidente et ministre de la Défense. J'ai également été ministre de la Santé. Et aujourd'hui, je suis la première Directrice exécutive d'ONU Femmes, une organisation créée en vue de promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Au fil de ma carrière dans la fonction publique, j'ai renforcé les programmes sociaux en faveur des femmes et des enfants, triplant le nombre de crèches gratuites pour les familles à faibles revenus. Nous avons amélioré la condition des femmes dans l'armée et la police, et la santé des enfants.

Nous avons introduit un certain nombre de mesures en vue de renforcer les opportunités économiques des femmes, lutté contre la violence domestique et amendé le code afin d'aggraver les peines de prison pour les auteurs de meurtres de femmes. Nous avons en outre entrepris une réforme majeure de la retraite, afin que les hommes et les femmes à faibles revenus puissent mener une existence digne dans leur grand ge.

Nous avons été en mesure d'améliorer les avantages sociaux en faveur des enfants, des femmes et des personnes gées, en donnant au pays les moyens de les financer et de les entretenir.

Les économies recueillies dans un fonds spécial grce au cuivre nous ont permis de financer les investissements sociaux et de surmonter la violente crise financière mondiale en 2008 et 2009.

Bien sûr, toutes ces mesures ont été possibles dans la mesure où nous avons pu nous appuyer sur une économie solide, consulter largement la population locale et bénéficier du consensus politique nécessaire pour exercer une direction responsable. Si tous les pays n'ont pas cette chance, tous les gouvernements ont le devoir d'assurer le bien-être des femmes, des hommes et des enfants et de fournir les services sociaux et la protection sociale de base.

La Directrice exécutive d'ONU Femmes Michelle Bachelet participe à une réunion de Gram Sabha (conseil local) avec des représentantes élues et des femmes locales au cours d'une visite de trois jours en Inde, du 3 au 5 octobre 2012. Crédit photo: ONU Femmes /Gaganjit Singh Chandok

Je comprends qu'une grande partie du travail réalisé ici vise à assurer que votre village bénéficie des programmes et mécanismes promus par votre gouvernement.

Et je suis convaincue que les dirigeantes font évoluer les choses dans la bonne direction. C'est la raison pour laquelle je suis si heureuse de me trouver ici en Inde avec vous tous, de vous écouter et d'apprendre de vous.

Votre pays a ouvert la voie en montrant l'efficacité des quotas pour ce qui est de mieux faire entendre la voix des femmes et de promouvoir la participation des femmes à la politique. J'ai appris que l'Inde affiche près de 40 pour cent de représentantes élues au niveau local - quelque 1,5 million de femmes. L'Inde a ainsi mis en pratique la plus importante expérience au monde en matière de démocratie locale.

La démocratie se fonde sur le principe de représentation - et l'on ne saurait parler de représentation d'une population composée à moitié de femmes si ces dernières ne participent pas à la prise de décisions.

Les femmes et les hommes apportent leurs propres points de vue uniques. L'un n'est pas meilleur ou pire que l'autre : les points de vue des femmes et des hommes sont différents et se complètent. J'ai vu par moi-même la manière dont la prise de décisions s'améliore lorsque les hommes et les femmes joignent leurs forces et dirigent ensemble.

L'Inde a énormément progressé en tant que nation et a fait beaucoup pour augmenter le nombre de femmes participant à la gouvernance. Vous avez parcouru un long chemin et vous pouvez faire encore davantage pour promouvoir l'égalité.

Premièrement, vous pouvez faire un pas en avant en élevant le niveau de la représentation des femmes au niveau national, où seule une très faible proportion de femmes siègent actuellement au sein du parlement national.

Deuxièmement, vous pouvez trouver des moyens de traduire le fort leadership des femmes en apportant des changements significatifs aux lois et politiques qui auront un impact sur le bien-être de toutes les femmes. La santé des femmes et des enfants demeure par exemple un défi majeur pour l'Inde. En tant que dirigeantes élues, vous pouvez mettre à profit votre influence en vue de constituer des coalitions pour améliorer la santé et le bien-être des femmes et des enfants.

Je saisis cette opportunité pour m'adresser aux hommes présents ici. J'ai déjà parlé de l'égalité au niveau de la prise de décisions et de la politique, ainsi que du fait que de meilleures décisions sont prises lorsque les femmes et les hommes dirigent ensemble. Je veux maintenant vous féliciter d'avoir élu une femme comme dirigeante. Vous avez pris une sage décision.

Les femmes sont de bonnes dirigeantes. Les preuves ne manquent pas du fait que lorsque les femmes prennent un plus grand contrôle sur les revenus du foyer, davantage d'argent est consacré à répondre aux besoins des enfants, y compris aux niveaux de l'alimentation, de la santé et de l'éducation - en bref, cela bénéficie à la génération suivante. Lorsque les femmes sont actives dans le domaine politique et des affaires, le bien public et l'économie s'en trouvent améliorés.

Et si les lois, les politiques et programmes sont absolument essentiels pour faire triompher la justice et l'égalité, il est également vrai que les changements réels commencent au foyer. Les changements véritables se produisent lorsque la voix et les choix des femmes sont pris en compte, et lorsque les filles et les garçons bénéficient des mêmes opportunités pour atteindre leur potentiel. Les changements au sein de la famille renforcent les changements aux niveaux des lois et des politiques en faveur d'une société plus équitable.

Je suis fière qu'ONU Femmes et le gouvernement de l'Inde, avec l'appui de la Norvège, travaillent ensemble en faveur du leadership politique des femmes dans cinq États du pays.

J'en profite pour remercier le gouvernement du Rajasthan d'avoir rendu obligatoire le Mahila Sabhas. Fondé sur la philosophie du Mahatma Gandhi, je reconnais que cela est un important forum qui permet aux femmes d'expliquer en détails leurs préoccupations, de partager leurs solutions et de les amener devant le Gram Sabhas.

Si les femmes ne participent pas aux réunions du Gram Sabha, elles prennent le risque de voir leurs intérêts mis de côté. Il est donc important pour vous, en tant que femmes, d'y participer activement, ce qui permettra aux Gram Sabhas de fonctionner de manière plus efficace. Je vous demande à tous d'assister en grand nombre aux réunions de Gram Sabha en vue de faire connaître vos demandes et vos aspirations.

Le Gram Sabha - comme votre rassemblement - est la pierre angulaire de cette grande aventure de l'égalité et de la démocratie. Si vous réussissez, vous changerez l'Inde et le monde pour le mieux - et ces changements se feront sentir maintenant et pour les générations à venir.

Au nom de mon équipe en Inde, je vous remercie, et je vous assure du soutien d'ONU Femmes.

Merci de votre attention.