Au Conseil de sécurité des Nations Unies, ONU Femmes appelle les leaders du monde entier à garantir des processus de consolidation de la paix ouverts à tous

Date : 30 November 2012

New York, le 30 novembre - A l'occasion du débat public au Conseil de sécurité des Nations Unies organisé aujourd'hui pour commémorer le 12ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, a appelé les dirigeants mondiaux à garantir un leadership déterminé, des ressources spécifiques et des opportunités directes afin de permettre aux femmes de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité.

L'historique résolution 1325 du Conseil de sécurité, adoptée en 2000, est la première à faire un lien entre l'expérience des femmes dans les conflits et les processus de paix et de sécurité internationaux, en attirant l'attention sur l'impact des conflits sur les femmes et les filles, et en appelant à l'implication des femmes dans le règlement des conflits et la consolidation de la paix.

Le rapport annuel du Secrétaire général des Nations Unies au Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, publié avant le débat, analyse les progrès accomplis l'année passée dans l'application de la résolution 1325 dans les domaines de la prévention, de la participation, de la protection, des secours et du relèvement. Le rapport, présenté aujourd'hui par Mme Bachelet au Conseil de sécurité, souligne que si des progrès ont été réalisés, ils ne l'ont pas été au rythme escompté.

« Cette résolution historique trouve son origine dans le courage, le leadership et les réalisations extraordinaires des organisations de femmes de la société civile qui promeuvent la paix et la protection des femmes dans des circonstances difficilement imaginables » a déclaré Mme Bachelet, qui s'est félicitée du thème du débat choisi cette année et du travail réalisé par les btisseuses de la paix. « Il convient de déployer un effort particulier pour prévenir la violence basée sur le genre en périodes de conflits, d'enquêter et d'engager des poursuites contre les atteintes portées aux droits des femmes, ainsi que d'inviter les femmes à participer aux négociations de paix. C'est la différence entre se contenter de suivre le mouvement et faire un effort supplémentaire. Chacun d'entre nous doit faire un effort supplémentaire pour les femmes, la paix et la sécurité » a-t-elle ajouté.

Le rapport 2012 du Secrétaire général comporte des mises à jour sur les mesures qui ont permis d'améliorer la coordination et la responsabilité. Il met en avant un nombre croissant d'exemples marquants initiés par les femmes pour la paix et la sécurité. Du Kirghizistan au Timor-Leste, d'Haïti au Soudan du Sud, en passant par le Libéria, le Népal et de nombreux autres pays, les femmes sont à la tête d'approches novatrices visant à prévenir les conflits et la violence et à consolider la paix au sein de leurs communautés.

Beaucoup de défis demeurent pourtant à surmonter pour assurer l'application de la résolution 1325 du Conseil de sécurité:

  • Dans le domaine de la prévention des conflits, si davantage d'acteurs participent aux systèmes d'alerte précoce et à l'établissement de rapports sur les menaces pesant sur les femmes et les filles, la prévention de la violence et des atteintes aux droits fondamentaux des femmes et des filles en périodes de conflits et postconflictuelles demeure un défi, comme cela apparaît clairement en Syrie, au Mali, dans l'est de la RDC et dans d'autres pays.
  • Dans le domaine de la participation, des efforts spécifiques sont nécessaires pour renforcer la participation des femmes aux processus de paix officiels. Seules 4 des 14 négociations de paix codirigées par les Nations Unies en 2011 ont vu la participation de délégations incluant des femmes. Sur les neuf accords de paix signés en 2011 impliquant huit pays, seuls deux - le Yémen et la Somalie - comportaient des dispositions sur les femmes et la paix et la sécurité.
  • Dans le domaine de la protection, les patrouilles communautaires, l'accès à l'aide juridique, l'intervention rapide et les équipes d'urgence ont été renforcés au cours de l'année passée, et des efforts ont été déployés en vue d'intégrer la protection des femmes dans les procédures de fonctionnement standard du personnel du secteur de la sécurité dans certains contextes. Pourtant, la violence sexuelle et d'autres formes de violence basée sur le genre demeurent endémiques dans les situations de conflits et d'instabilité politique. L'accès des femmes à la justice a besoin d'être considérablement renforcé. Des stratégies de protection spécifiques pour le retrait et la transition des missions ainsi qu'une attention accrue à la protection des défenseuses des droits de l'homme sont nécessaires.
  • Dans le domaine du secours et du relèvement, la part des budgets alloués à l'autonomisation des femmes et à l'égalité des sexes augmente mais demeure faible. Une étude réalisée sur plus de 200 documents de projets des Nations Unies dans six pays a montré qu'en moyenne, 7,1 pour cent des budgets ont ciblé les besoins ou les questions spécifiques au genre en 2012, ce qui traduit une hausse par rapport à l'estimation de 5,7 pour cent en 2010. Il convient d'accélérer les efforts en vue d'atteindre l'objectif de dépense minimum de 15 pour cent fixé dans le plan d'action du Secrétaire général sur la consolidation de la paix tenant compte des questions de genre.

Le rapport recommande que des mesures urgentes soient prises pour assurer une application cohérente de la résolution 1325, en accordant une attention systématique aux femmes et à la paix ainsi qu'aux engagements en matière de sécurité dans toutes les actions du Conseil de sécurité ; une détermination plus solide pour promouvoir la participation et la représentation des femmes et des filles ; un nombre plus important de médiatrices, et davantage de femmes aux postes de haute direction des organisations internationales et régionales ; et une amélioration continue des systèmes de contrôle et de responsabilité, y compris aux niveaux régional et national. Le rapport souligne la nécessité d'un engagement précoce et durable auprès des groupes de femmes et des dirigeants dans toutes les initiatives visant à prévenir et à résoudre les conflits et à consolider la paix.

Avant le débat public du Conseil de sécurité, des femmes militantes et des organisations de femmes ont rencontré de hauts dirigeants des Nations Unies dans plus de 20 pays, dans le cadre d'entretiens facilités par ONU Femmes, le DOMP, le DAP et le PNUD, pour discuter des défis et de faire leurs recommandations sur les questions relatives aux femmes et à la paix et à la sécurité. Les participants ont réitéré le besoin urgent d'assurer la participation des femmes tout au long du processus de consolidation de la paix.

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix Hervé Ladsous, et la Directrice exécutive de Femmes Africa Solidarité, Bineta Diop, ont également apporté des informations au Conseil de sécurité.

Diffusion en direct sur Internet du débat du Conseil de sécurité: www.onufemmes.org

Joignez-vous à la conversation sur Twitter [EN; SP; FR] et sur Facebook [EN; SP; FR], et partagez vos réflexions sur le 12ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité et les femmes, la paix et la sécurité, par le biais des hashtags #res1325 et #womenpeacesecurity.

Contacts médias: Hadrien Bonnaud, hadrien.bonnaud@unwomen.org, +1 646 781-4751