Message adressé par Michelle Bachelet, Directrice exécutive d’ONU Femmes, à l’occasion de la Journée des droits de l’homme 2012: l’inclusion et le droit de participer à la vie publique

Date: 10 Dec 2012

Journée des droits de l'homme 2012: l'inclusion et le droit de participer à la vie publique

Message de Michelle Bachelet, Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive d'ONU Femmes

Aujourd'hui, en cette Journée des droits de l'homme, nous célébrons le droit de toute personne à faire entendre sa voix et à participer pleinement à la vie publique. Pourtant, les voix de trop de femmes et de filles continuent d'être étouffées en raison de la discrimination, des menaces et de la violence. Cela empêche tout progrès pour les femmes et tous les membres de la société.

La participation des femmes est fondamentale au développement durable, à la paix et à la démocratie.

Le moment est venu d'éliminer les obstacles à la pleine et égale participation des femmes à l'économie, à la politique et à tous les aspects de la vie publique.

Aujourd'hui, je demande que davantage de femmes puissent accéder à des postes de direction. Les voix des femmes doivent être entendues au sein des parlements, des conseils de villages, des syndicats, des pourparlers de paix, des cabinets gouvernementaux, des conseils d'administration et dans tous les domaines de la vie publique.

Lorsque les femmes et les hommes dirigent ensemble, les décisions prises reflètent mieux les besoins divers de la société et y répondent mieux. Les pays et les entreprises caractérisés par des niveaux plus élevés d'égalité des sexes enregistrent une croissance et des résultats supérieurs. Les femmes dirigeantes incitent les jeunes femmes et les filles à élargir leur horizon, et ouvrent la voie à l'égalité.

Pourtant, si les femmes constituent 51 pour cent de la population mondiale, elles demeurent largement sous-représentées dans la vie publique. Seulement 21 femmes sont Chefs d'État ou de gouvernement, 1 parlementaire sur 5 seulement est une femme, et moins de 10 pour cent des négociateurs de paix sont des femmes.

Pour faire de l'égalité une réalité, il est temps d'abroger les lois et politiques discriminatoires, et de mettre les lois en concordance avec les traités internationaux relatifs aux droits de l'homme. Il est temps d'ouvrir les portes et de prendre des mesures de discrimination positive en vue de mettre en œuvre des mesures temporaires spéciales telles que les quotas.

Il est temps de libérer la pleine participation des femmes à la paix et à la sécurité. Où que les conflits aient lieu, que ce soit dans le nord du Mali, en République démocratique du Congo, ou en Syrie, les femmes doivent faire partie de la solution. Seules des solutions qui assurent l'inclusion de toutes et tous dans la société peuvent être durables. Il est temps de promouvoir l'égalité des droits, des chances et de la participation.

Aujourd'hui, en cette Journée des droits de l'homme, réaffirmons notre engagement en faveur de la réalisation de la vision portée par la Déclaration universelle des droits de l'homme, selon laquelle tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Éliminons les obstacles qui entravent les femmes et les empêchent de bénéficier de chances égales. Reconnaissons pleinement l'extraordinaire potentiel qui est celui de la moitié de la population mondiale. Les femmes ont une vision. Les femmes ont une voix. Elle doit être entendue.