Remarques de la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Michelle Bachelet, lors de la Journée de consultations du Forum ONG-CSW, le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme

Date : 26 February 2012

Toutes les activités de Mme. Bachelet au SCCF56 »
Remarques de la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, lors de la Journée de consultations du Forum ONG-CSW, le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme, 26 Février, 2012.
Le discours en vidéo : http://www.unwomen.org/2012/02/introductory-statement-by-ms-michelle-bachelet-56th-session-of-the-commission-on-the-status-of-women/
[Vérifier à l'écoute.]

Bonjour ! C'est un plaisir de participer à la Journée de consultation du Forum ONG-CSW, à la veille de la 56ème session de la Commission de la condition de la femme.

Je souhaite remercier Mme Soon-Young Yoon, nouvelle Présidente du Comité des ONG sur la condition de la femme de New York, qui m'a invitée au nom du Comité à m'exprimer aujourd'hui. Son éblouissante réputation s'est btie sur son engagement en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes, et sur sa foi dans le pouvoir des ONG à accélérer les projets en faveur des femmes à travers le monde. Son énergie positive est visible aujourd'hui.

C'est un honneur de parler à la même occasion que Mme Mirna Cunningham Kain, dirigeante autochtone nicaraguayenne, et Présidente de la 10ème Session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones. Cette universitaire, chercheuse, professionnelle de la santé, parlementaire et militante sociale s'est vue décerné cette année le Prix Woman of Distinction. Au nom de nous tous et toutes à ONU Femmes, je souhaiterais vous adresser mes félicitations !

C'est la deuxième fois que je m'adresse à cette communauté globale des ONG avant la session de la Commission. Je suis heureuse de me trouver parmi vous. On ne saurait trouver meilleure manière de commencer ces deux semaines très chargées de réunions et de manifestations qu'en rencontrant les représentants de la société civile.

J'espère que cette session sera un jalon important sur la voie d'un ordre du jour ayant comme thème le développement durable renouvelé et revigoré, plaçant au centre des débats l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. L'engagement significatif et profond de la société civile sera un élément crucial. Mon intention est de poursuivre cette relation étroite avec la société civile, guidée par nos objectifs et aspirations communs.

Un an d'ONU Femmes

Je veux vous parler aujourd'hui de la première année de fonctionnement d'ONU Femmes, et de nos priorités pour 2012. Il est difficile de réaliser qu'il y a un an, nous lancions ONU Femmes. Très rapidement, en consultation avec de nombreuses parties prenantes, notamment la société civile, on m'a fait passer des messages clairs, notamment la nécessité d'ONU Femmes de se concentrer sur certaines questions pour accomplir des résultats tangibles. Je mentionnerai ici certaines réalisations qui peuvent être mises au crédit d'ONU Femmes au cours de cette première année d'existence.

Au niveau de la promotion, de la participation politique et du leadership des femmes, ONU Femmes a apporté son appui à des candidats, des partis politiques, des électeurs, des commissions électorales et des initiatives législatives dans plus de 25 pays, en vue d'assurer que davantage de femmes soient en mesure de voter et d'être élues.

ONU Femmes a répondu aux mouvements de protestations qui ont éclaté en Tunisie et sur la Place Tahrir, en appuyant la participation des femmes à la réforme constitutionnelle, aux élections et à la transition politique.

ONU Femmes a appuyé la création de l'Union des femmes égyptiennes, une association composée de 500 groupes, et aidé à formuler leurs revendications dans le cadre de la Charte des femmes égyptiennes.

ONU Femmes a appelé les gouvernements et la société civile des Etats arabes à faire des propositions concrètes pour appuyer la participation politique et l'autonomisation des femmes. Nous apportons 4,8 millions de dollars par l'intermédiaire du Fonds pour l'égalité des sexes en vue de promouvoir l'autonomisation des femmes dans le monde arabe.

En septembre, nous avons réuni des dirigeantes dans le cadre de l'Assemblée générale afin d'appeler davantage de femmes à prendre des positions de direction politique dans le monde, et nous avons été le porte-drapeau d'une nouvelle résolution de l'Assemblée générale à cet égard. La résolution a été adoptée en décembre, et appelle les pays à prendre des mesures concrètes en matière de renforcement de la participation politique et le leadership des femmes. Nous nous félicitons de l'adoption de cette résolution, et nous réjouissons à l'avance de travailler avec vous pour rendre les progrès tangibles.

Dans le domaine de l'autonomisation économique des femmes, ONU Femmes a aidé les pays à fournir des formations et des compétences, en renforçant l'accès aux marchés, et en assurant l'équité des politiques, lois et conditions pour les femmes.

Des avancées majeures ont été réalisés au niveau législatif, notamment l'adoption de la Convention de l'OIT sur le travail décent pour les travailleurs domestiques, une nouvelle loi sur l'égalité des sexes pour promouvoir l'égalité des chances dans le domaine de l'éducation et de l'emploi, et pour améliorer les droits des femmes en El Salvador et dans d'autres pays.

Un pas décisif a été accompli au niveau de la réforme des droits au bail et à la propriété au Maroc.

De même, ONU Femmes s'est adressé au secteur privé et assuré l'engagement de 257 PDG en faveur de ses Principes d'autonomisation des femmes, en vue de promouvoir des conditions de travail décentes et l'égalité des chances pour les femmes.

Nous avons également lancé un partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, le Fonds international de développement agricole et le Programme alimentaire mondial s'agissant de l'autonomisation des femmes rurales.

Mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles a également été une question prioritaire en 2011, comme cela le sera toujours. ONU Femmes a lancé 16 mesures politiques pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes, et a lancé une initiative en vue de fournir des services essentiels aux rescapées. Nous avons aidé les gouvernements, les groupes de femmes et les autres à adopter des lois et des politiques, en renforçant la sensibilisation et en fournissant l'aide appropriée.

En 2011, ONU Femmes a publié son premier rapport phare sur le progrès des femmes dans le monde, « En quête de justice ». Le rapport montre que l'Etat de droit continue trop souvent d'exclure les femmes, et que des mesures telles que l'augmentation du nombre de femmes policières et juges et l'appui aux groupes juridiques de femmes peuvent permettre aux femmes de tirer partie de la justice.

De nombreux pays ont connu des réussites. En Zambie, par exemple, le ministère de l'Education a soutenu le développement d'« espaces sûrs » pour les filles au sein des écoles. Au Libéria, l'impunité et le niveau de violence ont chuté, suite à la mise en place par les femmes de brigades de justice.

Les dirigeantes autochtones ont œuvré à mettre fin à la traite des femmes et des filles, et formé plus de 4.000 femmes autochtones le long de la frontière avec le Brésil et le Paraguay.

Fin 2011, le Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes affichait un portefeuille de 96 subventions actives, couvrant 86 pays et touchant plus de 6 millions de personnes, d'une valeur totale de plus de 61 millions de dollars E.U..

Dans le domaine des femmes, de la paix et de la sécurité, nous insistons sur le fait que les femmes sont bien plus que de simples victimes des conflits, et qu'elles jouent un rôle leader au niveau de la paix et de la démocratie. Ce message a été adressé lors de l'attribution du Prix Nobel de la Paix 2011 à trois femmes.

ONU Femmes a pris des mesures pour veiller à ce que les femmes jouent un rôle central dans les pourparlers de paix et la consolidation de la paix, afin que celles touchées par les conflits puissent obtenir justice.

Un cadre à l'échelle du système des Nations Unies a été mis en place pour renforcer la coordination et la responsabilité dans tout le système des Nations Unies pour promouvoir la participation des femmes au règlement des conflits, à l'édification de la paix et à la fin de la violence sexuelle.

J'ai le plaisir de vous indiquer que le système des Nations Unies est parvenu à un accord afin de consacrer au moins 15% des budgets affectés au relèvement postconflictuel à assurer la participation des femmes, ainsi que de réserver aux femmes au moins 40% des emplois temporaires créés dans le cadre d'un relèvement postconflits,

Dans le domaine des budgets et des plans, ONU Femmes a travaillé dans plus de 50 pays dans le but de renforcer les capacités au niveau de l'analyse par sexe et de la budgétisation tenant compte des questions de genre, en utilisant des données ventilées par sexe pour favoriser des politiques et budgets publics plus équitables.

En Equateur, les ministères ont désormais recours à la budgétisation tenant compte des questions de genre, et les ressources allouées à l'égalité des sexes ont triplé.

A Montevideo, en Uruguay, un conseil de femmes conseille le maire sur les budgets et plans de la ville, et la sécurité et les services se sont améliorés.

Au Rwanda, pays qui met en pratique la budgétisation tenant compte des questions de genre, davantage d'argent a pu être alloué à la santé des femmes, ce qui a contribué à faire baisser la mortalité maternelle.

Un autre des mandats d'ONU Femmes consiste à diriger, coordonner et renforcer la responsabilité du système des Nations Unies dans le travail qu'il déploie au niveau de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. En réponse, un plan d'action à l'échelle du système a été élaboré, qui permet de fournir une base solide pour la promotion de l'intégration des questions de genre et la responsabilité au sein du système des Nations Unies.

J'ai le plaisir de vous indiquer qu'en 2011, les contributions en faveur d'ONU Femmes se sont élevées à un total de 235 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 33% par rapport à 2010, et que notre base de donateurs s'est élargie. Il conviendra toutefois d'intensifier nos initiatives de collecte de fonds pour atteindre l'objectif de 700 millions de dollars pour 2012-2013.

Ma principale priorité pour 2012 est de donner un nouvel élan à l'autonomisation économique et à la participation politique des femmes. Cela répond aux revendications exprimées par les femmes ainsi qu'aux événements récents, aux transformations en train de se produire sur les plans politique, social et économique.

Notre ordre du jour pour 2012 est ambitieux. ONU Femmes soutient les mouvements de femmes dans 52 pays qui oeuvrent à promouvoir le leadership des femmes. Nous travaillerons avec les parlements sur des réformes législatives en faveur de l'égalité des sexes dans 20 pays. Nous organiserons des formations dans 38 pays sur les techniques parlementaires et législatives pour la promotion de la participation politique des femmes. Nous appuierons la formation de femmes candidates dans 27 pays. Et nous soutiendrons la réforme des lois électorales dans 39 pays, afin de faciliter la participation des femmes aux élections en tant qu'électrices et candidates.

En 2012, ONU Femmes donnera une nouvelle impulsion au travail qu'il réalise avec ses partenaires dans le monde en faveur de l'autonomisation économique des femmes. Pour mettre les femmes sur un pied d'égalité avec les hommes, nous favoriserons la formation, l'équité des lois, la protection sociale, et l'égalité de l'accès aux opportunités et aux biens tels que la terre et le crédit.

En 2012, ONU Femmes s'attachera à faire en sorte que la justice bénéficie aux femmes, à mettre fin à l'impunité, mais aussi à améliorer la prévention en faisant participer de larges secteurs de la société, et à assurer des services en faveur des rescapées.

En 2012, nous nous attacherons également à renforcer la participation des femmes aux processus de paix et aux transitions politiques, et à renforcer l'accès des femmes à l'emploi, à la justice et à la sécurité dans les situations postconflictuelles.

Nous continuerons de travailler avec les Equipes de pays de l'ONU à développer la budgétisation tenant compte des questions de genre, avec la participation des femmes, en vue de réaliser des changements institutionnels durables.

Nous avons un ordre du jour exceptionnel. A l'évidence, nous ne pouvons tout réaliser tout seul. Nous aurons besoin de l'appui des décideurs politiques, des médias, et d'un effort concerté de l'ensemble du système des Nations Unies et d'autres partenaires du développement. Et nous compterons sur vous et travaillerons étroitement avec vous au fur et à mesure que nous avancerons.

Au cours de la Commission de la condition de la femme de l'an dernier, j'ai discuté avec vous, à un certain nombre d'occasions, sur la mise en place de Groupes consultatifs de la société civile aux niveaux régional et national, ainsi que mondial.

Le Plan stratégique d'ONU Femmes prévoit la mise en place de groupes consultatifs aux niveaux mondial, régional et du pays, qui fourniront régulièrement des commentaires sur la programmation d'ONU Femmes.

Ce processus est désormais en cours, et j'ai encouragé les bureaux régionaux et de pays d'ONU Femmes à examiner la création de groupes consultatifs de la société civile aux niveaux régional et local.

J'ai le plaisir de vous informer que nous avons pris des mesures pour mettre en place le Groupe consultatif mondial de la société civile d'ONU Femmes en tant que plateforme permettant un dialogue régulier entre la société civile et ONU Femmes.

J'attends beaucoup de cette forme d'engagement avec la société civile aux niveaux mondial et du pays, qui servira de forum d'idées et stratégique sur les questions essentielles concernant la politique, le savoir et le plaidoyer.

J'annoncerai la création de ce groupe mondial très prochainement, mais je souhaitais partager ce développement très important dès maintenant avec vous. Je peux vous indiquer que les individus qui composeront les groupes, aux niveaux du pays et au niveau mondial, sont des gens d'envergure, comptant à leur actif de remarquables réalisations sur le terrain, dans des domaines liés à l'égalité des sexes et à l'autonomisation de la femme. Les groupes auront une représentation diverse et géographiquement équilibrée. Ils seront issus des réseaux sur l'égalité des sexes, des organisations de femmes, du monde universitaire ainsi que des organisations non gouvernementales et locales aux niveaux mondial, régional et national.

Le Groupe mondial sera composé sur la base de vos nominations. Les noms seront proposés par les réseaux de la société civile et par le biais de consultations avec les organisations de la société civile.

Outre les réunions qu'organiseront le Groupe mondial et les groupes de pays et régionaux, avec moi et les responsables de haut niveau d'ONU Femmes, au Siège et sans les bureaux de pays, les Groupes se verront fournir des plateformes Internet afin d'entretenir la collaboration entre eux et la direction d'ONU Femmes.

Cela me mène à la fin de mes remarques de ce jour.

Les deux prochaines semaines se focaliseront largement sur les femmes et les filles rurales qui, nous ne devons pas l'oublier, constituent un quart de la population mondiale. Elles contribuent de manière décisive au bien-être des familles et des communautés, aux économies locales et nationales, et continuent pourtant de faire face à des inégalités et des injustices choquantes. Avec toutes les parties prenantes, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir que les résultats de la session seront tournés vers l'avenir, pertinents et pourront faire changer les choses sur le terrain, dans la vie des femmes et de leurs familles.

Vous examinerez tous les aspects du thème de la session, pas seulement en salle de conférence, mais aussi à travers une large variété de manifestations secondaires et parallèles - près de 300 qui seront organisées au Church Center, et 80 autres dans le btiment de la pelouse Nord.

En partageant nos expériences avec toutes les parties prenantes et en apprenant les uns des autres, et en ayant un dialogue franc et ouvert, je suis convaincue que vous et moi en seront stimulés, enhardis et inspirés, d'ici à la fin de la session. J'espère que ces réunions offriront l'occasion de faire entendre la voix des femmes aux décideurs politiques.

Je veux que nous repartions de cette session avec une détermination renouvelée pour ce qui est de joindre nos forces et de porter notre message de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans le cadre du processus de Rio+20 et au-delà, dans tout objectif de développement durable qui sera fixé. Car, même si on l'oublie parfois, nous savons qu'il est essentiel d'exploiter le potentiel des femmes, notamment des femmes rurales, pour mettre un terme à la pauvreté et à la faim et pour réaliser le développement durable. Je sais qu'en joignant nos voix, nous rappellerons à tous ceux qui participent à cette CSW et au-delà le simple fait que pour régler les problèmes d'un monde encore davantage gagné par les incertitudes et les interrogations, il est nécessaire de garantir les droits et l'autonomisation des femmes, et d'exploiter leur énergie et leur talent.

Merci de votre attention.