ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Un nouveau partenariat créé en faveur de la production de statistiques sur les femmes

Error:

Date: 12 March 2012

Il est de plus en plus reconnu que les bons modèles de développement sont basés sur des données factuelles et la responsabilité mutuelle. Pourtant, le manque de statistiques ventilées par sexe a servi de prétexte, pendant des années, à ne pas prendre des mesures plus ambitieuses au niveau de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes.

Un nouveau partenariat dynamique, l'Initiative intitulée Faits et données sur l'égalité des sexes (EDGE), vient combler cette lacune. Gérée conjointement par ONU Femmes et la Division de statistiques de l'ONU, en collaboration avec les Etats membres, la Banque mondiale et l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), l'Initiative entend satisfaire la demande croissante des pays à travers le monde en faveur d'un plus grand appui pour accéder et utiliser des statistiques ventilées par sexe - principalement grce à une aide pour renforcer les capacités nationales et les systèmes nationaux concernant la collecte de données dans les domaines sensibles. Le projet prévoit également de promouvoir les travaux déjà entrepris afin de développer les normes et les définitions pour tous ceux qui recueillent et utilisent ces statistiques.

« Nous avons besoin de données factuelles de grande qualité pour justifier, définir et mettre en place des politiques efficaces. Nous devons être conscients des barrières complexes que les femmes affrontent aux niveaux politique, économique et social pour pouvoir leurs droits », a souligné Mme Saraswathi Menon, Directrice de la Division des politiques d'ONU Femmes, en s'adressant aux représentants des partenaires de haut niveau à l'occasion de la 56eme session de la Commission de la condition de la femme à New York. « Il n'est pas possible de déterminer l'efficacité des politiques et des interventions si nous ne pouvons pas mesurer leur impact », a-t-elle ajouté.

L'initiative, lancée en novembre lors du Quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide organisé à Busan, en Corée, est née du travail effectué par le Groupe d'experts interinstitutions sur le développement des statistiques ventilées par sexe, réuni par l'ONU en 2006, et par le sous-groupe qui s'est constitué en vue d'élaborer un ensemble minimum d'indicateurs de genre. En 2011, la Commission des statistiques de l'ONU a demandé la mise en place d'un programme mondial de statistiques ventilées par sexe, et cet appel fut réitéré lors d'une session ministérielle de l'OCDE à Paris, notamment par la Secrétaire d'Etat des Etats-Unis, Hilary Rodham Clinton.

La première phase de trois ans, entre mars 2012 et février 2015, se focalisera sur les « trois E » : Education, Emploi et Esprit d'entreprise des femmes. Cela établira une base de données qui permettra de compiler les directives pour la collecte des indicateurs du dynamisme commercial. Des données pilotes seront alors rassemblées en 10 pays participants. À plus long terme, l'Initiative EDGE prévoit d'affiner son approche en intégrant les questions de genre dans la production régulière de statistiques et créer des capacités au sein des pays, de sorte qu'ils puissent produire des données ventilées par sexe dans tous les secteurs sensibles des politiques.

Lors d'une intervention prononcée au cours de cet événement de la Commission, la Directrice du Groupe de développement des données de la Banque mondiale, Shaida Badee, a indiqué qu'à son avis, « les statistiques ventilées par sexe devraient intégrer l'ADN du système des statistiques » ; tandis que la Directrice des statistiques de l'OCDE, Martine Durand, montrait comment ces écarts avaient pu exclure l'expériences des femmes entrepreneuses. « Les activités des femmes d'affaires se voient encore entravées dans beaucoup de pays par des contraintes sexospécifiques », a-t-elle souligné.

« Les femmes ont tendance à avoir des entreprises plus petites avec des niveaux de capitalisation plus bas ; elles lancent et gèrent des industries différentes de celles des hommes, et elles développent moins les entreprises qu'eux. Les femmes ont également tendance à faire face à des barrières plus difficiles à surmonter pour accéder aux finances ; en particulier, les femmes d'affaires sont souvent l'objet de discriminations de la part des financiers qui octroient les prêts »

L'Initiative EDGE pour la collecte de données centrée sur les femmes permettra également de disposer d'un panorama plus complet sur les questions clés et la complexité des obstacles auxquels les femmes sont confrontées à travers le monde tout au long de leur vie, en s'assurant de manière cruciale que les politiques et les actions sensibles au genre s'appuient sur des données factuelles solides.