ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

La Directrice exécutive d’ONU Femmes Michelle Bachelet « prête une jambe » pour la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines

Error:

Date: 04 April 2012

A l'occasion de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, a participé à l'initiative “Prêtez votre jambe afin d'inciter les dirigeants mondiaux ainsi que les populations du monde entier à se joindre à la campagne du Service de la lutte antimines des Nations Unies (UNMAS) qui vise à empêcher que ces armes mortelles ne frappent davantage de civils. Dans les conflits contemporains, jusqu'à 90% des victimes sont des civils, en majorité des femmes et des enfants.

L'UNMAS assure aux victimes des mines une assistance concernant à la fois pour les soins de santé que pour la réhabilitation et de la réintégration socioéconomique. Les mines terrestres et les restes explosifs de guerre touchent plus de 70 pays dans le monde. Les progrès significatifs accomplis sur la question ont permis de faire baisser les estimations antérieures, en passant de plus de 20.000 victimes par an à 5.200 victimes enregistrées en 2008. Toutefois, les mines et les explosifs continuent de constituer une menace significative à l'existence, au bien-être et au développement socioéconomique des individus et de leurs communautés.

Ce sont souvent les femmes qui subissent le plus durement l'impact des guerres. Victimes des explosifs et des viols à grande échelle ainsi que des déplacements, elles se trouvent souvent en première ligne des conflits. Elles sont souvent touchées de manière plus grave par la détérioration des infrastructures, devant lutter pour maintenir leur famille réunie et prenant soin des membres blessés de leurs familles et communautés.

Les études menées par ONU Femmes montrent que depuis 1992, moins de 10% des négociateurs de paix ont été des femmes, et que moins de 6% des budgets de reconstruction ont répondu spécifiquement aux besoins des femmes et des filles. Au lendemain d'une guerre, ce sont pourtant les femmes qui rassemblent leur familles, ménages et communautés. Leur rôle et leurs droits continuent toutefois d'être passés sous silence lors des pourparlers de paix et pendant le processus de consolidation de la paix.

Une des priorités essentielles d'ONU Femmes est de renforcer le leadership et la participation des femmes au niveau des réponses relatives à la paix et à la sécurité, et dans le domaine humanitaire. Parmi d'autres initiatives, il s'attache notamment à aider les femmes militantes des pays en situation conflictuelle ou postconflictuelle à s'asseoir autour des tables où les décisions concernant la consolidation de la paix et leur avenir sont prises.

En 2010, le système des Nations Unies a adopté un Plan d'action en sept points sur la consolidation tenant compte des questions de genre, en assurant la participation des femmes aux processus de paix et à la gouvernance postconflictuelle, y compris grce à l'utilisation de mesures spéciales telles que la discrimination positive, le traitement préférentiel et les systèmes basés sur les quotas, ainsi qu'une participation des femmes sur un pied d'égalité aux programmes de désarmement, de démobilisation et de réintégration.

En 2000, l'adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité a facilité les initiatives déployées en vue d'assurer une prise en compte des questions de genre dans les scénarios postconflictuels, y compris sur le plan de l'action antimines, en mettant en exergue le fait que « toutes les parties doivent veiller à ce que les programmes dé déminage et de sensibilisation au danger des mines tiennent compte des besoins particuliers des femmes et des filles ».

Pour de plus amples informations sur « Prêtez votre jambe », veuillez consulter le site Internet de cette initiative.