Programme de sensibilisation à la question de l’égalité des sexes en Argentine

Date: 02 May 2012

» Les femmes détiennent les clés des portes qui sont fermées aux hommes » : tels sont les mots de Victor Nuñez, contre-amiral de la force aérienne de l'Argentine, qui a vu ses collègues femmes utiliser de telles clés en faveur de nombreuses communautés dans le cadre des missions de paix.

Au cours de telles opérations, les femmes ont par exemple plus facilement accès aux témoignages des rescapées des violences domestiques et sexuelles, qui peuvent être en revanche réticentes à discuter de leurs cas avec un homme. Au cours des opérations humanitaires dans les orphelinats et les écoles, les femmes peuvent souvent nouer un contact plus rapide et profond avec les enfants, que ce soit grce à leurs propres qualifications ou à leur plus grande facilité d'entrer en relation avec les jeunes du pays.

Les soldats du maintien de la paix argentins en fonction au sein de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) fournissent une aide médicale dans un orphelinat, dans le cadre de leur travail dans la ville de Gonaïves, le 3 novembre 2011. Crédits photo : Victoria Hazou ONU / MINUSTAH

Au cours de sa récente visite en Argentine, la Directrice exécutive d'ONU Femmes Michelle Bachelet a participé à la conférence internationale sur la « Promotion de l'égalité des sexes pour la paix : réflexions sur l'expérience américaine ». Mme Bachelet y a noté que la présence des femmes au sein des équipes de protection civile dans les pays traversant un conflit » aide à améliorer l'interaction avec les membres de la communauté, et à mieux appréhender leurs besoins et leurs perceptions des menaces à la sécurité sur le territoire « .

L'Argentine est un pays leader au niveau de l'égalité des sexes, de la paix et de la sécurité dans la région. Son ministère de la Défense est doté d'une Direction des politiques sur l'égalité des sexes. Un « bureau de l'égalité des sexes » a été mis en place au sein du CAECOPAZ, le Centre argentin de formation aux opérations de la paix. Le 24 avril 2012, le CAECOPAZ a accueilli un atelier sur la violence sexiste pendant les opérations de maintien de la paix, organisé par ONU Femmes en collaboration avec les gouvernements de l'Argentine et de l'Uruguay.

L'atelier a visé à former des soldats des armées de ces deux pays sur la législation et les bonnes pratiques au niveau de la prévention et de la réponse à la violence sexuelle, grce à des études de cas basées sur les missions des Nations Unies en Haïti et en République démocratique du Congo.

Selon le Général à la retraite Patrick Cammaert, chargé de faciliter le cours, les commandants ont clairement la responsabilité de mettre en œuvre les directives, instructions et politiques des Nations Unies en ce qui concerne les questions de genre. Figurent parmi ces dernières les résolutions du Conseil de sécurité telles que la Résolution 1325 sur les femmes et la paix et la sécurité, et les directives du Département des opérations de maintien de la paix sur l'intégration d'une perspective de genre dans le travail du contingent des Nations Unies dans le cadre des opérations de maintien de la paix.

Le Général travaille avec ONU Femmes à former les soldats du maintien de la paix à travers le monde, et est un ardent partisan de la participation des femmes aux processus de paix. « L'intégration du genre dans les opérations de la paix a des implications très pratiques et opérationnelles » souligne-t-il. » Les questions de genre doivent être prises en compte dans tout ce que font les Nations Unies pour se préparer aux opérations tactiques ou aux déploiements sur le terrain, depuis la composition des patrouilles jusqu'à la collecte d'informations et de renseignements, en passant par des mesures spéciales au niveau de la construction des camps afin de répondre aux besoins des femmes « .

L'Amérique latine a décuplé sa participation au cours de la dernière décennie. Le Brésil, l'Uruguay et l'Argentine sont en tête de la région sur le plan de l'effectif des troupes, tandis que l'Uruguay se classe au premier rang dans le monde au niveau du rapport entre l'effectif des troupes déployées et la taille de sa population.

A l'heure actuelle, le pourcentage de femmes présentes dans la composante militaire des missions de maintien de la paix dans le monde est de moins de 3 pourcent.