La question du VIH en Jamaïque nécessite une discussion franche sur le sexe et les réalités socioéconomiques des femmes

Date : 30 July 2012

Dans le cadre de sa riposte nationale contre le VIH, la Jamaïque doit mieux traiter des problèmes auxquels sont confrontées les personnes vulnérables, explique Sannia Sutherland, Directrice de la prévention au sein du Programme national sur le VIH et les maladies sexuellement transmissibles. Dans cette interview, cette dernière met en exergue la manière dont les conséquences socioéconomiques de l'augmentation du taux de chômage chez les femmes peuvent affecter de manière disproportionnée leur capacité à adopter des pratiques sexuelles à moindres risques. Sannia souligne en effet que beaucoup de femmes se trouvent contraintes de choisir entre acheter de la nourriture pour leur famille ou se procurer des préservatifs.

Dans un contexte où les femmes et les filles gées de 15 à 24 ans ont une probabilité trois fois plus élevée d'être séropositives que leurs homologues masculins, Sannia estime que l'absence de discussions ouvertes sur le sexe constitue toujours un obstacle principal au changement.

Visionnez l'interview dans son intégralité ici :