Communiqué de Presse: Les priorités du programme de développement mondial seront définies à l’issue d’un effort de sensibilisation sans précédent auprès du grand public

Date : 21 March 2013

New York, 21 mars 2013  L’Organisation des Nations Unies a présenté ce jour les premiers résultats de la « conversation mondiale », un processus de consultation sans précédent par le biais duquel les citoyens du monde entier ont été invités à aider les États membres à façonner le programme de développement futur des Nations Unies, qui s’appuiera sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) après la date butoir prévue pour leur réalisation, fin 2015.

Le rapport d’analyse sur les résultats initiaux intitulé The Global Conversation Begins a été remis à plus d’une centaine de représentants d’États membres qui participeront aux négociations pour la mise en place du programme de développement futur, qui devrait être élaboré à partir des résultats des OMD et du programme du développement durable défini lors la Conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio +20 ».

« Nous sommes en train de réinventer la façon dont les décisions seront prises à l’échelle mondiale », a déclaré Olav Kjorven, Sous-secrétaire Général et Directeur du Bureau des politiques de développement au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).  « Les citoyens veulent avoir leur mot à dire pour choisir le monde dans lequel ils seront appelés à vivre, et nous leur offrons la possibilité d’exprimer leur avis via les médias numériques et les enquêtes d’opinion menées en porte à porte », a-t-il expliqué

Trois nouvelles priorités ont été identifiées pour le programme de développement futur, dénommé « l’agenda Post-2015», comme suit :

  • Premièrement, les progrès pour la réalisation des OMD devront être accélérés et adaptés aux défis de l’époque, tels que l’accroissement des inégalités au sein des pays et l’impact de la mondialisation.
  • Deuxièmement, les consultations font ressortir la nécessité d’un programme universel pour relever les défis tels que la dégradation de l’environnement, le chômage et la violence.
  • Troisièmement, les gens témoignent de leur volonté de participer, à la fois à l’élaboration du programme et au suivi des progrès accomplis dans le cadre de sa mise en œuvre après 2015.

« Il y a une énergie et une envie de participer fabuleuses qui se dégagent de ces consultations mondiales », a déclaré John Hendra, Coprésident du Groupe de travail OMD du Groupe des Nations Unies pour le Développement et Directeur exécutif adjoint d’ONU Femmes, qui a codirigé, avec l’UNICEF, les discussions sur les moyens de lutter contre les inégalités. « Bien sûr, il ne s’agit que d’un rapport préliminaire, mais il montre déjà clairement que l’inégalité est une préoccupation universelle, et que dans ce contexte, les gens réclament que les questions liées à l’égalité des sexes et au respect des droits fondamentaux des femmes soient placées au centre du programme de développement pour post-2015 », a-t-il indiqué.

Hendra a également noté que les nouvelles priorités sont globalement conformes au rapport de l’Équipe spéciale des Nations Unies, intitulé Réaliser l’avenir que nous voulons pour tous.

Les consultations organisées dans le cadre de cette initiative qui a été officiellement lancée la semaine dernière à New York par les Nations Unies via l’ensemble des médias numériques, les applications de téléphonie mobile, les conférences et les enquêtes menées par voie de bulletins de vote ont impliqué jusqu’à présent plus de 200 000 personnes dans 189 pays à travers le monde.

Les équipes des Nations Unies dans les États membres veillent particulièrement à ce que les groupes qui ne participent habituellement pas aux processus mondiaux, comme par exemple, les femmes, les peuples autochtones, les jeunes ou les personnes handicapées soient consultés sur ce qu’ils considèrent comme des questions prioritaires pour le développement de leurs communautés.

Au Pérou et en Equateur, les équipes des Nations Unies concentrent leurs efforts sur la consultation des communautés de la région amazonienne.

En Ouganda, une campagne de consultation par SMS sur les téléphones mobiles a touché 17 000 personnes, qui ont ainsi exprimé leurs opinions sur les questions qui leur tiennent à cœur.

En Zambie, les discussions afférentes au programme de développement pour post-2015 sont encouragées par la première dame Christine Kaseba Sata épaulée par une pléiade de célébrités du monde des sports et des arts.

Les personnes qui souhaitent prendre part à l’élaboration du prochain programme de développement pour post-2015 peuvent le faire en choisissant une option parmi les possibilités suivantes : participation à l’une des 100 consultations nationales actuellement en cours dans les États membres ou l’une des 11 consultations thématiques sur des questions telles que les inégalités, la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau ; échanges d’idées et contributions via le site Web The World We Want ; vote pour six des 16 priorités proposées via l’enquête en ligne publiée sur le site Web MY WORLD. L’enquête mondiale des Nations Unies pour un monde meilleur.

Les conclusions de la conversation mondiale seront présentées au Secrétaire général des Nations Unies, aux chefs d’État et de gouvernement participant à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2013, au Groupe de travail à composition non-limitée sur les objectifs de développement durable et à d’autres entités concernées.

Le rapport Global Conversation Begins sera remis au  Groupe de haut niveau de personnalités éminentes chargé du programme de développement pour post-2015, coprésidé par le Premier Ministre britannique David Cameron, la Présidente du Libéria Ellen Johnson-Sirleaf et le Président de l’Indonésie Susilo Yudhoyono lors de leur prochaine réunion à Bali à la fin du mois.

Cliquer ici pour télécharger le rapport.

Contacts pour les médias :
Stanislav Saling, PNUD ; stanislav.saling[at]undp.org ; Tél. : +1 -646 -781 -4077 ; mobile : +1-917-346-1955
Sharon Grobeisen, ONU Femmes ; sharon.grobeisen[at]unwomen.org ; Tél. : +1 646 781 4753