Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes

Le 6 février 2014

Date : 31 January 2014

En ce jour, ONU Femmes s’unit aux citoyens du monde entier pour réclamer la fin des mutilations génitales féminines. Nous félicitons les milliers de communautés qui se sont publiquement déclarées favorables à l’abandon de cette coutume préjudiciable.

Bien que nous soyons sur la bonne voie, on estime à 30 millions le nombre de filles de moins de 15 ans qui courent encore des risques de mutilations génitales, et à 125 millions le nombre de filles et de femmes qui en ont été victimes. 

Les mutilations génitales féminines (MGF) violent les droits fondamentaux des femmes et des filles, et elles compromettent sérieusement leur santé. Elles augmentent les risques de transmission du VIH/sida, d’infection ou de saignement prolongé, ainsi que les risques encourus lors de l’accouchement. De plus, elles laissent des cicatrices physiques et affectives durables

Alors que les mutilations génitales féminines sont une tradition dans certaines régions du monde, leur pratique ne peut être justifiée au nom de la religion ou de particularismes culturels. Elles constituent une violation des droits fondamentaux et une manifestation de l’inégalité des sexes.

L’élimination des mutilations génitales féminines nécessite un leadership à tous les niveaux, des gouvernements aux familles en passant par les communautés, les chefs religieux et les professionnels de la santé.

Les activités d’ONU Femmes sont orientées par les conventions et traités internationaux, dont la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies appelant à l’élimination totale des mutilations génitales féminines. Mais cela ne suffit pas : les lois doivent être appliquées et les populations éduquées, et les communautés doivent se mobiliser.  Et les femmes et les filles qui ont subi des mutilations génitales féminines ou sont exposées à ce risque ont besoin d’un appui et d’un accès à des services adaptés.

En cette Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, ONU Femmes appelle à redoubler d’efforts pour mettre fin à cette pratique sous toutes ses formes. Nous nous engageons à soutenir davantage la prévention des mutilations génitales féminines et à faire progresser l’égalité des sexes et les droits fondamentaux, y compris le droit à la santé sexuelle et procréative et le droit de mener une vie exempte de violence et de discrimination.

Liens connexes :

Melaskina is a priest in the Ethiopian Orthodox Church

En Ethiopie, l’Eglise s’engage contre la violence à l’égard des filles
Des chefs religieux de l'Église orthodoxe éthiopienne sensibilisent contre la violence contre les femmes et les jeunes filles parmi leurs pairs et dans les écoles, tout en offrant des formations pour les survivantes. [seulement disponible en anglais]


Member of Tanzanian caravan against FGM

En Tanzanie, une caravane se mobilise contre la mutilation génitale féminine et la violence à l’égard des femmes
Les efforts mondiaux pour mettre fin à la mutilation génitale féminine et autres pratiques néfastes se multiplient de plus en plus. En Tanzanie des militant(e)s ont silloné le pays en bus pour sensibiliser la population à la violence à l’ égard des femmes.


Indigenous girls in Guatemala. Photo: United Nations Trust Fund to End Violence against Women/Kara Marnell

Briser le silence sur la violence contre les filles autochtones : rapport de l'ONU
Une nouvelle étude lancée lors de la XII session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, révèle que les filles autochtones sont plus à risque de subir de la violence en raison des formes multiples et convergentes de discrimination auxquelles ils sont confrontés. [seulement disponible en anglais]

Mereso studies at a Maasai girls school near Arusha

Échapper au fléau de la mutilation génitale féminine en Tanzanie : une école masaï accorde des bourses aux filles menacées
Dans une école située à proximité du village d’Arusha, 86 filles – dont beaucoup auraient autrement été mariées ou soumises à des mutilations génitales – se sont vues accorder des bourses complètes pour atteindre un niveau minimum d’études.

Un acte de courage: les jeunes Éthiopiennes se prononcent contre les mariages arrangés. L’histoire de Fetura Mohammed
Avec l'aide d'un programme local des droits de l' homme en Éthiopie, une brave jeune fille de 14 ans a témoigné contre son père en justice pour éviter d'être contrainte à un mariage arrangé.