ONU Femmes salue l’élection de Catherine Samba-Panza en tant que Chef d’État de transition en République centrafricaine, exprime sa préoccupation face à la situation actuelle et appelle à la justice et à la fourniture de services pour les femmes

Déclaration de la Directrice Exécutive d’ONU Femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka

Date: 23 Jan 2014

ONU Femmes salue l'élection de Catherine Samba-Panza en tant que Chef d' État de la Transition en République centrafricaine (RCA). Elle est la toute première femme à exercer cette fonction en RCA. ONU Femmes exprime le souhait que cette transition ouvre la voie à la paix et à la sécurité dans le pays.

ONU Femmes exprime sa préoccupation face à la violence actuelle, notamment la violence à l’égard des femmes et des filles, et appelle à prendre des mesures pour protéger les femmes et les filles, assurer la justice et fournir des services sociaux aux rescapées. 

ONU Femmes se félicite de la nomination récente de Marie-Thérèse Keita Bocoum de la Côte d’Ivoire au Conseil des droits de l’homme comme Experte indépendante en République centrafricaine. ONU Femmes salue également la décision du Conseil de sécurité d’établir une Commission d’enquête. Les décisions récentes du Conseil de sécurité ont incité des Commissions de ce type à inclure les crimes basés sur le genre dans leurs mandats. ONU Femmes offrira une expertise dédiée pour assurer l’obligation de rendre compte de ces crimes.

ONU Femmes exhorte la Commission d’enquête et la nouvelle Experte indépendante à mettre tout particulièrement l’accent sur l’impact du conflit sur les femmes et les filles, notamment la destruction d’infrastructures civiles menant à une responsabilité relative aux soins accrue, le manque d’accès à des soins médicaux indispensables, et l’insécurité causée lors des déplacements. 

ONU Femmes a soutenu la mission d’établissement des faits de l’ONU menée en décembre sur la République centrafricaine, par le biais d’un Expert sur les crimes basés sur le genre. L’équipe a rassemblé des preuves sur les forces armées qui soumettent les femmes et les filles au viol, qui forcent au recrutement, à l’esclavage sexuel et au mariage précoce ou forcé.

Nous incitons les acteurs nationaux et internationaux à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et les donateurs internationaux à accorder la priorité aux services de protection, juridiques, sociaux et économiques destinés aux femmes et aux filles en République centrafricaine. Pour ouvrir la voie à la paix, la violence sexuelle à l’encontre des femmes et des filles doit prendre fin et les auteurs de tels actes menés en justice. Les femmes et les filles doivent pouvoir être autonomisées pour jouer pleinement leur rôle politique, social et économique.

ONU Femmes apporte un soutien continu dans le cadre de l’engagement constant des Nations Unies avec le nouveau gouvernement pour prévenir, protéger et remédier à la violence envers les femmes et les filles, et pour assurer le leadership des femmes et leur participation à la résolution du conflit et à la reconstruction de la République centrafricaine.