Où je me tiens : Surayo Mirzoyeva

Date : mardi 8 mars 2016

Surayo Mirzoyeva, 41, took part in a self-help group supported by the UN Women project “Empowering abandoned wives of migrant workers in Tajikistan,” which has provided more than 3,000 villagers in Fathobod, Tajikistan, with clean drinking water. Photo: UN Women/Humairo Bakhtiyar
Photo: UN Women/Humairo Bakhtiyar
Quote

Nous buvions l’eau de l’étang qui servait aussi pour le bétail, et les cas de maladies infectieuses étaient fréquents. De nombreuses personnes de notre région vivaient sans eau potable salubre depuis de nombreuses années et l’espoir que les choses changent était très mince. Nous priions pour que la pluie arrive, afin de pouvoir collecter et utiliser l’eau de pluie. Nos cultures ne poussaient pas, car il n’y avait pas d’eau pour les irriguer. Les femmes devaient marcher des heures pour aller chercher de l’eau à la rivière.

Après le décès de mon mari en Russie, j’ai dû m’occuper de tout par moi-même. J’ai cinq enfants et je devais leur donner le bain, laver leurs vêtements et cuisiner pour eux. Combien de litres d’eau une femme peut-elle porter chaque jour ? Ce que nous avions ne suffisait pas.

De plus, notre village n’avait pas d’eau potable jusqu’au moment où, récemment, un groupe de femmes, dont moi-même, a décidé de prendre la situation en main et de faire changer les choses pour le meilleur. En 2014, avec l’aide de quelques ONG, nous avons fait venir de l’eau propre jusqu’à notre village. Avec quelques amis, j’ai mis sur pied un groupe d’entraide et nous avons obtenu une subvention de 87 000 dollars US pour acheminer des conduites d’eau sur 14 km jusqu’à notre village. Nous avons mobilisé tous les personnes du village qui ont travaillé jour et nuit sur l’installation de ces conduites. Et finalement, nous avons fait venir l’eau jusqu’à notre village !

Ça a été une petite victoire pour nous. Nous voulons faire plus pour améliorer notre vie. Nous avons des plans pour créer une mini-ferme et construire de petites serres. Nous sommes convaincues que nous allons réussir ».


ODD 6 : Eau propre et assainissement

Surayo Mirzoyeva, 41 ans, a participé à un groupe d’entraide appuyé par le projet d’ONU Femmes « Autonomiser les épouses abandonnées des travailleurs migrants au Tadjikistan » qui a permis à plus de 3 000 villageoises et villageois de Fathobod, au Tadjikistan, de disposer d’eau potable. L’Objectif de développement durable n° 6 vise à assurer un accès universel et équitable à de l’eau potable salubre et bon marché pour toutes et tous.

Lisez plus d'histoires de la série éditoriale « Où je me tiens ».