Où je me tiens : « Être une personne handicapée est difficile. Et lorsque cette personne est une femme, des défis supplémentaires se présentent »

Malvika Iyer, une activiste des droits des personnes en situation de handicap doublée d’une conférencière motivée, a été ovationnée pour le discours qu’elle a prononcé au Forum de la jeunesse tenu lors de la 61e session de la Commission de la condition de la femme (CSW61). Après avoir perdu ses mains dans l’explosion d’une bombe, elle a commencé à plaider avec ardeur en faveur de la prise en compte des droits des personnes en situation de handicap et de l’égalité entre les sexes.

Date : vendredi 30 juin 2017

Malvika Iyer. Photo: MHPV

QuoteAvant l’accident, j’ai eu une enfance heureuse. J’étais très bonne en sports et en danse classique. L’explosion de la bombe s’est alors produite : j’ai immédiatement perdu mes deux mains et j’ai souffert de graves blessures aux jambes, notamment par de multiples fractures, une paralysie des nerfs et des pertes de sensation. Pendant deux ans, j’ai dû rester au lit et subir plusieurs interventions chirurgicales.

La douleur était insupportable. Pour rendre les choses plus difficiles, les gens ont commencé à avoir pitié de moi. Succomber à mes blessures semblait m’être destiné. Mais rester allongée en m’apitoyant sur mon sort était un choix. Un choix que je ne voulais pas faire.

J’ai récupéré graduellement et je suis retournée à l’école. Au début, j’ai essayé d’être comme tout le monde, comme si l’accident ne s’était pas produit. Mais mon acceptation du traumatisme émotionnel qui a accompagné l’accident, la perte de mes bras et le défigurement de mes jambes a été la première étape dans le commencement d’une nouvelle vie, avec de nouvelles perspectives. J’avais grandi accompagnée par l’idée que, nous les filles, nous devons être extrêmement belles et nous marier. Et puisque j’étais handicapée, tout le monde était convaincu que ma vie était finie.

Mais sans tenir aucunement compte de ce que les personnes disaient, ma mère est toujours restée près de moi et elle ne m’a jamais laissé éprouver le sentiment que j’étais une personne diminuée en raison de mon handicap. Grâce à son aide, mon moral et ma confiance se sont améliorés. Il n’est pas nécessaire pour vous d’avoir un corps parfait pour réussir dans la vie !

En tant que conférencière motivée, j’ai eu l’occasion d’intervenir sur différentes plateformes à travers le monde, mais ma plus grande réalisation a été d’apporter un changement dans la vie des personnes que j’ai rencontrées et de les influencer de façon positive. Elles reviennent toujours vers moi pour me dire qu’elles ont repris confiance et sont encouragées à cesser de se plaindre et à commencer à vivre pleinement leur vie. Je sens que j’ai bénéficié d’une chance de m’en sortir et que je dois utiliser ce privilège pour aider les gens à comprendre que nous ne devons jamais renoncer dans la vie.

La vie est faite d’incertitudes, et nous devons être prêtes et prêts à affronter les défis qu’elle apporte. Tel est mon message ».

ODD 5 : Égalité entre les sexes
ODD 10 : Inégalités réduites

Malvika Iyer, maintenant âgée de 28 ans, est née à Kumbakonam, au Tamil Nadu en Inde. Le 26 mai 2002, à l’âge de 13 ans, Malvyka a perdu ses deux mains dans l’explosion d’une grenade chez elle à Bikaner. Le dépôt de munitions situé dans son quartier avait pris feu au début de cette année-là, et elle ne savait pas que des morceaux de bombes avaient été projetés autour. Aujourd’hui, Malvika est une activiste des droits des personnes en situation de handicap et étudie pour l’obtention d’un doctorat en services sociaux. Fervente partisane de l’insertion des femmes handicapées à tous les niveaux de la société, elle a effectué une présentation motivante au Forum de la jeunesse organisé par ONU Femmes lors de la 61e session de la Commission de la condition de la femme (CSW61). Son histoire montre ce à quoi l’on peut parvenir lorsque toutes les femmes et les filles sont autonomisées, ainsi qu’en fait état l’ODD n° 5 sur l’égalité des sexes et l’ODD n° 10   sur l’inclusion sociale, économique et politique de toutes et tous.

Lisez d’autres histoires dans la série « Où je me tiens ... »