Où je me tiens : « La violence qui a marqué mon enfance a fait de moi l’activiste que je suis aujourd’hui »

Date : lundi 21 août 2017

Adão Paía. Photo : ONU Femmes/Ouri Pota.
Photo : ONU Femmes/Ouri Pota.

Adão Paía est un jeune homme qui déteste toutes les formes de violence. Victime de sévices depuis l’âge de cinq ans, il a le sentiment de ne pas avoir eu d’enfance. Aujourd’hui, il s’emploie à convaincre les hommes et les garçons de sa communauté de partager les responsabilités familiales avec les femmes et de rejeter la violence sexiste.

« Mon enfance ressemblait à une punition. On m’a envoyé vivre avec ma grand-mère, dans sa ferme, quand j’avais cinq ans, en même temps que ma sœur. »

« J’ai commencé à participer à un projet de l’HOPEM appelé « Les hommes dans la cuisine », appuyé par ONU Femmes. Le projet encourage la participation des hommes aux activités domestiques et organise des débats avec eux pour prévenir la violence envers les femmes. »

Lisez le récit complet en anglais ►