Le sport ouvre les portes au développement des compétences et aux emplois en faveur des jeunes mères au Brésil

Dans le sillage de l’autonomisation de centaines de filles et de jeunes mères issues de communautés pauvres à Rio de Janeiro, le programme conjoint d’ONU Femmes et du Comité international olympique entre dans sa deuxième phase.

Date : lundi 8 octobre 2018

Participants in The One Win Leads to Another programme helps girls learn sports fundamentals and encourages them to speak their minds. Photo: Fundação Angélica Goulart
Photo: Fundação Angélica Goulart

L’année dernière, Dayane Santos, 19 ans, était assise avec son jeune enfant gesticulant dans ses bras, en écoutant des facilitateurs présenter un nouveau programme en faveur de l’autonomisation des jeunes mères au sein de sa communauté. C’est à ce moment-là que ses yeux se sont illuminés, réalisant que c’était là son seul moyen de retourner sur les terrains de volley.

Après la naissance de sa fille, Dayane Santos avait quitté l’école et arrêté le volley, en réalisant qu’il n’y avait pour elle pratiquement aucune opportunité en dehors de Pedra De Guaratiba, l’une des communautés les plus pauvres à l’ouest de Rio de Janeiro. Au Brésil, près d’un nouveau-né sur cinq naît d’une mère âgée de 19 ans et même plus jeune[1] ce qui aboutit à un taux d’abandon scolaire extrêmement élevé. Les trois quarts des jeunes mères âgées de 15 à 17 ans sont déscolarisées depuis 2015[< ahref="#notes">2].

The One Win Leads to Another programme provides child-care so that young mothers can participate. Photo: Fundação Angélica Goulart
Photo: Fundação Angélica Goulart

Santos s’est inscrite au programme le jour même.

Le programme « Une victoire en entraîne une autre », mené conjointement par ONU Femmes, le Comité international olympique, Women Win, et l’ONG brésilienne Empodera, aide au renforcement de la confiance en soi et à l’autonomisation économique des filles et des jeunes mères, par le biais de formations professionnelles et d’activités sportives hebdomadaires, dirigées par des facilitatrices. Financée par la Swedish Postcode Foundation, une version adaptée du programme a été créée pour répondre aux besoins spécifiques des jeunes mères, en incluant dans ses sessions des structures de garde d’enfants sur place.

« Dans le cadre de ce programme, il nous est donné l’opportunité de parler franchement de nos vies telles qu’elles sont réellement après être devenues mères », Santos explique. « J’ai surtout appris à être moi-même à nouveau. J’ai réalisé que je pouvais être mère tout en me dédiant aussi à d’autres aspects de ma vie, qui n’impliquaient pas forcément de rester à la maison. »

Franche et sans crainte, Santos a également aidé d’autres filles dans l’apprentissage des fondements du sport et à se faire entendre. Grâce à sa motivation et à ses qualités de leadership, elle a été invitée à devenir une “Championne” et a eu l’opportunité de coanimer des sessions en tant que modèle pour les plus jeunes filles.

Participants in the One Win Leads to Another programme in Brazil. Photo: Empodera
Photo: Empodera

Rien que dans la première année du programme, Santos a déjà terminé ses études secondaires, a trouvé un emploi à plein temps et est arrivée à mieux gérer son temps dédié à son enfant et aux taches ménagères avec l’aide de son compagnon. Elle joue au volley deux fois par semaine, dans un centre communautaire, et souhaite poursuivre des études de radiologie afin de devenir technicienne ultrasons.

« Le programme m’a aidé à réaliser que je peux faire ce que je veux » dit-elle.

La majorité des 850 filles ayant pris part au programme « Une victoire en entraîne une autre » dans sa phase pilote (de 2015 à 2018) et environ une douzaine de jeunes mères, qui se sont engagées dans le programme l’année dernière, ont vécu des expériences similaires et des changements de vie notables.

Raphaela Barbosa Lacerda speaks at the United Nations on the role of sport in girls' empowerment. Photo: UN Women/Beatrice Frey
Raphaela Barbosa Lacerda. Photo: ONU Femmes/Beatrice Frey

Raphaela Barbosa Lacerda, diplômée grâce au programme en 2016, a participé aux célébrations de la Journée internationale de la fille aux Nations Unies en 2017 et a récemment été embauchée par une entreprise internationale de cosmétiques qui opère au Brésil au sein de son équipe de recherche et d’innovation.

« Prendre part au Programme « Une victoire en entraîne une autre », m’a donné la maturité d’affronter mes problèmes, la force d’exprimer mes idées et le courage de poursuivre mes rêves. C’est ce qui m’a le plus aidé à atteindre ce que je que je voulais » dit Lacerda. Régulièrement, elle se porte volontaire auprès de sa communauté, en organisant des réunions pour les adolescent(e)s provenant de différentes églises, où elle parle de l’autonomisation des filles. « Je tente de démontrer aux filles que nous pouvons faire ce que nous voulons et aux garçons que nous ne sommes en rien plus faibles ou inférieurs qu’eux. »

Lacerba trouve également le temps de jouer au handball deux fois par semaine sur un terrain communautaire. Et elle veut en faire encore plus. Tout en faisant les allers-retours de trois heures vers la communauté tous les jours, elle étudie pour passer les tests d’admission à l’université.

« Le Programme est très efficace en ce qui concerne la création d’opportunités pour les filles, qui leur ont depuis toujours été niées » déclare Jane Moura, Présidente de Empodera, organisation partenaire d’exécution du programme au Brésil.

Participants in the One Win Leads to Another programme in Brazil. Photo: Empodera
Photo: Empodera

La prochaine phase du programme, de 2018 à 2020, se concentrera sur l’expansion et la diversification des partenariats et sur le renforcement des capacités de différentes institutions à élaborer leurs programmes. Nadine Gasman, Représentante d’ONU Femmes au Brésil, soutient que cette deuxième phase créera également un réseau dédié à l’égalité des sexes et aux sports, regroupant des organisations ayant une stratégie, des indicateurs, des outils et des systèmes de mesure communs, afin de créer un pôle de connaissances promouvant l’égalité entre les hommes et les femmes au Brésil. « Ce serait une première au Brésil, et ceci poussera sûrement d’autres pays à suivre son exemple » dit-elle.

Notes

[1] DATASUS (2016). Ministère de la Santé au Brésil http://tabnet.datasus.gov.br/cgi/tabcgi.exe?sinasc/cnv/nvuf.def

[2] Enquête nationale réalisée auprès d’un échantillon de ménages (PNAD)(2013). https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv94414.pdf (comme cité dans : http://g1.globo.com/educacao/noticia/2015/03/no-brasil-75-das-adolescentes-que-tem-filhos-estao-fora-da-escola.html)