Six choses que nous avons apprises de la résistance des femmes en 2018

Date : vendredi 21 décembre 2018

Purity Soinato Oiyie. Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

2018 a été l’année de la résistance des femmes. Du lancement du fonds #TimesUp Legal Defence Fund visant à lutter contre le harcèlement sexuel sur les lieux de travail dans l'ensemble du pays, en passant par le prix Nobel de la paix décerné à celles et ceux qui luttent contre l'utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre, cette année était entièrement consacrée à la défense des droits des femmes. Des activistes en faveur de l'égalité des sexes et du monde entier utilisent leurs voix pour dénoncer l'inégalité et rallier les communautés en faveur d’un meilleur avenir pour toutes et tous.

En cette fin 2018, nous revenons sur les récits de certaines des femmes qui se sont élevées contre l’injustice, ont défié les stéréotypes et nous ont toutes et tous inspirés.

Le mentorat compte

Purity Soinato Oiyie, du Kenya, a échappé aux mutilations génitales féminines (MGF) et au mariage d’enfants à l’âge de 10 ans. Aujourd'hui, elle rêve de créer une école pour filles dans sa communauté masaï. Mais même maintenant, Purity fait une différence dans la vie des filles de sa communauté en dénonçant les mutilations génitales féminines et le mariage d'enfants.

« Aujourd'hui, mon père est tellement fier de moi. Il dit à tout le monde que je suis allée à New York ! Maintenant, tous les parents de ma communauté qui ne voulaient pas que leurs filles aillent à l’école, leur disent de terminer leurs études, comme Purity ! »

Lire l’article complet en anglais.