Seize jours d'activisme contre la violence de genre

Communiqué de presse : Lors de la clôture de la campagne des 16 Jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre, Nicole Kidman, l’ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes, ainsi que plusieurs survivantes de violences et des activistes ont présenté des solutions pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Rencontre à Los Angeles mettant en avant le mouvement #ÉcoutezMoiAussi et destiné à collecter des fonds pour soutenir le travail du Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Date : lundi 10 décembre 2018

UN Women Goodwill Ambassador Nicole Kidman speaks at the UN Trust Fund Gala. Photo: UN Women/Kyle Espeleta
Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes Nicole Kidman. Photo: ONU Femmes/Kyle Espeleta

Renseignements pour les médias :
media.team[at]unwomen.org
Oisika Chakrabarti, +1 646-781-4522; oisika.chakrabarti[at]unwomen.org

Los Angeles, le 10 décembre 2018 – Pour commémorer la Journée des droits de l’Homme et la campagne mondiale de plaidoyer « 16 Jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre », le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (Fonds d’affectation spéciale de l’ONU) a organisé aujourd’hui un déjeuner de collecte de fonds à Santa Monica dans l’État américain de Californie. Tenue dans la ville de départ du mouvement #MeToo [#MoiAussi et #BalanceTonPorc en français], la rencontre a rassemblé un vaste éventail de survivantes de violences, de dignitaires, de représentants de l’ONU, d’experts des questions de genre et de célébrités hollywoodiennes.

Animé par la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, en collaboration avec l’ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes, Nicole Kidman, ce déjeuner a donné l’occasion de mettre en avant les initiatives novatrices que le Fonds d’affectation spéciale de l’ONU a soutenues dans le monde entier au cours des 22 dernières années. Il a également permis de présenter le travail qui reste à accomplir pour mettre fin à la violation des droits humains que représente la violence fondée sur le genre, qui touche une femme sur trois dans le monde. Administré par ONU Femmes pour le compte du système des Nations Unies, le Fonds d’affectation spéciale de l’ONU est le seul mécanisme international de subventions consacré à l’éradication de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. 

UN Women Executive Director Phumzile Mlambo-Ngcuka speaks at the UN Trust Fund fundraising luncheon. Photo: UN Women/Kyle Espeleta
Directrice exécutive d’ONU Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka. Photo: ONU Femmes/Kyle Espeleta

La rencontre d’aujourd’hui a clôturé la campagne « 16 Jours d’activisme » appelant à une mobilisation mondiale. Le thème choisi par l’ONU cette année pour la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (le 25 novembre) et la campagne qui a suivi était « Orangez le monde : #ÉcoutezMoiAussi ». Elle avait pour but d’amplifier les voix des femmes et des filles du monde entier qui ont subi des actes de violence ou qui aspirent à défendre les droits des femmes – dont beaucoup sont très loin des projecteurs ou ne font pas la une des journaux.

Fervente activiste dans la lutte contre la pandémie mondiale de violences à l’égard des femmes et des filles, l’ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes Nicole Kidman a expliqué les raisons pour lesquelles elle s’implique personnellement dans ce domaine et pourquoi cela doit être notre priorité absolue à tous : « Lorsque je suis devenue Ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes il y a quelque temps, j'ai rencontré des femmes et des filles qui avaient survécu à la violence et qui étaient supportées par le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. J'ai vu moi-même son impact réel sur la vie des femmes et des filles. Je suis ici aujourd'hui pour continuer ce travail et amplifier les voix des femmes survivantes à travers les médias et aider à récolter des fonds pour les programmes qui font face à ce défi ».

« Nous assistons aujourd’hui à la montée en puissance d’une sororité à l’échelle mondiale pour mettre fin à la normalisation de la violence infligée aux femmes et aux filles, qui interpelle les auteurs de violences pour leur signifier le fait que leur impunité est bel et bien révolue. Nous devons continuer à amplifier les voix de l’ensemble des survivantes de violences et des activistes, notamment celles qui sont généralement marginalisées ou qui ont été réduites au silence, et nous unir dans un mouvement de solidarité mondiale en faveur du changement », a déclaré la Sous-secrétaire générale des Nations Unies et Directrice exécutive d’ONU femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka, en soulignant l’ampleur de la mobilisation qui s’est imposée dans le monde et la nécessité de l’étendre davantage.

Captivant l’attention des invités au repas, l’actrice et activiste Gabriella Wright a relaté l’incroyable parcours d’Alice Mathe, une jeune femme zimbabwéenne victime de violences qui est malentendante. Contrairement à nombre d’autres personnes dans sa situation, Alice est parvenue à obtenir justice en poursuivant son agresseur devant les tribunaux, grâce au soutien d’une initiative du Fonds d’affectation spéciale de l’ONU qui propose des services spécialisés aux filles et aux femmes en situation de handicap, et son agresseur est maintenant sous les verrous.

Actor and activist Gabriella Wright narrates the story of a beneficiary of a grantee of the UN Trust Fund, Leonard Cheshire Zimbabwe, working to end violence against women with disabilities. Photo: UN Women/Kyle Espeleta
Actrice et activiste Gabriella Wright. Photo: ONU Femmes/Kyle Espeleta

Au cours de la rencontre, l’ancien vice-président des États-Unis Joe Biden a reçu le prix « Orange Heart » (Cœur orangé). Parmi les intervenants éminents figuraient Aldijana Sisic, cheffe du Fonds d’affectation spéciale de l’ONU pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et Clea Guerra Romero, qui représentait le Centre féminin Flora Tristan du Pérou, bénéficiaire d’une subvention du Fonds d’affectation spéciale. En outre, le chef de bureau de la South African Broadcasting Corporation auprès des Nations Unies, Sherwin Bryce-Pease qui, pour l’occasion, avait endossé le rôle de maître de cérémonie, ainsi que David Hernandez, par ses interludes musicaux, ont apporté leur contribution unique à ce rassemblement profondément symbolique.

Le déjeuner a été l’occasion de souligner l’insuffisance persistante des ressources permettant de financer les interventions mondiales pour éradiquer la violence à l’égard des femmes et des filles, et d’appeler les participants à contribuer aux interventions financées par le Fonds d’affectation spéciale, qui a soutenu 460 organisations au cours de ces 22 dernières années et a touché plus de 6 millions de personnes rien que l’an dernier.

Aldijana Sisic, cheffe du Fonds d’affectation spéciale de l’ONU, a souligné l’importance d’investir dans la lutte contre la violation des droits humains que constitue la violence à l’égard des femmes et des filles : « Pour le long terme, notre défi à toutes et tous ne sera pas tant de savoir si nous réussirons à renverser une poignée d’hommes puissants, mais si nous parviendrons à ne pas décevoir et abandonner des millions de femmes et de filles du monde entier. Nous avons aujourd’hui la possibilité de mettre à profit le courage des survivantes de violences dans le sillage du mouvement #MoiAussi, qui a démarré ici même, et de dénoncer la nature systémique de la violence infligée aux femmes et aux filles ».

Depuis le 25 novembre (date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes) de cette année, les 16 Jours d’activisme ont mobilisé les gouvernements, les communautés, les survivantes de violences, les activistes et le grand public dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à l’urgence de mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles. Plus de 600 activités de campagne ont été organisées dans plus de 90 pays à travers le monde, dans lesquels des bâtiments et des monuments emblématiques ont été illuminés en orange en signe d’appel à un avenir sans violence. Parmi ceux illuminés figuraient l’Ange de l’Indépendance à Mexico, les majestueuses pyramides de Giza en Égypte et l’hôtel de ville d’Yangon en Birmanie.

Lors de manifestations publiques majeures tenues dans plusieurs dizaines de pays aux quatre coins du monde, notamment des concerts publics au Chili, en Colombie et au Bangladesh, ainsi que la présentation de muraux en Afghanistan et dans les centres de transport public au Salvador, à Vanuatu et aux Philippines, les citoyennes et citoyens du monde se sont unis en solidarité avec les survivantes de violences et les activistes.

Des photos de la rencontre seront disponibles en soirée, à travers le lien suivant :https://www.dropbox.com/sh/dvpcmrgojhrl0ep/AADzFlN6t3X15YXs1qNCJY4ka?dl=0