Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

Des survivantes prennent la parole : les femmes leaders du mouvement pour mettre fin aux mutilations génitales féminines

Date : lundi 4 février 2019

200 millions de survivantes lèvent les bras en signe de victoire. Leurs voix triomphantes brisent un silence long de plusieurs siècles, et la solidarité transforme la douleur en mémoire. C’est là le monde dont rêvent les femmes qui sont à la tête du mouvement pour mettre fin aux mutilations génitales féminines (MGF). C’est le monde qu’elles bâtiront.

Chaque année, plusieurs millions de filles et de femmes dans le monde sont exposées à des risques de MGF, une pratique néfaste conçue pour modifier les organes génitaux féminins ou pour les blesser, à des fins non médicales. Bien que les coutumes et les traditions perpétuant les MGF varient d’une communauté à l’autre, la procédure, qui est généralement exécutée au cours de la période entre la petite enfance et l’âge de 15 ans, a de graves répercussions socio-économiques, physiques, émotionnelles, sexuelles et médicales, et peut conduire à la mort.

Outre les mariages d’enfants, qui ont des incidences similaires sur des centaines de millions de filles à l’échelle mondiale, les MGF représentent une pratique qu’il faut éliminer, et la lutte doit être menée par les survivantes et les personnes des communautés affectées. Fortes de leurs expériences personnelles, de leurs perspectives inestimables et d’années de sagesse locale, les survivantes et les membres des communautés affectées sont les mieux placés pour analyser les nuances culturelles, refaçonner les expériences et trouver des solutions permettant d’éradiquer les MGF. Ce sont les voix que nous devons entendre.

À l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le 6 février, voici quatre femmes qui, parmi tant d’autres, luttent pour que les filles n’aient plus à subir des MGF.

La première en son genre

Purity Soinato Oiyie Masai girl and anti-FGM activist, Kenya. Photo: UN Women/Ryan Brown
Purity Soinato Oiyie. Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

Purity Soinato Oiyie se tient avec aplomb, la tête haute. Une coiffe traditionnelle masaï de perles orne sa tête d’une couronne, et son collier de perles aux couleurs vives porte la mention : « Stop FGM » (Stop aux MGF). Femme leader dans sa communauté, elle milite pour les droits des femmes, et son parcours a défié tous les pronostics.

« Je n’avais que 10 ou 11 ans quand mon père a décidé de me faire exciser. J’allais devenir la cinquième femme d’un homme de 70 ans. J’en ai parlé à ma maîtresse, qui a ensuite informé le commissaire de police. Seulement deux heures avant la cérémonie d’excision, la police est venue et m’a emmenée », se rappelle-t-elle. Mme Oiyie a été la première fille de son village à s’opposer aux MGF.

Au cours des huit années qui ont suivi, elle a vécu dans un centre de secours à Narok au Kenya, très loin de l’environnement qui lui était familier. « Le plus dur pour moi a été de partir de chez moi, de quitter ma famille. Je n’arrivais pas à dormir… Je me réveillais au milieu de la nuit en me demandant s’il fallait que je rentre chez moi et que je me soumette à une MGF », dit-elle.

Pour Mme Oiyie et des milliers de filles ayant vécu des expériences similaires, sa fugue a bouleversé la dynamique dans sa famille, et les conséquences ont pesé lourdement sur ses épaules. « Mon père s’est mis à battre ma mère à la maison, en lui reprochant ma fugue. Mais ma mère ne voulait pas que je rentre et que je sois excisée. Je suis restée au centre de secours et j’ai terminé ma scolarité ».

Dans le parcours de Mme Oiyie, l’achèvement de sa scolarité a été une étape majeure, car cela lui a permis de décider par elle-même de son avenir. Aujourd’hui, Mme Oiyie intervient au niveau du conseil administratif d’une instance de lutte contre les MGF pour aider à sensibiliser les populations des villages locaux aux conséquences préjudiciables de cette pratique traditionnelle. Selon elle, « il est difficile de convaincre les gens de stopper les MGF, car c’est une pratique culturelle. Je me rends dans les écoles et je parle aux filles et aux personnes chargées de l’enseignement ; je m’adresse aux membres de la communauté masaï dans notre langue. Je leur montre des vidéos sur les MGF, pour qu’ils se rendent compte de leurs effets, et je leur parle de l’importance de l’éducation », puis elle ajoute : « Ils sont surpris de voir une fille masaï instruite ».

Bien que Mme Oiyie soit déjà très fière du travail qu’elle accomplit pour encourager les filles et leurs parents à refuser cette pratique néfaste, elle appelle également à une évolution plus prononcée dans sa communauté. Étant bien placée pour pouvoir apprécier toute la complexité de la situation, elle explique : « (...) ce qu’il faut, c’est une éducation gratuite pour les filles. Les Masaï sont des populations pastorales, et beaucoup de parents n’ont pas d’argent pour envoyer leurs filles à l’école ».

Mme Oiye rêve de construire une école gratuite pour les filles de son village, et elle souligne l’importance d’y inclure les jeunes filles mariées et les mères. « En tant que femmes, c’est un droit que nous méritons. Il nous appartient ».

L’intégralité de l’entretien mené avec Mme Oiyie figure ici.

Le parcours de Jaha

Jaha Dukureh. Photo: UN Women/Ryan Brown
Jaha Dukureh, ambassadrice régionale d’ONU Femmes pour l’Afrique. Photo : ONU Femmes/Ryan Brown

Jaha Dukureh est une activiste renommée, une ambassadrice d’ONU Femmes pour l’Afrique, une mère et une survivante de la MGF. Lorsqu’elle a atteint l’âge de 15 ans, elle s’est rendue seule à New York depuis la Gambie pour se marier avec un homme qu’elle n’avait jamais rencontré. C’est alors qu’elle a réalisé qu’elle avait subi une MGF quand elle était bébé.

« Il existe quatre types de MGF ; j’ai subi le « type 3 », c’est-à-dire le retrait total du clitoris, et les lèvres et le vagin sont cousus ensemble, ne laissant qu’un tout petit trou pour le passage de l’urine et du sang menstruel. Je me suis rendu compte que mon mariage ne pouvait pas être consommé à moins de subir une désinfibulation ».

Quand elle est tombée enceinte, Mme Dukureh a commencé à parler des MGF sous couvert de l’anonymat. « Je savais que je ne voulais pas que ma fille subisse cette pratique. Je savais également qu’il y avait des millions d’autres filles, tout comme ma fille, sans personne pour les défendre. Et si ce n’était pas moi, alors qui d’autre prendrait la parole ? »

Poussée par sa propre expérience étendue dans ce domaine, Mme Dukureh a mené un plaidoyer anonyme qui a rapidement pris de l’ampleur et qui est aujourd’hui devenu un cri d’alarme d’envergure mondiale. « J’ai protesté à cor et à cri contre les MGF et les mariages d’enfants, j’ai menacé d’appeler la police si je ne pouvais pas quitter mon mari, j’ai créé une ONG pour lutter contre ces pratiques et j’ai adressé une requête à l’administration du Président Obama pour qu’une enquête soit menée sur le profil des MGF aux États-Unis d’Amérique ».

Mme Dukureh a également contribué à la formulation de la loi interdisant les MGF en Gambie, son pays de naissance, ce qui témoigne de son attachement profond à ses racines dans tout ce qu’elle accomplit pour la santé et le bien-être des filles. Le fait de travailler au sein de sa communauté lui permet d’étendre sa perspective et d’accéder à des lieux et à des discussions où elle peut faire avancer les choses de manière efficace. « Le changement ne viendra pas en prêchant des convertis dans des salles de conférence », dit-elle. « Nous devons travailler avec les dirigeants religieux et traditionnels, ainsi qu’avec les communautés d’hommes, de garçons et de parents qui pensent différemment. Nous devons faire preuve de respect en les écoutant et en nous efforçant de comprendre leurs arguments et leurs systèmes de croyances, et nous assurer que leur intimité et leur dignité sont préservées. Nous devons éviter de porter un jugement, recourir à d’autres interprétations religieuses et citer des preuves scientifiques sur les impacts socio-économiques et médicaux néfastes des MGF et des mariages d’enfants ».

Reconnaissant l’importance d’un mouvement d’éradication des MGF qui est mené par les survivantes, Mme Dukureh espèce inciter les autres à relater leurs expériences. « Nous devons soutenir les femmes et les filles, en particulier les survivantes de MGF, afin d’instaurer un changement et d’inspirer les autres. Lorsqu’une survivante. s’adresse aux siens, elle touche une corde sensible ».

Pour en savoir plus sur son parcours, cliquez ici ; consultez un entretien mené récemment avec Mme Dukureh sur les meilleures solutions pour pallier les vulnérabilités concernant les MGF auxquelles les femmes et les filles migrantes sont confrontées.

En sécurité au Serengeti

Elizabeth Thomas Mniko, 17, head girl of the Mugumu Safe House, Mara, Tanzania. Photo: UN Women/Deepika Nath
Elizabeth Thomas Mniko, 17 ans, déléguée des filles du foyer de Mugumu dans la région de Mara en Tanzanie. Photo : ONU Femmes/Deepika Nath

Elizabeth Thomas Mniko a dix-sept ans. Elle suit des cours supplémentaires à l’école pour se préparer à des examens du secondaire et assume le rôle de déléguée des filles du foyer du Serengeti en Tanzanie, où elle s’est enfuie pour échapper aux MGF.

« Beaucoup de filles fuient leurs foyers sans rien d’autre que les vêtements qu’elles portent », déclare Apaisaria Kiwori, surveillante en chef du foyer de Mugumu au Serengeti, dans la région de Mara du nord-ouest de la Tanzanie. Le foyer comporte dix chambres, chacune avec quatre lits superposés et de petites armoires pour y ranger des effets personnels. Il a été construit pour accueillir 40 filles, mais il en a hébergé plus de 300 au cours de la « haute saison », lorsque la tribu des Kurya, l’ethnie autochtone prédominante dans la région de Mara, pratique des MGF.

Les années paires, après les pluies de décembre, les dirigeants traditionnels et les anciens des villages se réunissent pour consulter les exciseuses traditionnelles, appelées Ngaribas, et leurs dieux afin de déterminer la meilleure date pour accomplir les excisions. Chaque haute saison, un grand nombre de filles meurent des suites d’hémorragies ou d’infections, et celles qui survivent à la procédure en conservent des douleurs et un traumatisme pour le reste de leur vie.

Craignant pour leur vie, des filles parfois d’à peine sept ans s’enfuient pour se rendre au foyer, où Mniko représente pour elles un modèle exemplaire. Ayant elle-même vécu cette expérience, Mniko reconnaît l’immense force dont chaque fille doit disposer pour partir de chez elle. « Il faut un courage extraordinaire pour abandonner les siens », dit-elle. « Certaines des filles les plus jeunes ici ne savaient même pas que ce serait la dernière fois qu’elles verraient leurs amis et leurs familles. Elles sont parties en pensant qu’elles pourraient y retourner. Mais leurs familles les ont rejetées ».

Ce sont ces expériences tragiques qui motivent Mniko – qui la poussent à suivre des cours supplémentaires, à mettre toutes les chances de son côté dans ses études et à s’efforcer d’inspirer tous ceux qu’elle rencontre. « Je souhaite être avocate », dit-elle du haut du lit superposé dans sa chambre, « et défendre les droits de toutes les victimes de la violence basée sur le genre ».

Tu peux le faire, Mniko. Nous sommes derrière toi.

Pour lire le récit complet sur le foyer et sur les décisions transformatrices prises par les dirigeants et dirigeantes locaux dans la région de Mara pour interdire les MGF, cliquez ici.

Le changement : une fille à la fois.

Magda Ahmed, a rural women leader from Minya during a volunteers camp in March 2018. Photo: UN Women/Ahmed Hindy
Magda Ahmed, une femme leader en milieu rural de la province de Minya, lors d’un camp de bénévoles en mars 2018. Photo : ONU Femmes/Ahmed Hindy.

En tant que travailleuse sociale et femme leader en milieu rural en Haute-Égypte, Magda Ahmed va travailler tous les jours au service des droits et du bien-être des filles et des femmes. Elle lutte pour leur accès à l’éducation, pour leur droit à donner leur plein consentement avant leur mariage et pour leur droit à une vie exempte de MGF et d’autres pratiques préjudiciables.

Lorsqu’elle était enfant, Mme Ahmed adorait apprendre. Après avoir décroché son diplôme dans le secondaire, elle souhaitait vivement poursuivre ses études, mais elle n’avait pas le droit de prendre une telle décision. « Pour les filles, c’est difficile de poursuivre leurs études en Haute-Égypte », confie Mme Ahmed. « J’ai obtenu mon diplôme [dans le secondaire], mais je n’ai pas pu poursuivre mes études, car mes parents ont décidé qu’un diplôme suffisait. En outre, mes frères n’approuvaient pas l’idée d’instruire les filles dans la famille », explique-t-elle. Malgré ses protestations, sa famille n’a pas changé d’avis, et elle s’est mariée à 18 ans.

« Quand je me suis mariée, j’ai voulu consacrer mon énergie à travailler, mais mon mari répétait sans cesse que ma maison et mes enfants étaient mon travail », se souvient Mme Ahmed. Par la suite, avec le soutien de sa belle-mère, elle a commencé à travailler dans une crèche, puis quelques années plus tard, après avoir suivi des études et passé des examens difficiles, Mme Ahmed a été recrutée en tant que travailleuse sociale au ministère de la Solidarité sociale.

Dans le cadre de ses fonctions, elle se déplace de foyer en foyer, rencontre des familles et recense leurs besoins et leurs préoccupations. Au fil du temps, les femmes ont commencé à lui faire confiance et à lui confier leurs expériences personnelles de la violence domestique, des mariages d’enfants et des MGF. Dans le cadre de sa formation professionnelle, Mme Ahmed a été formée à sensibiliser le public aux conséquences négatives des mariages d’enfants et des MGF et, étant elle-même une jeune mère, elle a pu tisser des liens étroits avec les femmes et les familles. « Grâce à mon expérience de mariage précoce, j’ai été en mesure d’informer les femmes auxquelles je rendais visite sur les questions liées aux mariages précoces ».

Parmi les accomplissements dont elle est le plus fière, Mme Ahmed a déclaré qu’elle a été capable d’amener une mère à changer d’avis et à refuser que sa fille subisse une MGF. « Elle m’a promis que jamais personne ne la convaincrait de faire du mal à sa fille en la soumettant à cette pratique. Aujourd’hui, je constate que mon rôle en tant que femme leader en milieu rural est essentiel dans la communauté », déclare-t-elle fièrement.

Pour en savoir plus sur le travail inspirant qu’accomplit Mme Ahmed, consultez son expérience complète.