Où je me tiens : Khalida Popal

Date : lundi 25 juillet 2016

Khalida Popal. Photo: UN Women/Ryan Brown
Photo: ONU Mujeres/Ryan Brown

Quote

En Afghanistan, les footballeuses sont traitées de prostituées. Le football est considéré comme un sport d’hommes.

Ma mère m’a appris à jouer au football et, au début, je jouais pour le plaisir. Mais rapidement, je me suis trouvée confrontée à une résistance, tant de la part des hommes que des femmes. Mes enseignants m’expulsaient de leur cours parce que je jouais au football. Mais si les hommes peuvent jouer au football, alors pourquoi pas les femmes ?

En 2007, je suis devenue la première femme capitaine de l’équipe nationale afghane de football. J’ai choisi le football comme outil pour faire valoir mes droits, et pour aider les autres femmes à revendiquer leurs droits.

Dans mon pays, les femmes ne sont pas respectées… elles ne sont même pas considérées comme des êtres humains. Il est important de travailler d’abord avec les femmes afin de renforcer leurs capacités et leur assurance. Pour commencer, il faut déjà que les femmes aient conscience qu’elles sont des êtres humains, qu’elles sont fortes.

Le football nous a permis de nous regrouper, pour sensibiliser le public. Nous étions quatre filles dans l’équipe. Les gens nous lançaient des pierres et des détritus. J’ai reçu beaucoup de menaces de mort.

Finalement, j’ai été obligée de choisir entre ma famille et rester en vie. J’ai quitté mon pays. C’est la décision la plus difficile que j’aie eu à prendre. Je suis une femme, et je suis forte. On ne me fera pas me taire ».


ODD 5 : Égalité entre les sexes

Khalida Popal est entrée dans l’histoire en devenant la première femme capitaine de l’équipe nationale afghane de football en 2007. Elle vit aujourd’hui en asile au Danemark. Mme Popal a pris la parole lors d’un événement organisé conjointement par ONU Femmes, le Brésil et le Comité international olympique (CIO) à l’occasion de la 60e réunion de la Commission de la condition de la femme (CSW60), qui mettait en avant le sport comme moyen pour instaurer l’égalité des sexes et pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles. L’Objectif de développement durable no 5 vise à éliminer toutes les formes de violence faites aux femmes et aux filles et à garantir un accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision dans la vie politique, économique et publique.

Lisez plus d'histoires de la série éditoriale « Où je me tiens ».