News
Articles
7 résultats trouvés
1 - 7 de 7 résultats

Où je me tiens : « L’absence de criminalisation pénale des violences domestiques au Kazakhstan est néfaste pour les femmes pendant la pandémie de COVID-19 »

mardi 14 avril 2020

Dina Smailova, militante bien connue au Kazakhstan, a récemment discuté avec ONU Femmes de la hausse des signalements de violences domestiques depuis l’introduction des mesures de confinement pour endiguer la propagation du virus COVID-19. Alors que 4 milliards de personnes à travers le monde sont confinées chez elles, de nombreuses femmes se retrouvent en situation d’isolement avec un partenaire abusif, incapables d’accéder à des ressources vitales et à des systèmes de soutien. Dans certains pays, les lignes d’assistance ont enregistré plus de 30 pour cent d’augmentation des appels.

Dans les propos d’Aiman Umarova : « Si la violence est condamnée au silence, elle n’est pas absente de notre vie pour autant »

vendredi 16 novembre 2018

Aiman Umarova est une avocate kazakhstanaise reconnue qui milite en faveur des droits fondamentaux et se spécialise dans les crimes sexuels perpétrés contre des femmes et des enfants, ainsi que dans les crimes liés à l’extrémisme violent et la torture. Mme Umarova collabore avec ONU Femmes lors des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre et apporte un soutien spécialisé dans le cadre des projets d’ONU Femmes visant à éliminer la violence à l’égard des femmes au Kazakhstan. Elle a dédié sa vie à la lutte contre la violence à l’égard des femmes, malgré des menaces de violence dont elle-même a été la cible. Elle a fait l’objet de nombreuses tentatives d’assassinat, d’actes d’intimidation et de diffamation anonyme.

Le nouveau plan du Kazakhstan pour mettre fin à la violence domestique met en évidence une action pluridisciplinaire

lundi 28 août 2017

Un nouveau programme d’ONU Femmes au Kazakhstan met en évidence une approche pluridisciplinaire pour lutter contre la violence à l’égard des femmes. Davantage de cas d’abus sexuels et de violence domestique sont signalés. Des centres spécialisés ont été mis en place dans chaque district pour fournir des services complets aux survivantes.

Où je me tiens : « Ce n’est pas nous qui devons être montrées du doigt ! Nos agresseurs devraient avoir honte et être poursuivis en justice ! »

jeudi 17 août 2017

Dina Smailova, qui a été victime d’un viol collectif, a décidé de sortir de son silence, vingt-cinq ans après son agression. Aujourd’hui, elle dirige le mouvement national kazakh de lutte contre la violence sexuelle.

Où je me tiens : Natalia Minayeva

jeudi 1 décembre 2016

À l'occasion de la Journée mondiale du sida, nous mettons en avant l'histoire de Natalia Minayeva, du Kazakhstan. Elle a été emprisonnée dans des «casernes du sida», et maintenant elle travaille pour protéger les droits des femmes séropositives.

Au Kazakhstan, les centres de crise pour les victimes de violences domestiques sauvent des vies, mais manquent de financement

mercredi 16 novembre 2016

Sous-financés et face à une demande importante, les centres indépendants d’aide aux victimes de violences domestiques offrent aux femmes anonymat, confidentialité et une aide complète en matière d’accès au logement et d’assistance psychologique, juridique et sociale.

Broderies et semis font fleurir l’autonomie en Asie centrale

jeudi 21 août 2014

Grâce à un programme de migration régionale, plus de 5 000 familles de travailleuses et travailleurs migrants au Kirghizistan et au Tadjikistan ont reçu une formation, des ressources financières et des microcrédits, leur permettant de devenir des entrepreneuses et entrepreneurs autonomes.

1 - 7 de 7 résultats