News
Articles
4 résultats trouvés
1 - 4 de 4 résultats

#ÉcoutezMoiAussi : Femmes afghanes, visages du changement

vendredi 9 novembre 2018

Le Centre de protection pour femmes fait partie d’un réseau de 11 refuges répartis dans neuf provinces afghanes. Soutenus par ONU Femmes et financés par les gouvernements australien, islandais, suédois et norvégien, ces lieux ont offert un refuge à plus de 1 600 victimes de violences sexistes cette année, ainsi qu'un ensemble de services médicaux, juridiques et psychosociaux et de formation professionnelle, afin que les femmes puissent reprendre leur vie en main.

Dans les paroles de la juge Anisa Rasooli : « Les femmes afghanes ne sont pas toutes des mendiantes en burqa bleue… nous pouvons figurer parmi les meilleurs ingénieurs, médecins, juges ou enseignants »

vendredi 9 novembre 2018

La juge Anisa Rasooli a récemment été la première femme nommée pour siéger à la Cour suprême d'Afghanistan. Elle a milité activement pour qu'un plus grand nombre de femmes accède à des fonctions judiciaires, notamment lorsqu'elle était dirigeante de l’Afghan Women Judges Association, une organisation soutenue par ONU Femmes.

Pour les réfugiées syriennes en Jordanie, l’autonomisation passe par l’emploi

vendredi 7 septembre 2018

La Jordanie accueille actuellement 1,3 million de réfugiés, confirmant son leadership humanitaire dans la gestion de la crise des réfugiés syriens. En 2012, ONU Femmes a ouvert sa première Oasis - un centre pour les femmes et les filles réfugiées où elles ont accès à une aide d’urgence et à des services spécialisés dans les cas de violence basée sur le genre dans le camp de réfugiés de Za’atari, au nord de la Jordanie. Au fil du temps, le modèle de l’Oasis a étendu sa portée et son impact pour intégrer des services pluridisciplinaires qui renforcent la résilience et l’autonomisation des femmes. Aujourd’hui, ONU Femmes gère quatre centres Oasis dans deux camps jordaniens, Za’atari et Azraq.

Où je me tiens : « Toujours compter sur ses propres ressources »

lundi 18 juin 2018

Maha Aasi Emm Ala’a, une réfugiée syrienne, est venue au centre pour femmes géré par ONU Femmes dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie, car elle souffrait d’une grave dépression après le décès de son mari.

1 - 4 de 4 résultats