News
Articles
46 résultats trouvés
Sélectionner des filtres
Type d’article
Sujet
1 - 20 de 46 résultats

Dans les paroles d’Habiba Sarabi : « Notre vision d’un Afghanistan où chaque femme peut vivre en paix et reconnaître ses droits. »

lundi 19 octobre 2020

La Dre Habiba Sarabi, leader pionnière en Afghanistan, est l’une des quatre seules femmes à négocier la paix avec les talibans dans le cadre des pourparlers intra-afghans en cours. Hématologue de formation, elle est devenue activiste pour la paix, politicienne et réformatrice dans la reconstruction de l’Afghanistan. Elle a été ministre de la Condition féminine et est devenue en 2005 la première femme afghane à occuper le poste de gouverneure. Elle continue de jouer un rôle déterminant dans la promotion des droits des femmes et de la consolidation de la paix, à un moment décisif pour son pays.

Dans les paroles de Françoise Gbeko : « Maintenant je peux soutenir ma famille... et envoyer mes enfants à l’école »

lundi 18 novembre 2019

Françoise Gbeko, 36 ans, était l’une des nombreuses femmes chrétiennes ayant épousé un homme musulman qui vivaient dans l’harmonie en République centrafricaine (RCA) jusqu’à ce que la dernière crise éclate en décembre 2012. Malgré le court répit qui a suivi l’Accord de paix signé en février 2019, on estime le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire à 2,6 millions (soit 63 pour cent de la population), dont la moitié composée de femmes et de filles.

Dans les propos de Madina Mousa : « Je ne pouvais demeurer impassible devant la misère »

vendredi 16 août 2019

Madina Mousa a fui la guerre en Syrie avec sa famille en 2013, et elle vit à présent dans le camp de réfugiés de Kawergosk, dans la région du Kurdistan en Irak. Elle a commencé à faire du bénévolat pour aider d’autres réfugiés, et elle travaille maintenant en tant que responsable de la protection auprès de l’organisme d’autonomisation des femmes OAF, partenaire local d’ONU Femmes mettant en œuvre le programme régional « Renforcer la résilience des femmes et des filles syriennes et des communautés hôtes en Irak, en Jordanie et en Turquie », qui est financé par l’Union européenne dans le cadre du Fonds fiduciaire régional de l’UE en réponse à la crise syrienne (Fonds MADAD).

Dans les propos de Nur Omar : « Mes blessures de la guerre ont guéri et j’ai davantage confiance en l’avenir »

mercredi 30 janvier 2019

Nur Omar est une femme syrienne contrainte à se réfugier à Gaziantep après avoir dû fuir Alep avec ses six enfants en 2014.

Dans les propos de Mereng Bessela: « Je suis une battante et je fais tout ce que j’ai à faire »

mardi 29 janvier 2019

Mereng Alima Bessela est une entrepreneure à succès originaire de Ntui, dans la région centrale du Cameroun. Âgée de 50 ans, elle produit du cacao, une activité traditionnellement assurée par des hommes, et elle possède son propre restaurant ainsi qu’une ferme piscicole.

Dans les propos d’Aiman Umarova : « Si la violence est condamnée au silence, elle n’est pas absente de notre vie pour autant »

vendredi 16 novembre 2018

Aiman Umarova est une avocate kazakhstanaise reconnue qui milite en faveur des droits fondamentaux et se spécialise dans les crimes sexuels perpétrés contre des femmes et des enfants, ainsi que dans les crimes liés à l’extrémisme violent et la torture. Mme Umarova collabore avec ONU Femmes lors des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre et apporte un soutien spécialisé dans le cadre des projets d’ONU Femmes visant à éliminer la violence à l’égard des femmes au Kazakhstan. Elle a dédié sa vie à la lutte contre la violence à l’égard des femmes, malgré des menaces de violence dont elle-même a été la cible. Elle a fait l’objet de nombreuses tentatives d’assassinat, d’actes d’intimidation et de diffamation anonyme.

Selon les propos de Bettie Johnson Mbayo : « Il faut impliquer les hommes dans la couverture médiatique de ce problème, car ils sont majoritaires dans les salles de rédaction »

vendredi 16 novembre 2018

L’an dernier, la journaliste primée Bettie Johnson Mbayo du magazine Frontpage Africa a traversé le sud-est du Liberia pendant 16 heures en moto à la recherche d’une fille de 13 ans qui avait été violée par un législateur. Suite au viol, la fille est tombée enceinte, ce qui a suscité l’indignation des femmes au Liberia et de la diaspora. Bien qu’elle ait été la cible de menaces, Mme Mbayo a poursuivi son enquête sans relâche, suivant des pistes sur les médias sociaux et interviewant des membres de la famille de la victime, des voisins, des responsables de son école et des agents de police. Grâce à l’enquête qu’elle a menée, l’auteur allégué a été arrêté.

Dans les propos de Emmanuella Zandi Mudherwa : « Je voudrais que chaque survivante soit qualifiée de victorieuse »

mardi 13 novembre 2018

Emmanuella Zandi Mudherwa, âgée de 21 ans, a fondé sa propre organisation à but non lucratif « Ma voisine » à Kinshasa, en République démocratique du Congo, dont le but est d’encourager l’autonomisation des filles par les filles. Elle compte aujourd’hui 12 000 membres dans tout le pays et collabore avec ONU Femmes dans le cadre d’initiatives de sensibilisation à la violence faite aux femmes.

Dans les propos d’Aissa Doumara Ngatansou : « C’est la discrimination, telle que je l’ai vécue, qui m’a poussée à devenir l’activiste que je suis aujourd’hui »

mardi 13 novembre 2018

Aissa Doumara Ngatansou, âgée de 46 ans, est mère de trois enfants ; elle est originaire de la région Extrême-Nord du Cameroun. En 1996, elle a cofondé une antenne de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) dans la ville de Maroua. L’ALVF vient en aide aux survivantes et plaide auprès des décideurs et décideuses pour mettre fin aux mariages précoces et forcés, ainsi qu’aux autres formes de violence basée sur le genre.

Dans les propos d'Elisa Zepeda Lagunas : « Il est essentiel pour moi d'occuper ces espaces et de les ouvrir à d'autres ».

mardi 13 novembre 2018

Elisa Zepeda Lagunas, une ingénieure en aquaculture de 34 ans, est une dirigeante autochtone mazatèque et une défenseure des droits des femmes qui a fait l'objet d'une extrême violence en raison de son activisme politique.

Dans les propos de Hajer Sharief : « La consolidation de la paix, c'est l'élimination de la violence, mais également sa prévention »

vendredi 9 novembre 2018

Hajer Sharief est la cofondatrice de l'organisation « Together We Build it », qui entend promouvoir une transition démocratique pacifique en Libye, ouverte aux femmes et aux jeunes. L’organisation s’emploie à promouvoir les résolutions 1325 et 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies (UNSCR), respectivement sur les femmes, la paix et la sécurité, et sur la jeunesse, la paix et la sécurité, et à encourager les jeunes femmes à participer activement au processus de consolidation de la paix en Libye.

Dans les paroles de la juge Anisa Rasooli : « Les femmes afghanes ne sont pas toutes des mendiantes en burqa bleue… nous pouvons figurer parmi les meilleurs ingénieurs, médecins, juges ou enseignants »

vendredi 9 novembre 2018

La juge Anisa Rasooli a récemment été la première femme nommée pour siéger à la Cour suprême d'Afghanistan. Elle a milité activement pour qu'un plus grand nombre de femmes accède à des fonctions judiciaires, notamment lorsqu'elle était dirigeante de l’Afghan Women Judges Association, une organisation soutenue par ONU Femmes.

Dans les propos de Tanya Gilly Khailany : « S’agissant des droits des femmes, il n’y a pas de place pour la diplomatie »

vendredi 19 octobre 2018

Tanya Gilly Khailany, originaire du Kurdistan irakien, est une ancienne députée irakienne (de 2006 à 2010) et une co-fondatrice de la Fondation SEED, une organisation qui travaille avec les victimes de violences et du trafic des personnes en Irak. Fervente militante des droits des femmes, Mme Gilly Khailany a été l’une des principales députées à promulguer la loi sur le quota de 25 pour cent de femmes aux conseils provinciaux en Irak.

Dans les propos de Faidah Suleiman : « Dans le cadre de mon travail, j’apporte des changements dans ma famille et dans la société »

jeudi 18 octobre 2018

Faidah Suleiman est la surintendante de police chargée du bureau Genre et enfants en Tanzanie. Forte de 20 années d’expérience dans les forces de police, elle fait partie de l’équipe du bureau Genre depuis qu’il a été établi en 2009. En 2014, ONU Femmes s’est associée avec les bureaux Genre et enfants pour améliorer la qualité des services fournis. Aujourd’hui, la Tanzanie dispose de 417 bureaux Genre et enfants à l’échelle nationale, qui ont enregistré plus de 31 000 signalements de cas de violence perpétrée contre des femmes et des filles en 2017. Mme Suleiman est également membre du réseau de femmes policières de Tanzanie, une association de femmes policières mise en place pour promouvoir les intérêts de ses membres et de leur communauté.

Dans les propos de Taffan Ako : « Selon moi, il faut faire partie du système pour pouvoir le changer »

lundi 8 octobre 2018

Une réfugiée provenant du Kurdistan iraquien, Taffan Ako s’est enfuie en Suède en 1997 avec sa famille. Aujourd’hui, elle est Coordinatrice de « One Young World Ambassadors for Scandinavia and Eastern Europe » et fondatrice de « EmpowHERmen », une organisation qui soutient les femmes et les jeunes filles, anciennes esclaves du sexe de l’ISIS ou victimes de la traite des êtres humains. Sa fondation finance des projets d’intégration en faveur des enfants et des femmes en Europe et au Kurdistan iraquien. Taffan Ako, a été l’une des Jeunes leaders ayant participé aux Journées européennes du développement de juin 2018 organisées par l’Union européenne et a partagé son expérience avec ONU Femmes en tant que réfugiée en Suède et en tant, aujourd’hui, qu’activiste.

Dans les paroles de Marta Vieira da Silva : « Croyez en vous-même et faites-vous confiance »

vendredi 28 septembre 2018

La footballeuse brésilienne Marta Vieira da Silva est ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes pour les femmes et les filles dans le sport. Marta, ainsi qu’elle est familièrement appelée, souhaite inciter les femmes et les filles à combattre les stéréotypes, à surmonter les obstacles et à poursuivre leurs rêves et ambitions, notamment dans le domaine du sport. Icône et modèle pour beaucoup, Marta Vieira da Silva est largement considérée comme la meilleure joueuse de football de tous les temps. Pour la sixième année consécutive, elle a remporté le prix de la meilleure joueuse de la FIFA. Lors de sa récente visite au siège d’ONU Femmes à New York, Marta a évoqué son parcours personnel, sa motivation et ce qu’elle espère réaliser en tant qu’ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes.

Dans les propos de Spartak Kosta : « Les médias doivent sensibiliser le public à la question de la traite des femmes et des filles »

lundi 17 septembre 2018

Spartak Kosta est étudiant en troisième année de journalisme à l'Université d'histoire et de philologie de Tirana, en Albanie. Il faisait partie du premier groupe d'étudiants à suivre un nouveau cours universitaire sur le signalement de la traite des femmes et des filles. Le cours de formation a été élaboré sur la recommandation d'un rapport de suivi d'ONU Femmes. L’étude montre que les journalistes écrivent souvent des histoires superficielles sur la traite des êtres humains qui manquent d’analyse approfondie et utilisent un langage contraire à l’éthique concernant les victimes.

Dans les paroles d’Anny T. Modi : « Les jeunes femmes veulent être considérées comme des actrices et des agents du changement »

lundi 6 août 2018

Anny Tengandide Modi est une jeune mère célibataire de 36 ans qui vit à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Au mois de juillet 2017, elle a rejoint le Réseau des femmes leaders africaines, initiative lancée par ONU Femmes, la Commission de l’Union africaine et la Mission permanente de l’Allemagne. Anny Modi préside en particulier au plaidoyer pour la jeunesse au sein du Réseau. Elle est également directrice exécutive de l’organisation Afia Mama (Santé des femmes) qui travaille dans les domaines de la santé de la procréation et de l’amélioration de l’accès à la justice pour les femmes, ainsi que sur les questions de développement du leadership, de l’autonomisation économique, de l’aide juridique et du développement social des jeunes femmes.

Dans les propos de Irlanda Pop : « Les gens ont voté pour moi car ils aspiraient à un changement »

lundi 6 août 2018

Irlanda Pop est maire de Lanquin, une municipalité du département d’Alta Verapaz au Guatemala. Elle est l’une des dix femmes occupant actuellement des fonctions de maire dans le pays, et la seule autochtone. Élue en 2015 pour un mandat de quatre ans, Irlanda Pop a eu à surmonter de graves attaques politiques et ne cesse de lutter contre la discrimination dont elle est l’objet en raison de son identité autochtone, et parce qu’elle est une femme. ONU Femmes a permis à Irlanda Pop de participer au IVe Sommet ibéro-américain des agendas locaux sur le genre qui s’est tenu à Cuenca, Équateur, au mois de mai 2018. Elle y a animé un échange entre des dirigeantes de diverses communautés indigènes de la région portant sur la participation politique des femmes d’ascendance autochtone, et sur la manière de faire face à la violence qui existe à l’égard des femmes en politique.

Dans les propos de Deeba Ayubi : « Je me bats pour une bonne cause et le sacrifice en vaut la peine. »

mardi 17 juillet 2018

Deeba Ayubi, 27 ans, est activiste des droits des femmes et avocate de la défense au sein de l’organisation partenaire d’ONU Femmes, « Women for Afghan Women » (WAW), qui protège et soutient les survivantes de violences. Ayubi s’efforce avec passion d’aider les femmes et les filles à vivre une vie exempte de toute forme de violence. Elle rêve de devenir juge un jour.

1 - 20 de 46 résultats