News
Articles
126 résultats trouvés
Sélectionner des filtres
Type d’article
Sujet
1 - 20 de 126 résultats

Où je me tiens : « Grâce à une utilisation intelligente et efficace des ressources naturelles, nous pouvons atténuer le changement climatique. »

mercredi 21 avril 2021

Eldar Alić est un jeune agriculteur de Kalesija au nord-est de la Bosnie-Herzégovine. Il a fondé Nutri Pelet, une entreprise qui produit des granulés de fumier écologiques à partir de fumier non traité. Alić préconise un mode de vie sain et des solutions pratiques et écoresponsables permettant de mieux gérer les ressources naturelles limitées de la planète.

Où je me tiens : « Une meilleure compréhension du changement climatique a transformé notre façon de travailler »

mercredi 21 avril 2021

Korka Diaw est une agricultrice sénégalaise. Elle dirige REFAN, le Réseau des agricultrices du nord du Sénégal, qui donne des moyens aux femmes pour lutter contre la pauvreté par le biais de l’agriculture. Dans ce récit, elle parle de l’adaptation à la Covid-19 et au changement climatique.

Où je me tiens : « Apprendre aux filles à lire et à écrire est pour moi l’un des moyens les plus efficaces pour changer les choses. »

mardi 20 octobre 2020

Rimu Sultana Rimu sait que l’éducation, c’est le pouvoir. En tant que jeune activiste rohingya vivant à Cox’s Bazar, l’un des plus vastes camps de réfugiés au monde, elle a fait de l’alphabétisation sa mission.

Où je me tiens : « Cela ne sera pas facile... tendre la main, saisir le relais et continuer à courir en avant »

mardi 20 octobre 2020

Fatima Askira est une jeune leader nigériane, activiste et artisane de la paix, née et élevée dans l’épicentre de l’insurrection de Boko Haram. En tant que fondatrice de l’Initiative Borno pour le développement des femmes (« Borno Women Development Initiative ») (Nigeria), elle donne aux femmes et aux filles les moyens de promouvoir la paix dans les communautés touchées par l’extrémisme violent.

Où je me tiens : « Le pardon est encore très loin de notre réalité »

lundi 19 octobre 2020

Rosalina Tuyuc Velásquez, une activiste guatémaltèque des droits de l’homme, n’a jamais renoncé à la recherche de la vérité et de la justice depuis que son père et son mari ont disparu pendant la guerre civile du Guatemala. Après que son père et son mari aient été enlevés et assassinés par les forces gouvernementales pendant la guerre civile guatémaltèque, elle a fondé l’Association nationale des veuves guatémaltèques (CONAVIGUA), qui est aujourd’hui l’une des principales organisations nationales de défense des droits de l’homme. En 1995, elle a été élue députée au Congrès et, en 2004, elle a présidé la Commission nationale des réparations chargée d’enquêter sur les crimes commis pendant la guerre civile, qui a fait rage pendant plus de trois décennies.

Où je me tiens : « Grâce à notre action commune, le monde que nous laisserons derrière nous sera bien meilleur que celui que nous avons trouvé »

vendredi 9 octobre 2020

Ananya Banerjee, d’Haryana, en Inde, plaide pour l’égalité et l’autonomisation des filles.

Où je me tiens : « Ensemble, nous instaurons la paix et l’égalité des droits sur nos territoires. »

mardi 18 août 2020

Johana, une femme transgenre, est la créatrice de la Fondation Johana Maturana, une organisation qui promeut les droits des personnes LGBTI dans le département de Chocó, en Colombie. Elle souligne combien il est nécessaire que les ressources financières atteignent les communautés locales et l’obligation pour celles-ci d’agencer l’action humanitaire.

Où je me tiens : « L’absence de criminalisation pénale des violences domestiques au Kazakhstan est néfaste pour les femmes pendant la pandémie de COVID-19 »

mardi 14 avril 2020

Dina Smailova, militante bien connue au Kazakhstan, a récemment discuté avec ONU Femmes de la hausse des signalements de violences domestiques depuis l’introduction des mesures de confinement pour endiguer la propagation du virus COVID-19. Alors que 4 milliards de personnes à travers le monde sont confinées chez elles, de nombreuses femmes se retrouvent en situation d’isolement avec un partenaire abusif, incapables d’accéder à des ressources vitales et à des systèmes de soutien. Dans certains pays, les lignes d’assistance ont enregistré plus de 30 pour cent d’augmentation des appels.

Où je me tiens : « Je veux serrer ma fille dans mes bras et prendre soin de mes parents, mais ce sacrifice est nécessaire pour les garder, eux et tous les autres, en sécurité »

lundi 13 avril 2020

La Dre Runa Jha est pathologiste en chef et directrice du Laboratoire national de la santé publique au Népal, auquel sont rattachés 277 autres laboratoires publics disséminés dans tout le pays. Ce laboratoire est le seul autorisé à effectuer les tests de Covid-19. Entourée d’une équipe de 67 membres, elle joue un rôle crucial et est en première ligne face à la pandémie dans son pays.

Où je me tiens : « C’est en parlant davantage du harcèlement sexuel que nous parviendrons à faire évoluer les mentalités de nos sociétés »

lundi 18 novembre 2019

Diplômée en droit et militante des droits des femmes en Thaïlande, Thararat Panya, 23 ans, a été victime d’agression sexuelle et utilise ce vécu pour faire évoluer les mentalités à l’université Thammasat de Bangkok.

Où je me tiens : « Une femme peut et devrait pouvoir travailler »

vendredi 16 août 2019

Au cœur de la communauté rurale de Karak se trouve la ville de Taibeh, où Mona Ahmed Alqkla, âgée de 39 ans, a trouvé un endroit sûr pour sa famille il y a sept ans, après avoir fui le conflit à Dara’a, en Syrie. Elle n’avait jamais eu l’occasion de travailler jusqu’à maintenant. Elle a récemment rejoint le programme de volontariat incitatif en tant que couturière au Centre Oasis de Taibeh, qui a été lancé par le ministère du Développement social en partenariat avec ONU Femmes en mars 2019.

Où je me tiens : « L’égalité entre les hommes et les femmes... est une obligation morale »

jeudi 8 août 2019

Taher Sellami, jeune entrepreneur et étudiant en commerce, s’ingénie à favoriser le changement social en Tunisie et dans le reste du monde grâce aux nouvelles technologies.

Où je me tiens : « La participation des jeunes femmes à la consolidation de la paix permettra d’instaurer une paix durable »

jeudi 8 août 2019

À 32 ans, Susan Sebit, originaire du Soudan du Sud, est une avocate accomplie. Elle milite pour la protection des femmes et des enfants contre la violence et pour la mise en œuvre des cadres mondiaux adoptés en faveur des droits des femmes, de la paix et de la sécurité.

Où je me tiens : « Les gens me disaient : comment vas-tu pouvoir jouer au football, tu es une fille ! »

jeudi 8 août 2019

Fathime Tibu, 26 ans, est la plus jeune entraîneuse de MTG United, la ligue de football pour Changer les règles du jeu (MTG) d’une organisation de développement basée à Kilifi, au Kenya. Elle a récemment partagé sa propre trajectoire avec ONU Femmes, en évoquant ses aspirations et en expliquant que le sport est un puissant outil d’autonomisation des filles.

Où je me tiens : « Nous combattons les préjugés en élevant nos voix »

jeudi 8 août 2019

Alexandra Tomasevic, 25 ans, est une journaliste en herbe et étudiante en littérature à Belgrade, en Serbie. Elle souffre d’une paralysie cérébrale. Alexandra plaide en faveur des enfants et des jeunes en situation de handicap depuis son plus jeune âge et participe au programme de mentorat d’ONU Femmes.

Où je me tiens : « Le simple fait de porter nos vêtements traditionnels semble perçu comme l’expression d’une résistance »

mercredi 7 août 2019

Sonia Maribel Sontay Herrera est une femme autochtone guatémaltèque, défenseuse des droits humains. Sa vision est de faire en sorte que le Guatemala respecte les droits des femmes autochtones et entende leurs voix.

Où je me tiens : «je crois que les temps ont changé et que ma communauté a besoin de s’adapter à ce changement »

mardi 14 mai 2019

Ibrahim Hamawa, est le Lamido—chef traditionnel—de Zamay Kanton, un district dans la Région de l’Extrême Nord du Cameroun. Le chef traditionnel de 63 ans a déjà nommé la première femme comme une Lawal (Chef de village) et encourage davantage des femmes à assumer des fonctions décisionnelles au sein du Conseil traditionnel. Si les femmes d’autres pays peuvent faire de bons leaders, pourquoi ne devraient-ils pas dans sa communauté, il conteste.

Où je me tiens : « Nous avons remporté le premier tournoi international de cricket féminin pour aveugles »

mardi 7 mai 2019

Bhagwati Bhattarai-Baral est la capitaine de l’équipe nationale féminine de cricket pour aveugles au Népal. L’équipe a récemment (en février 2019) remporté le premier tournoi international de cricket féminin pour aveugles Bhagwati Bhattarai-Baral et ses coéquipières ont dû surmonter de nombreuses difficultés pour prouver que les femmes en situation de handicap peuvent être des athlètes de compétition professionnelles.

Où je me tiens : « Les filles doivent contribuer à l’innovation et à la technologie »

mardi 23 avril 2019

À 16 ans, Jakomba Jabbie est l’une des plus ardentes voix qui s’expriment en faveur de l’éducation de toutes les filles de Gambie, particulièrement en matière de sciences et de technologies. L’éducation est importante, surtout pour les filles. Elle permet de développer la confiance en soi, de mettre en valeur ses talents personnels et de s’exprimer en faveur de ses propres droits. Si nous ne sommes pas éduquées, nous ne serons pas conscientes de nos droits et de nos responsabilités. Ce sont les enseignants qui déclenchent tout. Ils demandent ce que l’on veut faire dans...

Où je me tiens : « Je n’ai jamais abandonné et j’apprends tous les jours »

lundi 4 mars 2019

Selon les dernières données de la Banque mondiale, 1,7 milliard d’adultes dans le monde ne sont toujours pas bancarisés, une proportion de 56 pour cent d’entre eux étant des femmes. La tendance se poursuit en Afrique où près de 95 millions de personnes adultes non bancarisées reçoivent des paiements en espèces en échange de leurs produits agricoles et 65 millions épargnent en ayant recours à des méthodes semi-formelles. Faute d’accès aux services bancaires et de compétences en matière financière – notamment pour épargner, préparer un budget ou gérer l’endettement – les femmes qui sont déjà pauvres n’ont que peu voire aucun moyen d’investir, de bénéficier d’une retraite ou de constituer une réserve pour faire face aux situations d’urgence. En cas de crise humanitaire, ces défis s’aggravent. Esperance Mutegwaraba, âgée de 61 ans, a fui pour échapper au conflit en République démocratique du Congo en 2012, tout comme 30 000 autres réfugiés.

1 - 20 de 126 résultats