Partenaire à l’honneur : La Finlande

Finland

Le gouvernement finlandais et ONU Femmes entretiennent un étroit partenariat basé sur des priorités et des intérêts communs. L’un des tout premiers pays du monde à avoir accordé aux femmes le droit de voter et de se présenter aux élections (en 1906), la Finlande reste aux avant-postes en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes. Ce pays collabore avec ONU Femmes pour soutenir des engagements normatifs avec et dans les États membres en vue de mettre en œuvre des politiques de genre.

La Finlande reconnaît l’importance que représente pour ONU Femmes le financement des ressources de base, pour qu’elle dispose d’une assise financière solide lui permettant de mener à bien l’intégralité du mandat de l’organisation. Depuis 2014, la Finlande demeure l’un des quatre principaux contributeurs aux ressources de base d’ONU Femmes.

Entre 2011 et 2017, les contributions du gouvernement finlandais ont totalisé 125,4 millions de dollars US. En 2017, la Finlande a été le quatrième principal contributeur aux ressources de base de l’entité onusienne avec 11,6 millions de dollars US, et le cinquième gouvernement contributeur aux ressources totales avec 18,6 millions de dollars US.

Les priorités de la politique de développement finlandaise et celles du mandat d’ONU Femmes se concentrent toutes deux sur la réduction de la pauvreté et de l’inégalité, la promotion des droits des femmes et des droits humains, et le développement durable. Avec le soutien du gouvernement finlandais, ONU Femmes s’attelle à faire progresser l’autonomisation des femmes et des filles en situation de handicap, à renforcer le leadership et la participation politique des femmes, ainsi qu’à encourager l’engagement des femmes dans tous les aspects de la consolidation de la paix.

Ce que nous avons accompli ensemble

Maha Aasi Emm Ala’a, 48, Syrian refugee woman enrolled in the UN Women’s cash-for-work programme as tailor in the ‘Oasis Center for Resilience and Empowerment of Women and Girls’ operated by UN Women in the Za’atari refugee camp. Credits: UN Women/Lauren Rooney

Où je me tiens : « Toujours compter sur soi-même »
Réfugiée syrienne, Maha Aasi Emm Ala’a est venue au centre pour femmes géré par ONU Femmes dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie, car elle souffrait d’une grave dépression après le décès de son mari. Après avoir bénéficié d’un accompagnement, elle a trouvé un travail de couturière dans le cadre du programme argent-contre-travail. Avec le prolongement des déplacements de réfugiés, l’aide humanitaire doit prendre en compte les besoins immédiats et à long terme des femmes et des filles. Les centres dédiés aux femmes du camp de réfugiés de Za’atari renforcent la résilience des femmes et encouragent leur autonomisation en tant que dirigeantes, travailleuses et entrepreneuses.

Participants in ninth edition of the Female Military Officer's Course. Photo courtesy of Captain Anaseini Navua Vuniwaqa

Prête pour un déploiement de maintien de la paix, dans une perspective de genre
Organisé par ONU Femmes et ses partenaires sur une durée de deux semaines, le cours pour le personnel militaire féminin vise à combler le fossé entre les hommes et les femmes dans les opérations de maintien de la paix assurées par l’ONU. Il offre une formation spécialisée aux officiers militaires féminins dans le monde entier pour créer un réseau international de personnel féminin formé aux opérations de maintien de la paix.

Erlan conducts education sessions on effective use of water resources for his peers. Photo: UN Women/Dildora Khamidova

Les jeunes des régions rurales du Kirghizistan promeuvent l’égalité entre les sexes et l’accès à l’eau salubre
Pour faire avancer l’égalité entre les hommes et les femmes et promouvoir des communautés sûres et pacifiques, ONU Femmes mobilise les jeunes de sept municipalités du Kirghizistan. Ce projet établit des liens entre les jeunes et les associations œuvrant dans le domaine de l’eau, les administrations locales et plusieurs groupes d’entraide féminins issus de communautés marginalisées, afin de donner davantage de moyens aux communautés locales et de renforcer l’accès équitable aux ressources naturelles.

Dawa Dolma Tamang in the Pourakhi office.

Vers une migration sûre et un travail décent pour les femmes du Népal
Dawa Dolma Tamang a quitté sa région rurale du Népal pour se rendre à Abou Dhabi dans l’espoir d’améliorer ses moyens d’existence et de subvenir aux besoins de sa famille. Ses espoirs ont toutefois été déçus, car elle a dû payer le septuple du prix à l’origine convenu à l’agence de recrutement et s’est vue injustement refuser un travail pour raisons médicales. Avec l’aide de Pourakhi, une organisation de défense des droits des migrantes, Dawa Dolma a pu obtenir une assistance juridique et recouvrer une partie de son argent. Aujourd’hui, elle travaille comme maçonne et s’apprête à entamer une formation professionnelle qui lui apportera également des compétences entrepreneuriales, dans le cadre d’un programme mené par ONU Femmes en faveur de l’autonomisation économique des femmes au Népal.

Marietha Maige, running for the Itilima District Council, Tanzania. Photo: UN Women/Stephanie Raison.

Les Tanzaniennes réclament leur place dans les élections de leur pays
Une douzaine de candidates formées par ONU Femmes et ses partenaires évoquent les défis qu’elles ont rencontrés à l’approche des élections présidentielles, parlementaires et locales qui se sont tenues en 2015 en Tanzanie, et expliquent comment la formation les a motivées.