Partenaire à l’honneur : La Suède

La Suède

Le gouvernement suédois est à la fois le principal soutien financier d’ONU Femmes et un important partenaire stratégique. La signature en juin 2018 d’un accord de financement pluriannuel a renforcé le partenariat entre ONU Femmes et le gouvernement suédois. Cette convention prévoit notamment l’engagement de la Suède à financer les ressources de base d’ONU Femmes à hauteur de 500 millions de couronnes suédoises (soit environ 62 millions de dollars US).

Ardente défenseuse des initiatives d’égalité des sexes à l’ONU et premier pays au monde à avoir adopté une politique étrangère féministe, la Suède joue un rôle capital dans le travail accompli par ONU Femmes en vue de la réalisation des Objectifs de développement durable, ainsi que pour un monde égalitaire et juste pour toutes et tous.

Depuis 2013, la Suède est le plus important donateur d’ONU Femmes. En 2017, la Suède a été le principal contributeur aux ressources de base d’ONU Femmes avec 17,12 millions de dollars US, ainsi que le principal contributeur aux ressources totales avec 44,25 millions de dollars US.

La Suède finance à la fois les ressources de base et d’autres ressources (affectées à des programmes), une importante décision de sa part qui permet à ONU Femmes de développer son organisation, sa présence et son expertise. Grâce à un financement souple des ressources de base, la Suède facilite l’attribution des fonds par ONU Femmes en fonction des besoins les plus pressants.

La Suède et ONU Femmes partagent un engagement fondamental pour l’égalité des sexes. Le mandat et les activités d’ONU Femmes coïncident étroitement avec les priorités de développement de la Suède, telles que le renforcement des droits des femmes et des filles réfugiées, le combat contre la violence à l’égard des femmes, la promotion du rôle des femmes dans le processus de paix, le renforcement du pouvoir économique des femmes et la lutte pour leurs droits sexuels et reproductifs.

Ce que nous avons accompli ensemble

Martha Alicia Benavente. Photo : ONU Femmes / Ryan Brown.

Où je me tiens : « Je suis capable de construire une lampe solaire en vingt minutes »
Originaire de Tucurú, une petite ville du Guatemala, Martha Benavente a reçu une formation de six mois pour devenir ingénieure en énergie solaire. Il lui tarde de commencer à construire des lampes solaires pour que sa communauté puisse enfin bénéficier d’énergie renouvelable.

Deyanira Cordoba. Photo : ONU Femmes / Ryan Brown.

Où je me tiens : « Il n’y a pas que les hommes qui peuvent faire des affaires »
Deyanira Cordoba appartient à une famille de caféiculteurs de Tablon de Gomez, dans la région de Nariño en Colombie. La région sort à peine d’un demi-siècle de conflits armés, et l’autonomisation économique des femmes peut être un facteur déterminant de stabilité et de cohésion. Dans le cadre d’un projet d’ONU Femmes, Deyanira a pris connaissance de ses droits économiques, de son autonomisation corporelle et plus encore.

Koyesh Miah et un ami. Photo : Kamrul Hasan Sabbir.

En créant une nouvelle réalité, les étudiantes et étudiants du Bangladesh disent non au harcèlement sexuel
Partout, les femmes en ont assez. Où qu’elles soient dans le monde, elles disent #metoo et ne sont plus disposées à subir le harcèlement sexuel en silence. Dans de nombreuses villes du Bangladesh, le harcèlement sexuel contre les femmes fait partie du quotidien. Un projet mis en œuvre dans quatre grandes universités du pays fait participer les étudiants et les étudiantes, ainsi que les enseignants, à la lutte contre les stéréotypes en les encourageant à s’exprimer ouvertement et à prévenir le harcèlement sexuel.

Mama Nalepo in her shop in the local market of Mamura village in Arusha, Tanzania. Photo: UN Women/Deepika Nath

Les femmes Maasaï de Tanzanie sortent du Boma : elles se prennent en main et assurent leurs moyens de subsistance
En Tanzanie, des ateliers dirigés par ONU Femmes et un partenaire ont aidé des centaines de femmes Maasaï à acquérir des terres, à trouver des emplois supplémentaires et à diversifier leurs activités économiques pour contribuer aux revenus de leur famille.

A woman voting on election day, 25 June 2017. Photo: UN Women/Violana Murataj

En Albanie, les élections se soldent par une progression historique du nombre de femmes siégeant au Parlement
Lors des dernières élections nationales de 2017, l’Albanie a franchi un nouveau cap avec 28 pour cent de femmes élues au Parlement. Les candidates ont bénéficié du quota genre, ainsi que des débats publics organisés par ONU Femmes et ses partenaires, qui leur ont permis de sensibiliser le grand public. Les efforts se poursuivent pour encourager la participation nationale des femmes à la vie politique et pour assurer la parité entre les sexes dans les élections locales.