39 résultats trouvés
Résultats de la recherche pour  mutilation
Sélectionner des filtres
1 - 15 de 39 résultats

Échapper au fléau de la mutilation génitale féminine en Tanzanie : une école masaï accorde des bourses aux filles menacées

mercredi 28 novembre 2012

« Pour vous marier, vous devez être excisée : vous évitez ainsi de faire honte à votre famille si vous tombez enceinte » explique Nengai, une fière institutrice d'école de 26 ans. À Gelai, le village

Le Libéria s’engage à adopter un projet de loi sur la violence domestique et à agir en vue de mettre fin à la mutilation génitale des filles

dimanche 27 septembre 2015

Le Libéria entend adopter son projet de loi relatif à la violence domestique et à appuyer la mise en vigueur d’une loi refusant la libération sous caution aux auteurs de viols. Il continuera à défendre les droits et les lois assurant aux enfants l’accès à une éducation de qualité, et il entreprendra d’améliorer les formations et conditions de travail des personnels sanitaires en vue de proposer de meilleurs services de santé, en s’appuyant pour cela sur l’expérience acquise lors de la récente épidémie d’Ebola. Malgré les difficultés qui se dresseront sur cette voie, il agira avec détermination pour édicter des lois interdisant la mutilation génitale féminine et engager des actions exécutoires pour réprimer cette pratique. D’autres efforts viseront à améliorer les conditions de vie et de travail de femmes vulnérables occupant des emplois informels. Dans le cadre d’un processus continu de révision constitutionnelle, les femmes se verront accorder prioritairement une place garantie dans les affaires et la gouvernance du pays. Prenant la parole devant la réunion des leaders mondiaux le 27 septembre 2015, la présidente Ellen Johnson Sirleaf a déclaré : « Mon gouvernement est décidé à améliorer les conditions de vie et de travail de femmes travaillant dans le secteur informel, car ce sont elles qui assurent la résilience de notre économie et sont pourtant les plus désavantagées ».

Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes

En cette Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, ONU Femmes appelle à redoubler d’efforts pour mettre fin à cette pratique sous toutes ses formes.

Les Nations Unies interdisent les mutilations génitales féminines

jeudi 20 décembre 2012

L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté aujourd'hui une résolution interdisant la pratique des mutilations génitales féminines. Cette étape importante vers la fin des pratiques et violations dangereuses menaçant gravement la santé des femmes et des filles a été approuvée par les 194 États membres des Nations Unies. Ces derniers ont voté aujourd'hui en faveur de cinq résolutions de l'Assemblée générale relatives à la promotion des droits des femmes, dont une concernant l'intensification des initiatives déployées au niveau mondial en vue d'éliminer les mutilations génitales féminines (MGF).

Déclaration : Prendre des mesures pour éliminer les mutilations génitales féminines d’ici à 2030

mardi 5 février 2019

Dans une déclaration conjointe à l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, la directrice exécutive d’ONU Femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka, la directrice exécutive du FNUAP Natalia Kanem et la directrice exécutive de l’UNICEF Henrietta H. Fore ont réaffirmé leur volonté de mettre fin à cette violation des droits humains.

Je suis de la Génération Égalité : Natalie Robi Tingo, mobilisatrice communautaire dans la lutte contre les mutilations génitales féminines

jeudi 4 février 2021

Natalie Robi Tingo, 28 ans, est la fondatrice et la directrice exécutive de Msichana Empowerment Kuria, une organisation communautaire dirigée par des femmes dans les zones rurales du Kenya qui s’emploie depuis 2015 à mettre fin aux mutilations génitales féminines (MGF) en s’attaquant à ses causes profondes et en favorisant l’autonomisation des femmes et des filles.

Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines

jeudi 4 février 2016

Survivante de mutilations génitales, Assétou Touré, femme Malienne de 49 ans, a consacré la plupart de sa vie à la lutte contre cette pratique néfaste, commençant avec ses quatre filles. Depuis 2011, avec le financement de la France, ONU Femmes appuie un programme promouvant les droits des femmes et la prise en charge des violences basées sur le genre, y compris les excisions, au Mali.

Libérer le Pouvoir de la Jeunesse : Une décennie, pour Accélérer les Actions, en vue d’obtenir Zéro Mutilations Génitales Féminines

jeudi 6 février 2020

Déclaration conjointe du Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, d’Henrietta H. Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF, de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes et Dr Tedros Adhanom Directeur général de l'OMS, à l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines

La petite fille

Alors que le monde célèbre la Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes, ce 25 Novembre 2014, alors que nous approchons du 20e anniversaire du Programme d’action de Beijing, nous examinons non seulement comment la violence constitue un sujet de préoccupation en soi, mais aussi comment elle se manifeste et se recoupe dans chacun des domaines critiques. Examinons la violence et la petite fille...

L’Italie a prévu d’engager de nouvelles ressources à hauteur de 50 millions d’euros pour faire progresser l’égalité des genres et les droits de la femme (mis à jour)

lundi 26 septembre 2016

Pour l’Italie, le Programme d’action de Beijing demeure le canevas servant à guider la progression des droits des femmes et la réalisation d’un avenir plus durable pour toutes et tous. Ce pays reste décidé à mettre le Programme en œuvre. Il continuera à appuyer les initiatives multilatérales visant à mettre fin à des pratiques nocives, notamment la mutilation génitale des femmes, le mariage des enfants et les mariages précoces et forcés. Au cours des deux prochaines années, l’Italie consacrera de nouvelles ressources à hauteur de 50 millions d’euros pour faire avancer l’égalité des sexes et assurer la pleine jouissance de leurs droits à des femmes et des filles. L’Italie s’est engagée à maintenir tout son soutien à ONU Femmes et au Fonds des Nations Unies pour les populations en accordant des contributions conséquentes à leurs ressources et programmes.

Les artistes Maliens s'unissent pour mettre fin à la violence contre les femmes

vendredi 4 août 2017

Sira Kouyate et d'autres jeunes artistes participent au concert Moussoya ye Koba Ye '. Photo: ONU Femmes / Gaoussou Haidara   « Nous sommes des femmes d'ici; femmes d'Afrique; femmes fortes, femmes fières, femmes aimées, et nous disons non à la violence contre les femmes », a chanté Pamela Badjogo le 7 avril 2017, lors d'un concert au Mali, dans le cadre du programme Moussoya ye Koba Ye ', soutenu par ONU Femmes. Lancé en Avril...

Le Kenya vise à réaliser l’accès universel à la santé sexuelle et procréative et à prendre des mesures progressistes en faveur de l’autonomisation économique des femmes

dimanche 27 septembre 2015

Afin de protéger les gains obtenus par les femmes dans le cadre de sa nouvelle constitution nationale, le Kenya promulguera les lois et les politiques qui conviendront à cette fin, en veillant à en assurer l’exécution et le suivi. Il vise à une accélération des progrès vers l’accomplissement des engagements de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, en particulier par la généralisation de l’accès à la santé sexuelle et procréative. Il affectera des ressources adéquates à l’égalité des sexes et renforcera les mécanismes de budgétisation sensible à la dimension du genre. Pour appuyer l’autonomisation économique des femmes, la politique des marchés publics sera affinée de manière à ouvrir des opportunités pour les femmes. Par des actions progressistes, le gouvernement améliorera l’accès des femmes à des emplois décents et s’attaquera aux disparités salariales entre les sexes. La mise en œuvre des politiques et lois nationales sur la violence basée sur le genre sera accélérée en impliquant les hommes et les garçons et en visant à éliminer toutes les pratiques nocives, y compris la mutilation génitale féminine et le mariage des enfants. Le Kenya vise à ce que les femmes puissent entièrement et effectivement participer aux prises de décisions à tous les niveaux de la vie politique, économique et publique. Il prendra des mesures pour assurer l’accès à un enseignement de qualité aux filles et garçons, et pour encourager les femmes à opter pour des carrières dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. Prenant la parole devant la réunion des leaders mondiaux le 27 septembre 2015, le président Uhuru Kenyatta a déclaré : « Nous veillerons à assurer la participation entière et réelle des femmes, et à leur donner des chances égales d’accession à des positions de leadership à tous les niveaux décisionnels de la vie politique, économique et publique ».

L’Espagne se promet d’investir dans l’égalité des chances et dans des campagnes de sensibilisation

mercredi 28 octobre 2015

Faisant de la lutte contre la violence fondée sur le genre une « priorité nationale » qui mérite une attention toute particulière, l’Espagne s’engage à poursuivre ses efforts en la matière pour apporter une réponse globale à toutes les formes de violence, telles que la traite de personnes pour l’exploitation sexuelle, la mutilation génitale féminine, le mariage forcé et les attaques sexuelles. Le Plan stratégique espagnol pour l’égalité des chances 2014-2016 a alloué un budget de 3,1 millions d’euros à la question de l’égalité des sexes. Afin de promouvoir la participation et le leadership des femmes dans les sphères politique, économique, sociale et culturelle, le pays s’engage à renforcer l’initiative "Plus de femmes, de meilleures entreprises" pour atteindre une participation équilibrée entre les sexes dans les postes de direction des entreprises. Un Code de bonne gouvernance des entreprises cotées en Bourse, adopté en février 2015, exhortent les entreprises à accroître leur nombre de directrices pour atteindre une représentation féminine d’au moins 30 % d’ici à 2020. L’Espagne s’engage en outre à mener des campagnes de sensibilisation s’adressant principalement aux jeunes et aux adolescents pour lutter contre les stéréotypes, promouvoir l’égalité des chances et combattre la violence à l’égard des femmes. En octobre, sous l’égide de la présidence espagnole au Conseil de sécurité, une révision de haut niveau de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sera menée pour évaluer les progrès, renouveler les engagements et aborder les obstacles entravant la mise en œuvre de la résolution que le pays a adoptée il y a quinze ans. Pour témoigner de l’importance de celle-ci, le Premier ministre espagnol organisera un débat de haut niveau le 13 octobre prochain.

La Sierra Leone s’engage sur la voie des réformes légales ainsi que de l’éducation et de la santé gratuites en faveur de l’autonomisation des femmes et des filles

jeudi 27 août 2015

De nouvelles lois en Sierra Leone visent à autonomiser les femmes et à assurer l’égalité des sexes, en passant notamment par des protections accrues contre les actes de violence domestique et sexuelle. L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes se situent au cœur de l’Agenda national pour la prospérité. Reconnaissant le rôle clé de l’éducation, la Sierra Leone a mis l’accent sur la scolarisation gratuite des filles dans le primaire et le secondaire, ce qui a permis d’atteindre la parité filles-garçons dans l’enseignement primaire. Le gouvernement a établi des programmes scolaires sensibles à la dimension du genre, et a distribué des bourses gratuites d’éducation tertiaire encourageant les filles à opter pour des disciplines scientifiques. Pour assurer la santé procréative universelle, les femmes enceintes, allaitantes ou ayant des enfants de moins de 5 ans, peuvent accéder à des services gratuits.

Posez la question à une activiste : Pourquoi l’indépendance économique est-elle importante pour les femmes autochtones du Kenya ?

mercredi 7 août 2019

Agnes Leina est originaire du nord du Kenya. Elle est la fondatrice et directrice générale de I’llaramatak Community Concerns (ICC), un centre de ressources qui offre des moyens de subsistance aux femmes et qui travaille avec les communautés pastorales à la reconnaissance de la valeur et du potentiel des femmes et des filles à contribuer, à égalité avec les hommes, à la production de ressources pour leurs familles et communautés. Mme Leina a été l’une des participantes à la 63e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, le plus grand rassemblement annuel de l’ONU consacré aux droits des femmes.

1 - 15 de 39 résultats