La petite fille

Les filles sont parmi les personnes les plus vulnérables et les plus profondément affectées par la violence. Les impacts peuvent durer toute une vie. Les formes spécifiques de violence et les pratiques préjudiciables, y compris les mutilations et les excisions génitales féminines, le repassage des seins et le mariage d’enfants, affectent les filles en particulier, comme la violence sexuelle. Des études révèlent que, à l’échelle mondiale, plus de 700 millions de femmes actuellement en vie ont été mariées alors qu’elles avaient moins de 18 ans – et que plus d’une sur trois (environ 250 millions) a été mariée avant ses 15 ans.

ONU Femmes s’efforce de donner aux filles et aux jeunes femmes les moyens d’affronter et de prévenir la violence sous toutes ses formes. Nous menons des campagnes de sensibilisation aux droits humains et des programmes qui impliquent les éducateurs, les parents – en particulier les pères - et les leaders religieux, afin d’assurer une interprétation adéquate des pratiques et des rites culturels qui enfreignent les droits des filles. Nous promouvons également l’amélioration de l’éducation des filles, de leur santé et de leur bien-être auprès des gouvernements et d’autres partenaires, pour un monde où les filles peuvent vivre à l’abri de la peur, de la violence et de la discrimination.

Les femmes rurales luttent contre la pauvreté et le mariage précoce en Égypte par le biais d'un film et de leur propre vie

Egyptian girls at workshop

Grâce aux compétences qu’elle a acquises lors d’un atelier de production de documentaires codirigé par ONU Femmes, une femme rurale d’Al Tod en Égypte raconte comment un mariage précoce et la pauvreté ont affecté la vie d’une adolescente de 15 ans dans sa communauté. Cette adolescente est aujourd’hui divorcée et sans instruction, et il lui est difficile de joindre les deux bouts. Pour sortir de la pauvreté et fournir des possibilités à ces jeunes filles, ONU Femmes soutient un projet agricole en Haute-Égypte qui permet de recruter et de former des travailleuses et qui leur donne les capacités pour subvenir à leurs besoins.

Échapper au fléau de la mutilation génitale féminine en Tanzanie

Tanzania Maasai school girls

Dans une école de filles massai près de la ville d’Arusha en Tanzanie, 86 filles exposées aux risques de mutilation génitale féminine et de mariage précoce ont la chance de terminer leur scolarité, grâce à un partenariat avec ONU Femmes. Les filles bénéficient de bourses scolaires avec pension complète, ce qui leur permettra d’atteindre un niveau minimal d’éducation et de valoir plus qu’une dot aux yeux de leurs familles. La mutilation génitale féminine, qui, le plus souvent, est infligée aux femmes et aux filles en Afrique, est directement liée au mariage précoce.

Ce que dit la Déclaration de Beijing sur la fillette
Lisez notre Gros plan sur la fillette de Beijing+20

Retournez à notre kit de rédaction au sujet de la violence à l’égard des femmes, a l’occasion de 25 Novembre 2014

Publication