Où je me tiens : « Pour les 16 Jours d'activisme, je souhaite mettre en lumière les femmes qui dénoncent le harcèlement »

Nesrine est journaliste radio à Alger, la capitale de l'Algérie. En 2017, elle a participé à une formation Genre et média adressée aux journalistes et organisée par ONU Femmes en partenariat avec le ministère algérien de la Communication. Un an plus tard, Nesrine Charikhi explique en quoi cette formation l'a aidée à changer sa façon de rendre compte de la violence à l'égard des femmes et des filles dans ses reportages, notamment dans son émission radio « Au cœur de la société ».

Date : mardi 13 novembre 2018

Nesrine Charikhi. Photo: UN Women/Rocio Sanhueza
Nesrine Charikhi. Photo: ONU Femmes/Rocio Sanhueza
Quote

En tant que reporter radio, j'avais l'habitude de penser que la question de la violence envers les femmes n'était rien de plus qu'une histoire de faits de divers, un problème qui ne touchait que quelques femmes vulnérables. La formation proposée par ONU Femmes m'a permis de voir les choses sous un angle complètement différent : j'ai réalisé que la violence envers les femmes était bien plus répandue que je ne l'imaginais.

J'ai commencé à couvrir cette question pour notre station de radio en dehors des principaux temps forts et au-delà des faits d'actualité habituels. Je voulais discuter des différents types de violence, les analyser, apprendre à les reconnaître et parler de ce qu'il est possible de faire. Je recherche maintenant des témoignages de femmes, afin de pouvoir présenter des expériences réelles. Depuis le début de la nouvelle saison radiophonique en septembre, FIwe a déjà diffusé cinq émissions sur l'égalité des sexes et la violence à l'égard des femmes et des filles.

Outre la création d'un réseau avec des organisations de la société civile et d'autres journalistes, cette formation m'a fait prendre conscience de la nécessité d'accorder aux femmes plus de place dans les médias. Je ne parle pas seulement du nombre de femmes représentées, mais du fait que nous devons entendre et voir davantage de femmes parler de sujets autres que la météo, la culture ou la mode.

Dans le cadre de la prochaine campagne des « 16 Jours d'activisme contre la violence basée sur le genre », et alors que nous célébrons le premier anniversaire du mouvement #MeToo, j'ai l'intention de mettre en lumière les femmes qui dénoncent le harcèlement. J'inviterai par exemple dans mon émission une jeune femme qui, s'opposant à ce qui lui était conseillé, a insisté pour déposer plainte pour harcèlement dans un bus et a gagné son procès. Nous relaierons également les voix des organisations de la société civile pour décrire les solutions et les soutiens qui peuvent être apportés aux survivantes, de façon à poursuivre la sensibilisation à ces questions ».



ODD 5 : Égalité entre les sexes

Âgée de 36 ans, Nesrine Charikhi est reporter radio depuis 11 ans. Elle travaille aujourd'hui pour Radio Algeria International. Elle produit et anime l'émission « Au cœur de la société », dans un segment en français sur la Chaîne 3. En 2017, elle a suivi une formation Genre et médias proposée aux professionnels des médias par ONU Femmes, dans le cadre du programme « Taf'il » financé par le gouvernement du Royaume de Belgique. Le travail de Mme Charikhi contribue à l'Objectif de développement durable 5, qui vise à promouvoir l'égalité des sexes et à mettre fin à toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles.