Présentation à la presse de la part de la Directrice exécutive Michelle Bachelet à l’occasion du premier anniversaire d’ONU Femmes

Date : jeudi 2 février 2012

[Vérifier à l'écoute.]

Mesdames et Messieurs, bonjour. C'est un plaisir de vous rencontrer.

Cette conférence de presse est la première que je donne cette année, et marque également le premier anniversaire d'ONU Femmes.

En qualité de Directrice exécutive, je souhaiterais faire un point sur notre première année d'activités, sur ce que nous avons réalisé, sur certains des défis rencontrés, et sur nos priorités pour 2012.

Il y a un an, ONU Femmes n'était qu'un nouveau-né. Aujourd'hui, il est debout et court.

Nous avons beaucoup accompli dans une courte période de temps, et je suis fière de ce qui a été réalisé à ce jour.

Deux événements majeurs ont dominé l'actualité internationale en 2011 : le mouvement démocratique qui s'est fait jour dans les Etats arabes, et la poursuite de la crise financière et économique. Les femmes ont à la fois participé à ces événements et été touchées par ceux-ci, et ONU Femmes a apporté un soutien important dans ce cadre.

Au cours de notre première année de fonctionnement, je me suis attachée à construire une organisation solide, dotée d'objectifs et de stratégies clairs. Les 41 pays présents au sein de notre conseil d'administration ont approuvé notre plan stratégique, qui compte six priorités.

ONU Femmes est présent dans 75 pays. Je souhaiterais maintenant vous présenter quelques-uns des points forts de notre première année, et vous exposer ce que nous prévoyons de faire en 2012 au niveau de nos six priorités.

En premier lieu, la promotion de la participation et du leadership politiques des femmes.

En cette époque de changements historiques, nous ne pouvons plus nous permettre de laisser les femmes de côté. La pleine et égale participation des femmes dans le domaine politique est fondamentale pour assurer la démocratie et la justice, que revendiquent les gens.

Lorsque les protestations ont éclaté en Tunisie et sur la place Tharir, ONU Femmes est immédiatement intervenu, en aidant les femmes à participer à la réforme constitutionnelle, aux élections et à la transition politique. Je me suis rendue quatre fois sur place pour rencontrer les femmes et les jeunes gens de la région.

ONU Femmes a contribué à créer l'Egyptian Women's Union, une association composée de 500 groupes, et l'a aidée à formuler ses revendications dans le cadre de la Charte des femmes égyptiennes.

En octobre, ONU Femmes a appelé les gouvernements et la société civile des Etats arabes à faire des propositions concrètes pour appuyer la participation politique et l'autonomisation des femmes.

A cet effet, nous apportons 4,8 millions de dollars par le biais du Fonds pour l'égalité des sexes afin de promouvoir l'autonomisation des femmes dans le monde arabe.

En septembre, nous avons rassemblé les dirigeantes mondiales à la faveur de l'Assemblée générale des Nations Unies en vue d'appeler davantage de femmes à travers le monde à entrer en politique. En décembre, les Etats membres ont adopté une nouvelle résolution qui appelle les pays à prendre des mesures concrètes pour renforcer la participation et le leadership politiques des femmes, et de faire rapport à cet égard au Secrétaire général des Nations Unies en 2013.

En 2011, ONU Femmes a apporté son soutien aux candidats, aux partis politiques, aux électeurs et aux commissions électorales dans plus de 25 pays, et a appuyé les initiatives législatives visant à assurer que davantage de femmes votent et soient élues.

En 2012, ONU Femmes appuiera les mouvements de femmes dans 52 pays pour favoriser le leadership des femmes. Nous travaillerons avec les parlements de 20 pays pour que les lois soient amendées en vue d'intégrer l'égalité des sexes. Nous organiserons des sessions de formation dans 38 pays en même temps que des réunions d'apprentissage aux techniques parlementaires et législatives en vue de promouvoir la participation politique des femmes. Nous soutiendrons la formation des candidates dans 27 pays. Et nous appuierons les réformes des lois électorales dans 39 pays afin de favoriser la participation des femmes aux élections, en tant qu'électrices et que candidates.

En deuxième lieu, le renforcement de l'autonomisation économique des femmes.

Sans les femmes, il n'est pas possible d'avoir une économie saine. Et pourtant, à l'heure actuelle, plus de 800 millions de femmes n'ont pas accès à l'éducation, à la formation et aux opportunités qui leur permettraient de participer pleinement à la vie économique. Le fait de libérer le potentiel économique des femmes permettra d'accélérer la croissance et la reprise économiques et de les rendre plus équitables. L'autonomisation économique des femmes rend les autres droits possibles pour les femmes.

En 2011, ONU Femmes a aidé les pays à dispenser une formation et des qualifications, en renforçant l'accès aux marchés, et en assurant aux femmes l'équité des politiques, des lois et des conditions. A titre d'exemple,

  • Nous avons soutenu la Convention internationale sur les travailleurs domestiques, qui a été adoptée.
  • Nous avons appuyé les coopératives de femmes dans de nombreux pays. Au Sénégal, les femmes disposent désormais pour la première fois de licences de pêche, et j'ai appris qu'elles attrapaient davantage de poissons que les hommes.
  • En El Salvador, les femmes sont désormais protégées par une nouvelle loi sur l'égalité des sexes, ce qui permet de promouvoir l'égalité des chances dans l'éducation et l'emploi et d'améliorer les droits des femmes.
  • Au Maroc, les femmes des ethnies ont désormais le droit d'hériter des terres communes et ont reçu des terres et des compensations.

Si je vous donne ces exemples, c'est que dans chacun d'entre eux, nous avons innové. De nouveaux horizons ont été ouverts pour les filles et les femmes pour les années à venir !

Nous avons également touché le secteur privé. A ce jour, 257 PDG ont signé les Principes d'autonomisation des femmes en vue de promouvoir des conditions de travail décentes et l'égalité des chances pour les femmes.

Nous travaillons également à autonomiser les femmes rurales et nous avons lancé à cet égard un partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, le Fonds international de développement agricole et le Programme alimentaire mondial.

En 2012, ONU Femmes donnera un élan redoublé en faveur de l'autonomisation économique des femmes avec ses partenaires à travers le monde. Pour mettre les femmes sur un pied d'égalité avec les hommes, nous favoriserons la formation, des lois équitables, la protection sociale, et l'accès égal aux opportunités et aux actifs tels que la terre et le crédit.

En troisième lieu, mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles.

La violence à l'égard des femmes n'est pas seulement une question de femmes. Elle est néfaste pour chacun d'entre nous et a d'énormes coûts sociaux et économiques. Elle n'est pas inévitable et peut être prévenue.

En 2011, ONU Femmes a publié son premier rapport-phare sur les progrès des femmes dans le monde, En quête de justice. Le rapport a conclu que dans de nombreux pays, l'Etat de droit continue d'exclure les femmes. Il a également démontré que les réformes juridiques, les changements politiques, l'augmentation du nombre de femmes officiers de police et juges, et le soutien aux groupes juridiques de femmes sont autant de moyens permettant aux femmes de mieux bénéficier de la justice.

En 2011, ONU Femmes a lancé un programme politique mondial pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes ainsi qu'une initiative visant à fournir des services essentiels aux rescapées. Nous avons aidé les gouvernements, les groupes de femmes et autres à adopter des lois et des politiques, à renforcer la sensibilisation et à fournir les services indispensables.

  • Aujourd'hui, pour la première fois, les femmes cambodgiennes bénéficient d'une protection juridique contre les attaques à l'acide. La vente d'acide a été régulée et les agresseurs risquent des peines plus lourdes pour ces actes criminels.
  • En Zambie, les « espaces sûrs » ménagés pour les filles dans cinq écoles ont, grce à l'appui du ministère de l'Education, été élargis à d'autres écoles et bénéficient désormais à davantage de filles.
  • Au Libéria, suite à la création par les femmes de brigades de justice, le niveau de violence a diminué et davantage d'auteurs d'agressions sont désormais amenés devant la justice.
  • Le long de la frontière entre le Brésil et le Paraguay, les dirigeantes autochtones travaillent à mettre fin à la traite des femmes et des filles, et ont éduqué plus de 4.000 femmes indigènes.

Des programmes novateurs ont pu être mis en place grce au Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

A la fin 2011, le Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies avait un portefeuille de 96 subventions actives, couvrant 86 pays, d'une valeur totale de plus de 61 millions de dollars américains.

Les subventions accordées en 2011 doivent atteindre plus de 6 millions de personnes.

Pourtant, davantage de financement est nécessaire. Dans toutes les régions, les femmes appellent à une intensification des actions et à un accroissement des ressources en vue de mettre fin aux violations des droits fondamentaux.

En 2012, ONU Femmes s'attachera à faire en sorte que la justice bénéficie aux femmes, à mettre fin à l'impunité, à renforcer la prévention en obtenant l'engagement de larges secteurs de la société, et à assurer les services nécessaires aux rescapées.

En quatrième lieu, renforcer le rôle des femmes dans les pourparlers de paix, la consolidation de la paix et le relèvement.

Les femmes sont plus que de simples victimes des conflits : elles jouent un rôle leader aux niveaux de la paix et de la démocratie. Ce message a été délivré à l'occasion de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à trois femmes.

En 2011, ONU Femmes a pris des mesures pour assurer que les femmes jouent un rôle central dans les pourparlers de paix et la consolidation de la paix, et que les femmes touchées par les conflits puissent obtenir justice.

Des plans nationaux d'action ont été finalisés en Géorgie, en Serbie et aux Etats-Unis pour promouvoir la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.

Nous avons aidé les femmes à participer aux conférences internationales d'engagement pour l'Afghanistan et l'Etat membre le plus récent, le Sud-Soudan.

Plus de 250 femmes d'Afrique et d'Asie ont été formées à devenir médiatrices dans le domaine de la prévention des conflits, et les soldats du maintien de la paix ont été formés avant déploiement pour prévenir la violence sexuelle et y répondre.

En République démocratique du Congo, plus de 150 militaires et officiers de polices ont été condamnés pour viol et autres actes de violence sexuelle.

Un cadre à l'échelle du système des Nations Unies a été mis en place en vue de renforcer la coordination et la responsabilité dans tout le système des Nations Unies au niveau de la participation des femmes au règlement des conflits, à la consolidation de la paix et à la fin de la violence sexuelle.

Et il existe un accord dans tout le système des Nations Unies pour allouer au moins 15% des budgets affectés au relèvement postconflictuel, à assurer la participation des femmes, et pour attribuer aux femmes au moins 40% des emplois temporaires consacrés au relèvement postconflictuel.

En 2012, ONU Femmes s'attachera à accroître la participation des femmes aux processus de paix et aux transitions politiques, et à augmenter l'accès des femmes à l'emploi, à la justice et à la sécurité dans les situations postconflictuelles.

En cinquième lieu, faire en sorte que les budgets et les plans bénéficient sur un pied d'égalité aux femmes et aux hommes.

Un budget doit indiquer des priorités politiques essentielles. Un budget vu dans une perspective de genre révèle la manière dont les allocations publiques peuvent bénéficier aux femmes.

En 2011, ONU Femmes a travaillé dans plus de 50 pays à renforcer les capacités au niveau de l'analyse par sexe et de la budgétisation sensible au genre, en utilisant des données ventilées par sexe pour promouvoir des politiques et des budgets publics plus équitables.

  • En Equateur, les ministères utilisent désormais une budgétisation tenant compte des questions de genre, et les ressources allouées à l'égalité des sexes ont triplé par rapport à l'année précédente.
  • A Montevideo, en Uruguay, le maire est conseillé sur les budgets et plans municipaux par un conseil de femmes, et la sécurité et les services s'en trouvent améliorés.
  • Au Rwanda, où la budgétisation sensible au genre a été mise en place, davantage d'argent est consacré à la santé des femmes, et la mortalité maternelle a diminué.

En 2012, ONU Femmes continuera, avec la participation des femmes, de travailler avec les équipes de pays des Nations Unies pour développer la budgétisation tenant compte des questions de genre en vue de réaliser des changements institutionnels durables.

En sixième lieu, renforcer la coordination et la responsabilité en faveur de l'égalité des sexes dans tout le système des Nations Unies.

ONU Femmes a été appelé par les gouvernements à mener, coordonner et renforcer la responsabilité du système des Nations Unies dans son travail sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Un plan d'action à l'échelle du système est actuellement en cours de préparation. Il permettra de fournir une base plus solide que jamais pour la promotion de l'intégration de l'égalité des sexes et de la responsabilité au sein du système des Nations Unies.

Priorités pour 2012

Ma toute première priorité pour 2012 sera de renforcer l'autonomisation économique et la participation politique des femmes. Cette priorité vise à répondre aux demandes des femmes, mais tient aussi compte des événements récents, ainsi que des transformations qui ont lieu dans les domaines politique, social et économique.

Et je souhaiterais souligner un point. A l'évidence, ONU Femmes ne peut mener cette tche tout seul. L'égalité dépend de la mobilisation mondiale, de l'appui des décideurs politiques, de la caisse de résonnance des médias ainsi que d'un effort concerté déployé par l'ensemble du système des Nations Unies et les autres partenaires du développement.

En 2011, les contributions à ONU Femmes se sont élevées à un total de 235 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 33 % par rapport à 2010 et démontre un élargissement de la base des donateurs. Cela n'est toutefois pas suffisant. Nous devons intensifier les efforts de collecte de fonds si l'on veut atteindre l'objectif de 700 millions de dollars pour 2012-2013.

Je lance aujourd'hui un appel en faveur du renforcement de l'engagement au niveau de l'autonomisation des femmes et de l'égalité des sexes. En ces temps d'austérité et d'incertitude, nous ne pouvons laisser les réductions budgétaires et les changements politiques mettre à mal les progrès réalisés en faveur des femmes et des filles. Le défi qui nous est posé est non seulement de protéger les avancées chèrement acquises, mais aussi de promouvoir les droits des femmes.

Au moment où la demande de justice s'accroît, et où de nombreux pays se retrouvent en périodes électorales et en transition politique, nous pouvons offrir de plus larges opportunités aux femmes.

Et il y a également un impératif pratique, une question de nécessité. Nous ne pouvons tout simplement plus nous permettre de laisser la moitié de la population sans possibilité d'exprimer son plein potentiel. Le monde doit exploiter le talent et la sagesse des femmes. Que l'on aborde les questions de sécurité alimentaire, du relèvement économique, de la santé, ou de la paix et de la sécurité, la participation des femmes est plus que jamais nécessaire.

Je vous remercie, et attends vos questions avec impatience.