Où je me tiens : Lucía del Socorro Basante

Date : lundi 6 juin 2016

Lucía del Socorro Basante

Quote

J’avais peur de devenir candidate [dans le département de Nariño, en Colombie], malgré mes nombreuses années d’expérience comme avocate. La peur vous paralyse. La crainte que les conseillers élèvent la voix, la peur de ne pas être à la hauteur et de se trouver dans des endroits réservés aux hommes. Davantage est exigé de nous et notre nombre est réduit, parce que moins d’opportunités se présentent à nous. Vous pouvez sentir le poids du machisme - je le sens !

Le projet d’ONU Femmes nous a donné un aperçu des réalités de la participation des femmes à la vie politique locale, à travers des chiffres et des statistiques, en mettant en lumière les raisons pour lesquelles des femmes ne sont pas présentes à l’Assemblée, pourquoi il n’y en a qu’une seule au Conseil municipal de Pasto et aucune dans un certain nombre de municipalités du département [État], et enfin pourquoi nous n’avons qu’une seule sénatrice et une seule représentante au parlement. Les différentes causes socioéconomiques : la crainte et ce sens enraciné de responsabilité absolue pour le ménage, comme si nous n’avions pas de partenaires. Ce sont toutes des idées préconçues qui peuvent être battues en brèche !

J’ai été candidate à l’élection, et j’ai été élue ! Le processus a été un réel succès dans le Nariño, avec sept femmes élues au Conseil municipal. Nous n’avons pas réussi à en faire élire dans l’Assemblée provinciale, mais nous devons maintenant tenter de nous faire élire au Sénat aussi, pour renforcer les rangs des dirigeantes qui s’y trouvent. Les autorités locales devraient soutenir ce processus dans leurs plans de développement, en prévoyant de la place pour la participation féminine. La loi devrait être changée – c’est la proportion de femmes élues qui devrait être de 30 pour cent, et non pas la proportion des candidats de sexe féminin figurant dans les listes électorales. Autrement, la situation ne changera pas. Les connaissances et la liberté d’expression nous aideront à rompre la tendance chauviniste si puissante dans notre pays ».


ODD 5 : Égalité entre les sexes

Lucía del Socorro Basante, âgée de 60 ans, est une femme de loi, l’unique conseillère municipale à Pasto, dans le département de Nariño, en Colombie. Elle a été élue en octobre 2015, juste après avoir obtenu le diplôme en leadership politique dans une perspective de genre, dont le cursus a été élaboré par ONU Femmes et qui a été remis à 143 personnes, essentiellement des femmes, dans les municipalités de Pasto, d’Ipiales et de Tumaco. Son travail cadre avec l’Objectif de développement durable n° 5, qui vise à garantir la participation pleine et effective des femmes et l’égalité des possibilités de leadership à tous les niveaux de la prise de décision dans la vie politique, économique et publique.

Lisez plus d'histoires de la série éditoriale « Où je me tiens ».