Le leadership des femmes : l’ingrédient manquant pour la paix dans les provinces frontalières du sud de la Thaïlande

Date : vendredi 2 mars 2018

Patimoh Sadiyamu, the Vice Governor of Narathiwas Province, in her office at the Narathiwas Provincial Hall. Photo: UN Women/Piyavit Thongsa-Ard
Patimoh Sadiyamu, Vice-gouverneur de la province de Narathiwas, dans son bureau au Narathiwas Provincial Hall. Photo: ONU Femmes/Piyavit Thongsa-Ard

Patimoh Sadiyamu, âgée de 52 ans, est originaire d’une zone rurale pauvre en Thaïlande, où les femmes musulmanes sortaient rarement de chez elles. Mais avec l’aide de ses parents, elle est devenue la première femme au poste de Gouverneur de province, dans la province frontalière du sud de la Thaïlande, Narathiwat, qui compte plus de 2 millions d’habitants, et est la scène de conflits violents alimentés par un radicalisme extrême depuis plusieurs décennies.

Sadiyamu, fermement convaincue que la participation des femmes dans le processus de paix est essentielle, s’est donnée pour mission d’autonomiser les femmes rurales. Elle déclare, « Les femmes ont aussi une responsabilité politique et un rôle important à jouer dans la vie publique… Ce sont des agentes de la paix quand elles sont autonomisées économiquement, socialement et politiquement. »

C’est également le principe du programme d’ONU Femmes « Autonomiser les femmes leaders et les jeunes pour bâtir des communautés résilientes, cohésives et pacifiques dans les provinces frontalières du sud de la Thaïlande ». Financé par des partenaires du secteur privé, comme Thai Airways International et Central Retail Corporation, ce programme est actif dans les trois provinces frontalières du sud – Pattani, Yala et Narathiwat.

Lire l’article complet en anglais»