Je suis de la Génération Égalité : Saif Dabbas, militant HeForShe en faveur des jeunes

Chaque jour, partout dans le monde, des milliards de personnes choisissent le bon côté de l’histoire. Elles s’expriment ouvertement, font valoir leurs points de vue, se mobilisent et prennent des mesures, quelle que soit leur importance, pour faire avancer les droits des femmes. Elles appartiennent à la Génération Égalité :

Date : lundi 24 février 2020

Je suis la Generation Egalite
Saif Dabbas, 19 ans, est un membre actif de l’initiative HeForShe en Jordanie
Saif Dabbas, 19 ans, est un membre actif de l’initiative HeForShe en Jordanie. Photo: ONU Femmes/Lauren Rooney

Je suis de la Génération Égalité parce que…

Pour Saif Dabbas, voici trois choses que vous pouvez faire pour rejoindre la Génération Égalité :

  • Comprendre la problématique
  • Dialoguer de manière constructive sur l’égalité entre les sexes, écouter son interlocuteur avec bienveillance et rester ouvert à de nouvelles perspectives
  • Icon- a girl raises her arm
  • Défendre les droits d’autrui

Tout est parti de ma famille. Ma sœur aînée était judoka dans l’équipe nationale jordanienne. Son exemple m’a permis de comprendre que les femmes ont le droit de vivre leurs rêves, de ne plus être stigmatisées. Mes parents l’ont soutenue, ils voulaient qu’elle réussisse.

Lorsque je me suis porté volontaire pour la campagne HeForShe en mars 2016, j’étais le plus jeune membre de l’équipe. J’ai commencé à mieux comprendre les différents obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses personnes, même si elles n’en parlent pas. J’ai alors appris à me battre pour l’équité.

On parle très peu d’égalité des sexes dans les sociétés moyen-orientales. M’autoproclamer féministe en Jordanie n’a pas été chose aisée. J’ai essuyé des critiques pour avoir défendu les droits [des femmes].

L’une de mes responsabilités en tant que membre de l’équipe principale HeForShe est de sensibiliser mes concitoyens à la notion d’égalité des sexes. Nous sommes les leaders de demain. Notre plus grande réussite est d’avoir convaincu 20 000 personnes en Jordanie de souscrire à la campagne HeForShe et de s’engager à apporter des changements dans leurs propres vies.

L’indépendance financière est essentielle à l’autonomisation des femmes

S’il est une chose qui n’a pas encore évolué pour la femme jordanienne, c’est l’indépendance financière, ainsi que les écarts de salaire. Les femmes sont moins bien rémunérées et leurs maris sont habilités à prélever une portion de leurs salaires chaque mois. Cela freine considérablement l’autonomisation des femmes qui ne sont pas libres de disposer de leur argent comme elles l’entendent, d’investir dans une activité commerciale ou de voyager, par exemple.

La productivité de la communauté est limitée par la précocité du mariage des filles, qui ne sont pas en mesure de suivre une formation universitaire ou d’intégrer la vie active. Même si notre société tolère plus volontiers les femmes qui exercent une activité professionnelle en dehors du foyer, nous sommes encore très loin de l’autonomisation économique des femmes.

Dialoguer pour faire évoluer les attitudes et les cultures

SDG color stripe

« Si chacun d’entre nous parvient à sensibiliser 5 personnes au principe d’égalité entre les sexes, un débat national pourra s’ouvrir en Jordanie »


SDG color stripe

En tant que promoteur de l’égalité entre les sexes, je cherche à faire évoluer les mentalités. Pour ce faire, HeForShe organise des rencontres et des activités qui rapprochent les individus, notamment des débats, des concerts, des pièces de théâtre et des rassemblements éclair [flash mobs]. Nous misons sur l’art, car son langage est universel. Tout le monde est en mesure de comprendre l’art, indépendamment de son origine ou de son histoire.

Si nous voulons réellement faire évoluer les mentalités, il est impératif d’enseigner les principes d’égalité des sexes dès le plus jeune âge. Les programmes enseignés à l’école devraient intégrer la notion d’égalité entre les sexes en matière de droits et de responsabilités. Ainsi, les jeunes générations prendraient davantage conscience de cette problématique et pourraient agir en conséquence.

Il n’est pas aisé de faire comprendre et d’accepter l’expérience d’autrui, surtout dans les communautés où les traditions sont profondément ancrées. Pour faire évoluer l’attitude d’une personne par rapport à l’égalité des sexes, nous devons l’écouter attentivement, repérer les lacunes de son raisonnement, puis en discuter avec elle pour la convaincre du bien-fondé de ce principe. Notre influence se concrétise petit à petit : certaines personnes, désormais convaincues, se sont portées volontaires pour HeForShe.

Il s’agit là de progrès modestes, mais si chacun d’entre nous parvient à sensibiliser 5 personnes au principe d’égalité entre les sexes, un débat national pourra s’ouvrir en Jordanie.



Saif Dabbas, 19 ans, est un membre actif de l’initiative HeForShe en Jordanie, un mouvement solidaire de promotion de l’égalité des sexes piloté par ONU Femmes. Saif promeut le féminisme depuis qu’il a 14 ans et pense que la jeunesse devrait être à l’avant-garde du mouvement de promotion de l’égalité entre les sexes.