Journée humanitaire mondiale

Déclaration de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire 2020

Date : mercredi 19 août 2020

Le 19 août, le monde célèbre la Journée mondiale de l’aide humanitaire pour commémorer les travailleuses et travailleurs humanitaires à pied d’œuvre dans des situations de crise à travers le monde. En nous souvenant des personnes qui ont perdu la vie dans le cadre de leurs missions, nous honorons également cette année toutes celles et ceux œuvrant dans les secteurs de l’aide et de la santé qui continuent à fournir une aide humanitaire en plein milieu d’une pandémie, dans des conditions de plus en plus difficiles.

Chez nous, à ONU Femmes, nous nous joignons de tout cœur aux initiatives de célébration de la Journée mondiale de l’aide humanitaire 2020 afin de rendre hommage aux véritables héros (#RealLifeHeroes) qui ont consacré leur vie à servir autrui dans les situations les plus extrêmes à travers le monde. Je me joins également à la communauté mondiale pour plaider en faveur de la sécurité des travailleuses et travailleurs humanitaires et pour la survie, le bien-être et la dignité des femmes, des hommes, des filles et des garçons touchés par la crise.

Nos collègues d’ONU Femmes sont à l'œuvre dans plus de 26 contextes humanitaires pour répondre aux besoins immédiats des femmes et des filles touchées par la crise, et pour renforcer la résilience des populations touchées par la crise et à risque en autonomisant les femmes et les filles et en tirant parti de leur leadership et de leur engagement dans les processus décisionnels. Nous trouvons notre inspiration dans la détermination des organisations locales de défense des droits des femmes que celles-ci dirigent : elles sont des leaders et des intervenantes de première ligne sur le plan humanitaire, et elles poursuivent la lutte en faveur de l’égalité des sexes, souvent en courant de grands risques pour leur sécurité et leur bien-être. L’année dernière, ONU Femmes a collaboré avec plus de 750 organisations de défense des droits des femmes menées par des femmes, et nous demeurons fermement attachées à la poursuite de notre aide aux dirigeantes et aux intervenantes des communautés locales, notamment à travers nos actions en capacité de Secrétariat du Fonds des femmes pour la paix et l’action humanitaire.

Nous avons également douloureusement conscience que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes, a créé des besoins humanitaires dans de nouveaux endroits et a approfondi les défis que doivent affronter les communautés se consacrant au service humanitaire. Les impacts sur les femmes et les filles – en particulier celles se trouvant dans des contextes requérant une aide humanitaire – seront particulièrement graves. La pandémie fantôme de la violence contre les femmes et les filles s’est intensifiée : leurs moyens de subsistance seront plus durement pénalisés et prendront plus de temps pour se rétablir, ce qui accroîtra le risque de leur dépendance à des mécanismes de survie négatifs tels que le mariage précoce. De plus, les entraves à la participation et au leadership des femmes dans les interventions humanitaires se sont accrues. Il faut signaler, en arrière-plan de cette situation, qu’en juillet 2020 ONU Femmes a lancé un programme dédié pour s’assurer que les femmes et les filles les plus touchées et les plus exposées s’engagent pleinement à répondre à la COVID-19 et qu’elles sont protégées contre ses incidences. En tant que Secrétariat du Fonds des femmes pour la paix et l’aide humanitaire des Nations Unies, ONU Femmes a aussi soutenu la création et le lancement d’un guichet consacré aux interventions d’urgence dans le cadre de la pandémie de COVID-19 qui a permis de financer 42 organisations de femmes travaillant en première ligne dans la lutte contre le virus dans 18 pays.

En cette Journée mondiale de l’aide humanitaire, alors que nous saluons l’engagement des travailleuses et travailleurs humanitaires à travers le monde, familiarisons-nous, soutenons et célébrons les efforts des travailleurs humanitaires – des femmes et des hommes qui persévèrent dans leur tâche avec humilité – afin de soutenir les personnes devant faire face aux conflits, aux désastres et à la pandémie, souvent en même temps.