Le jour où nous avons porté la flamme olympique au nom des femmes et des filles

Par Thaiza Vitória, 15 ans, joueuse brésilienne de handball et participante au programme « Une victoire en entraîne une autre » à Rio de Janeiro, et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes. Toutes deux ont porté la flamme olympique le jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Rio.

Date : lundi 15 août 2016

De générations et de pays différents, nous semblons à première vue issues d’horizons distincts. Nous nous sommes rencontrées pour la première fois sous la flamme olympique et avons découvert que nous n’étions finalement pas si différentes : nous partageons l’ardent espoir de vivre un jour dans un monde où l’égalité des sexes n’est pas un luxe, mais la norme. Lorsque nous avons eu l’immense honneur de porter la flamme olympique dans les rues de Rio de Janeiro en marchant côte à côte, ce n’est pas seulement nous-mêmes que nous représentions. Nous étions là au nom de toutes les femmes et les filles de la terre, c’est-à-dire la moitié de sa population.

UN Women Executive Director Phumzil Mlambo-Ngcuka and Thaiza Vitória da Silva, a ‘One Win Leads to Another’ participant. Photo: UN Women/Gustavo Stephan
Photo: ONU Femmes/Gustavo Stephan

De tout temps, la flamme olympique a représenté la pureté. Tout au long de leur passage, les coureurs qui la portent lancent un message de paix. Alors que nous portions la flamme olympique, nous avons pensé combien il est important, en ces temps de conflits généralisés, que les femmes participent aux processus de paix. Nous savons qu’il est plus facile d’obtenir un accord si des femmes sont présentes à la table des négociations et que la paix aura plus de chance de durer. Nous avons également conscience que faire la paix est plus complexe que d’arrêter la guerre. Une véritable paix n’est possible que si le droit de vivre à l’abri de la discrimination et de la peur de la violence est acquis, permettant à nous les femmes de réaliser notre potentiel au sein de nos familles et de nos communautés, à l’école ou encore sur notre lieu de travail ou les terrains de sport. À chaque pas, nous avons pu porter la flamme et son message sur l’égalité des sexes un peu plus en avant.

Lors de cette courte marche, nous avons suivi les pas de pionnières telles que Hélène de Pourtalès, première femme championne olympique de voile en 1900, Enriqueta Basilio, première femme à avoir allumé la vasque olympique aux Jeux de Mexico en 1968 et Flor Isava Fonseca, première femme membre de la commission exécutive du Comité international olympique en 1990.

En portant la flamme olympique, nous avons encouragé les milliers de femmes athlètes qui participeront aux Jeux Olympiques de Rio et qui, par leur rapidité et leur endurance dans l’arène sportive, offriront une plus grande visibilité aux femmes en les montrant comme des icônes sportives, des penseuses stratégiques, des exemples à suivre et des leaders. Nous avons également levé la flamme pour toutes ces jeunes femmes et ces filles qui vivent dans les villages les plus reculés et qui se battent contre vents et marées pour pouvoir faire du sport, rester sur le terrain et profiter ainsi de plus grandes libertés.

Depuis la première participation féminine aux Jeux Olympiques en 1900, elles renversent les barrières entre les sexes et réduisent la discrimination. Aujourd’hui, aux Jeux de Rio, la parité entre les sexes en termes de participantes et participants et d’événements est presque atteinte. Toutefois, en dehors des Jeux, les obstacles à l’égalité complète des sexes persistent. Au Brésil, tout comme dans beaucoup d’autres endroits dans le monde, les adolescentes et les jeunes femmes sont souvent contraintes de se conformer aux traditions et aux stéréotypes sociaux. Elles bénéficient d’une moindre autonomie de leur corps et manquent souvent d’un environnement propice au développement de leurs compétences sportives. Leurs camarades garçons profitent, pour leur part, de nouveaux privilèges réservés aux hommes, dont l’autonomie, la mobilité et le pouvoir. Dans le monde, seule une femme sur cinq est parlementaire, une sur trois est agressée et si rien n’est fait pour renverser la tendance actuelle, il faudra encore huit décennies pour atteindre l’égalité des sexes au travail.

Mais des changements interviennent de toutes parts : des mouvements internationaux comme la campagne « HeForShe » d’ONU femmes où les hommes prennent l’initiative d’arrêter la discrimination et de remodeler les attentes, de la campagne « salaire égal » et de programmes locaux tels qu’« Une victoire en entraîne une autre » au Brésil, qui permet aux filles des milieux défavorisés de Rio de Janeiro de développer des compétences en leadership par le biais du sport et d’influencer les décisions affectant leur vie à tous les niveaux.

Alors que nous marchions à travers les foules enthousiastes de Rio, nous avons pu voir que le sport a le pouvoir de transcender les frontières du sexe, de l’ethnicité, de la religion et de la nationalité et d’unir des personnes de tous horizons. Nous avons osé espérer que cette flamme se propage et que la détermination à réaliser l’égalité des sexes transcendera tous les obstacles.