Les propos d’Itumeleng Komanyane : Si les hommes politiques ne comprennent pas le genre, comment peuvent-ils adopter des politiques progressistes pour protéger les femmes ?

Itumeleng Komanyane est Responsable des programmes internationaux à Sonke Gender Justice en Afrique du sud, qui promeut l’égalité des sexes et fait face au VIH/sida dans dix-huit pays d’Afrique. Au sein de Sonke, elle coordonne un projet multi-pays financé par le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (géré par ONU Femmes au nom du système de l’ONU) de 2010 à 2014, qui a mis l’accent sur le renforcement du soutien parmi les hommes et les garçons pour mettre fin à la violence basée sur le genre au Kenya, au Rwanda et en Sierra Leone. Récemment, Komanyane a assisté à la 61e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU, l’organisme intergouvernemental mondial exclusivement dédié à la promotion de l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes.

Date : mardi 18 juillet 2017

Itumeleng Komanyane. Photo: UN Women/Ryan Brown
Itumeleng Komanyane. Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

 

« Pourquoi est-il important d’impliquer les hommes et les garçons pour mettre fin à la violence contre les femmes ? C’est une question qu’on me pose tout le temps ! Et ma réponse est toujours la même : La violence à laquelle les femmes et les filles sont confrontées est généralement commise par des hommes et des garçons. Nous devons donc travailler avec les auteurs de ces crimes pour y mettre un terme… »

Lire l’article complet en anglais»